La date/heure actuelle est Mer 21 Nov 2018 - 17:13

385 résultats trouvés pour faune

Bretagne: Chargé par un sanglier, un chasseur se blesse grièvement avec son couteau

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2363043-20181030-bretagne-charge-sanglier-chasseur-blesse-grievement-couteau

Un accident de chasse peu banal s’est produit dimanche après-midi à Roz-Landrieux, au nord de l’Ille-et-Vilaine. Comme le rapporte France Bleu Armorique, un chasseur de 32 ans et sa femme se baladaient tranquillement sur un chemin lorsqu’ils ont croisé la route d’un sanglier. Très agressif, l’animal a tenté d’attaquer les chiens du couple.
Pour les protéger, le chasseur a sorti un couteau. Mais il a raté sa cible et il s’est malencontreusement enfoncé la lame du couteau dans la cheville, précise France Bleu. Le sanglier l’a ensuite violemment percuté avant de s’enfuir. Le chasseur a été transporté au CHU Pontchaillou à Rennes. Sa blessure est qualifiée de « sérieuse » par les pompiers.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 31 Oct 2018 - 13:35
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Bretagne: Chargé par un sanglier, un chasseur se blesse grièvement avec son couteau
Réponses: 0
Vues: 19

L’histoire de Jerôme le chimpanzé : une vie en enfer


La vie en enfer de Jérôme a été racontée par la soigneuse Rachel Weiss qui l’accompagna jusqu’à l’euthanasie

Jérôme est né le 23 février 1982. Il a été retiré des bras de sa mère quand il était bébé. A l’âge de deux ans, on l’a été infecté expérimentalement avec le virus du VIH.
Malgré cela, Jérôme a survécu jusqu’à l’âge de 14 ans au Centre national de recherche sur les primates de Yerkes, un laboratoire financé par le gouvernement fédéral à Atlanta, en Géorgie. On l’avait enfermé dans le bâtiment CID (Chimpanzee Infectious Disease), qui est séparé des autres unités de recherche et des habitation sur le campus principal de Yerkes.
Rachel Weiss, qui s’est chargé de Jérôme à la fin de sa vie, décrit le building CID de l’époque comme une grande boîte en ciment sans fenêtre et ni accès extérieur. A l’intérieur, les chimpanzés occupait des cages dans un espace sombre aux sols et murs humides où quelques rares humains passaient vêtus de combinaisons, de bottes, de masques faciaux et de gants. Même si quelques modifications mineures ont été apportées depuis 2001 à ces installations, certains chimpanzés infectés par le VIH y sont toujours confinés.
Rachel a décrit Jérôme comme étant maigre, timide et chatouilleux. Elle a dit qu’il souriait mais que lorsqu’il a ri la première fois, il s’est mordu un doigt ».
Si nous pouvons nous souvenir de lui aujourd’hui, c’est grâce à Rachel Weiss, qui s’occupa de Jérôme lors de ses derniers mois et l’a accompagné lors de son euthanasie en 1996.
Rachel s’est penchée sur Jérôme lié à sa civière et l’a embrassé une dernière fois, avant de le regarder partir vers la salle d’autopsie recouvert d’un drap blanc, ce qui, selon les normes de laboratoire, peut être considéré comme un traitement royal.
En partageant son histoire, Rachel nous fait voir une réalité toujours présente.
En 2018, des chimpanzés sont encore utilisés par la recherche dans le monde.


Lire la suite sur Dauphin Libre



Tags #faune #sauvage #expérimentation #singes #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 31 Oct 2018 - 13:32
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: L’histoire de Jerôme le chimpanzé : une vie en enfer
Réponses: 0
Vues: 25

Au Japon, l’inquiétante montée du trafic de loutres cendrées

https://www.especes-menacees.fr/actualites/japon-inquietante-montee-trafic-loutres-cendrees/



Phénomène de mode ou réel sujet d’inquiétude, la loutre a la cote au Japon. Emissions TV, cafés à loutres, pages Instagram dédiées… L’animal est de plus en plus populaire. Problème : le mustélidé est également très demandé sur le marché des animaux domestiques et plus particulièrement la loutre cendrée, une espèce menacée.

L’engouement pour la loutre cendrée

L’étude conjointe de TRAFFIC et WWF publiée le 19 octobre dernier révèle l’intérêt grandissant des Japonais pour les loutres. Le mustélidé a en effet tout de l’animal peluche star des réseaux sociaux : un caractère joueur et gourmand doublé d’une tête et de mimiques attendrissantes. En plus d’une émission télévisée où des célébrités se mettent en scène avec leurs loutres domestiques, 10 cafés à loutres auraient ouvert leurs portes en l’espace de seulement trois ans à Tokyo, Osaka, Kobe et Nagoya. Ces sites comptent au total 32 animaux dont au moins 22 seraient, d’après les auteurs de l’étude, des juvéniles nés après 2017. Cet engouement aurait poussé les particuliers à vouloir adopter des loutres comme animal domestique. Mais c’est oublier qu’il s’agit d’un animal sauvage, d’un carnivore pouvant potentiellement mordre, mais également dans la plupart des cas d’animaux menacés. En effet, l’Asie compte quatre espèces de loutres :

  • Lutra sumatrana, la loutre de Sumatra, la plus menacée de toutes puisqu’en danger d’extinction selon l’UICN,
  • Lutra lutra, la loutre asiatique, considérée comme presque menacée,
  • Lutrogale perspicillata, la loutre à pelage lisse, classée vulnérable,
  • Aonyx cinereus, la loutre cendrée, vulnérable également.

C’est justement sur cette dernière que les nippons ont jeté leur dévolu. 89 % des loutres importées légalement par le Japon entre 2000 et 2016 appartenaient à l’espèce. Même chose côté illégal, la plupart des saisies en 2016 et 2017 ont concerné des loutres cendrées juvéniles. A chaque fois, la Thaïlande est le pays exportateur et le Japon celui destinataire. Mais l’origine des animaux sur le marché des animaux domestiques semble floue dans bien des cas.

Des animaux à l’origine suspecte


Photo tirée de la page Facebook d’un café loutre à Kobe au Japon.
Les auteurs de l’étude, Tomomi Kitade and Yui Naruse, ont ainsi découvert que la demande est telle qu’un marché de contrebande de loutres s’est créé. Et pour cause, le prix d’un de ces animaux est 300 fois supérieur au Japon que sur le marché noir thaïlandais. Les statistiques Google prouvent cet engouement : si le terme « loutre » est en constante augmentation depuis 2012 celui de « prix loutre » a explosé en 2016 ! Or, la provenance de ces animaux est souvent floue. Classée en annexe II de la CITES, Aonyx cinereus, la loutre cendrée, n’est pas interdite à la vente même si celle-ci est réglementée. Le problème vient des sources d’approvisionnement du marché des animaux domestiques. La demande croissante au Japon pourrait donc entraîner un prélèvement en milieu sauvage aux conséquences terribles pour cette espèce déjà menacée par la perte de son habitat et la pollution des cours d’eau. L’étude pointe du doigt le manque de législation japonaise sur la traçabilité des animaux de compagnie exotiques dont sont très friands les Nippons. Ainsi, 30 % des parcs animaliers et aquariums interrogés dans le cadre de cette enquête ont avoué avoir déjà collaboré avec des marchants d’animaux. Ce marché des loutres domestiques « non réglementées » en plus d’être une nouvelle menace pour l’espèce, fait également peser un danger sur l’écosystème japonais. Comme en France, les animaux sauvages devenus encombrants sont souvent relâchés dans la nature, sauf que la loutre cendrée n’est pas présente naturellement au Japon au contraire de la loutre asiatique…

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées #trafic #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 31 Oct 2018 - 12:15
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Au Japon, l’inquiétante montée du trafic de loutres cendrées
Réponses: 0
Vues: 37

Jair Bolsonaro au pouvoir, l’Amazonie au désespoir

https://www.liberation.fr/planete/2018/10/30/jair-bolsonaro-au-pouvoir-l-amazonie-au-desespoir_1688959?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1540931309



L’élection du président brésilien ouvre la porte à une exploitation intensive par l’agro-industrie de cette immense forêt, habitat fragile de nombreuses espèces.

L’élection de Jair Bolsonaro, dimanche, est une très mauvaise nouvelle pour le coq-de-roche, le ouistiti pygmée, le singe-araignée ou le dauphin rose, et pour l’humanité en général puisque l’Amazonie est la réserve d’oxygène de la planète. Le nouveau président brésilien est en effet bien décidé à autoriser l’insatiable agro-industrie à exploiter des terres jusqu’à présent protégées. Sa première victime potentielle est l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde, qui s’étend sur neuf pays (dont la France) mais dont la majeure partie (63 %) se trouve au Brésil. La déforestation prive de leur habitat les espèces animales et végétales, les condamne à la disparition et entraîne d’autres fléaux : pollution, ravinement des sols…
Scénario immuable
Les territoires habités par des communautés indigènes ou des descendants d’esclaves sont sanctuarisés, mais pour combien de temps ? Jair Bolsonaro a manifesté son intention de revenir sur cette politique de protection, et d’ouvrir l’Amazonie à l’exploitation minière. Selon le principe qu’il est absurde de se priver d’importantes ressources pour sauvegarder une poignée de «sauvages». Le scénario est immuable : de grandes compagnies éliminent la couverture végétale, vendent le bois et consacrent les terres devenues vierges à l’agriculture intensive ou à l’élevage. «La déforestation a explosé en Amazonie dans les années 90, note Alexandre Müller, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), qui a passé plusieurs mois en 2016 dans un village du Pará, dans le cadre de ses études. Ces exactions étaient permises par l’absence de l’Etat. A partir de 2004, le défrichage sauvage a diminué grâce aux politiques menées par le président Lula et sa ministre de l’Environnement, Marina Silva.»
Nouvelles terres
Pendant une dizaine d’années, des opérations spectaculaires ont été lancées par la police ou l’armée contre les fronts illégaux, et d’importantes amendes infligées aux contrevenants. «Pourtant, ajoute le chercheur, Lula avait conclu des alliances avec les lobbys de l’agro-industrie. A partir de 2012, cette baisse se stabilise, et les déforestations ont repris en 2016, quand Michel Temer est arrivé au pouvoir.» Avec l’élection de ce nouveau chef de l’Etat, les inquiétudes sont vives. La sortie de l’accord de Paris, par lequel le pays s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, n’a plus l’air à l’ordre du jour. Mais il semble acquis que le ministère de l’Environnement disparaîtra, pour être rattaché à celui de l’Agriculture. «Bolsonaro a souvent cité Luiz Antônio Nabhan Garcia, président de l’Union démocrate ruraliste, qui semble être sa référence en matière d’agriculture», ajoute Alexandre Müller. Mauvais augure, puisqu’il s’agit d’un porte-parole de l’agro-négoce, avide de s’implanter sur de nouvelles terres gagnées sur la forêt.
L’entrée en fonction du nouveau président, le 1er janvier, pourrait être le feu vert pour défricher en toute impunité. Pourtant le Brésil n’est pas seul en cause. «On ne peut pas montrer du doigt un seul pays en oubliant ceux qui achètent ses productions», souligne le chercheur. Et ils sont nombreux : le Brésil est le deuxième exportateur mondial de soja et de ses dérivés, et il figure parmi les dix premiers exportateurs de sucre de canne, de café, de porc et de poulet, de cellulose de bois… Autant de matières premières en grande partie issues du saccage des forêts. La France est elle-même un important acheteur d’OGM brésiliens (soja, sucre), notamment pour l’alimentation du bétail et de volailles nourries aux aliments transgéniques.

Tags #faune #sauvage #déforestation #écosystèmes #environnement
par Choupi91
le Mer 31 Oct 2018 - 9:09
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Jair Bolsonaro au pouvoir, l’Amazonie au désespoir
Réponses: 0
Vues: 39

« La disparition des animaux pourrait remettre en cause nos modes de vie »

Arnaud Gauffier, du WWF-France, a répondu à vos questions sur le rapport alarmant de son ONG qui met en garde contre la disparition des animaux sauvages.


Mammifères, oiseaux, poissons, reptiles, amphibiens : les populations de vertébrés ont été réduites de 60 % depuis 1970, a révélé le World Wildlife Fund (WWF) dans son rapport 2018. Les causes de cette hécatombe sont connues. Il s’agit d’abord de la destruction des habitats naturels, sous l’effet de l’exploitation forestière ou minière, de l’agriculture intensive et de l’urbanisation. S’y ajoutent la surexploitation, la pollution, les espèces invasives et les maladies, ainsi que le changement climatique.

Arnaud Gauffier, responsable agriculture et alimentation au WWF-France, a analysé ce rapport avec les internautes dans un tchat.
Internaute : On parle bien de sixième extinction de masse sur la planète. Il y en a donc eu cinq précédentes avec parfois une disparition de 95 % des espèces. N’est-ce pas une vision anthropocentrée que de vouloir figer la nature à instant T ?




Lire la suite sur Le Monde

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées
par Choupi91
le Mer 31 Oct 2018 - 8:40
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: « La disparition des animaux pourrait remettre en cause nos modes de vie »
Réponses: 0
Vues: 31

Chine : tigre et rhinocéros réautorisés à la vente, colère des écologistes

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/10/30/chine-tigre-et-rhinoceros-reautorises-a-la-vente-colere-des-ecologistes/

Pékin (AFP) – L’annonce par la Chine d’une reprise limitée du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros provoque la colère des défenseurs des animaux, qui parlent « d’arrêt de mort » pour ces espèces en danger.
La vente de produits tels que l’os de tigre ou la corne de rhinocéros, recherchés par la médecine traditionnelle, pourra être autorisée dans certaines circonstances « particulières », a annoncé le gouvernement chinois lundi dans une circulaire signée par le Premier ministre Li Keqiang.
Parmi celles-ci, Pékin cite la recherche scientifique, la vente d’oeuvres d’art et « la recherche et les traitements médicaux ».
Une autorisation spéciale sera requise pour le recours à ces produits, stipule la circulaire. Seuls des médecins employés par des hôpitaux reconnus par l’Administration nationale de médecine traditionnelle pourront les utiliser.
Les volumes commerciaux seront « strictement contrôlés » et le commerce de ces produits interdit en dehors des cas prévus, selon le texte.
Les autorités chargées du patrimoine et du tourisme pourront seules autoriser « des échanges culturels temporaires » d’oeuvres fabriquées à partir de ces animaux.
Cette libéralisation remplace une interdiction totale décidée en 1993. Mais le marché noir a remplacé le commerce légal et de nombreux produits interdits entrent en Chine, notamment par le Vietnam, selon des mouvements écologistes.
Ces derniers contestent la décision du gouvernement chinois, expliquant qu’elle est destinée à utiliser des produits issus d’animaux en captivité mais qu’elle ne pourra qu’accroître la menace sur la faune sauvage.
« Par cette annonce, le gouvernement chinois signe l’arrêt de mort des rhinocéros et des tigres sauvages », accuse Iris Ho, responsable de l’association Humane Society International à Washington.
Selon elle, la nouvelle politique suivie à Pékin va aboutir à créer une filière de « blanchiment » de produits de braconnage.
« La reprise du commerce légal risque non seulement de servir de couverture au trafic clandestin, elle va aussi stimuler une demande qui avait décliné depuis l’entrée en vigueur de la prohibition », abonde Margaret Kinnaird, responsable biodiversité au Fonds mondial pour la nature (WWF).
Le tigre est classé dans la catégorie des espèces en danger d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).
Il existe une demande persistante en Chine pour des produits dérivés du tigre (os, griffes, moustaches, pénis..), parés de pouvoirs très controversées, notamment aphrodisiaques, dans la médecine traditionnelle.
Le nombre des tigres élevés en captivité en Chine a fortement augmenté ces dernières années: on en compte aujourd’hui plus de 6.000, alors que la planète n’abriterait plus au total qu’un peu plus de 3.000 individus en liberté.
Quant aux différentes espèces de rhinocéros, l’UICN les classe soit en catégorie « vulnérable », « quasi-menacée » ou « en danger critique d’extinction ».
C’est le cas du rhinocéros noir, qui vivait encore à 100.000 exemplaires en Afrique en 1960. En 2016, ils n’étaient que 28.000 rhinocéros toutes espèces confondues en Afrique et en Asie, selon un rapport de l’ONU.
La corne était à l’origine prescrite en médecine traditionnelle contre la fièvre. Mais de prétendues vertus contre le cancer ont provoqué une augmentation de la demande, notamment au Vietnam, dans les années 2000.
Depuis Londres, Kate Nustedt, directrice de programme à l’association Animals in the Wild / Protection mondiale des animaux, qualifie de « complet scandale » l’élevage d’animaux sauvages à des fins pharmaceutiques.
« Des alternatives synthétiques existent qui constituent un avenir sans cruauté pour la médecine asiatique traditionnelle », estime-t-elle.
©️ AFP

Tags #faune #sauvage #tigres #espèces #menacées #trafic #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 30 Oct 2018 - 8:41
 
Rechercher dans: En défaveur des animaux - Not for animals
Sujet: Chine : tigre et rhinocéros réautorisés à la vente, colère des écologistes
Réponses: 0
Vues: 41

Lot-et-Garonne: Un garde-chasse blessé après une altercation avec des chasseurs

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2362395-20181029-lot-garonne-garde-chasse-blesse-apres-altercation-chasseurs

Nouvel incident autour de la chasse, ce week-end. Cela a eu lieu à Sainte-Maure de Peyriac dans le Lot-et-Garonne. Un homme a été blessé après un différend avec des chasseurs, rapporte La Dépêche du Midi.
Dans cette petite commune des Landes de Gascogne, une battue (officielle) était organisée samedi après-midi. Mais malgré l'autorisation qu'il avait obtenue, les chasseurs n’ont pas pu s’introduire sur un terrain privé. Pourquoi ? Un garde-chasse ne l’entendait pas de cette oreille.
Cet homme de 68 ans a alors tiré alors des coups de feu en l’air pour repousser les chasseurs mais ces derniers ont refusé de partir. Une bagarre a éclaté dans la foulée. Le retraité a été notamment blessé à la tête et transporté à l’hôpital. Les gendarmes poursuivent ce lundi leur enquête pour définir précisément les responsabilités de chacun.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 30 Oct 2018 - 8:34
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Lot-et-Garonne: Un garde-chasse blessé après une altercation avec des chasseurs
Réponses: 0
Vues: 45

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60 % des vertébrés ont disparu en 44 ans

https://fr.yahoo.com/news/adieu-poissons-oiseaux-mammif%C3%A8res-amphibiens-reptiles-60-vert%C3%A9br%C3%A9s-050309512.html


George le Solitaire dans le parc national des îles Galapagos, le 29 avril 2007.
Selon le WWF, entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés sauvages ont chuté de 60 % au niveau mondial. La dégringolade est encore plus marquée dans les zones tropicales. Il en va pourtant de la survie de l'humanité.
Notre maison perd la vie et nous regardons ailleurs – pour paraphraser Jacques Chirac au Sommet de la Terre de 2002. L’ONG WWF publie ce mardi son dernier rapport Planète vivante sur l’état de la biodiversité mondiale. Sans surprise, celui-ci est alarmant, confirmant la tendance ahurissante déjà pointée par les derniers rapports datant de 2016 et 2014. Cette année, l’«Indice planète vivante» (IPV, calculé par la Société zoologique de Londres à partir de données scientifiques collectées sur 16 704 populations appartenant à 4 005 espèces de vertébrés), montre qu’entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés sauvages (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles) ont chuté de 60 % au niveau mondial.
La dégringolade est encore plus marquée dans les zones tropicales. L’Amérique du Sud et l’Amérique centrale ont subi le déclin le plus important, avec une perte de 89 % des populations en 44 ans. Le rythme actuel d’extinction des espèces est aujourd’hui 100 à 1 000 fois supérieur à celui qu’a connu la Terre avant que la pression humaine ne devienne un facteur prépondérant.

Humanité en danger

La dégradation et la perte d’habitat représentent systématiquement les menaces les plus signalées, dans toutes les régions du monde. En cause, les activités humaines et leurs conséquences : agriculture intensive, dégradation des sols, surexploitation, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique, espèces envahissantes… Avec l’explosion de la demande en ressources naturelles et en énergie, l’empreinte écologique mondiale, qui mesure l’impact des activités humaines sur les ressources naturelles, a doublé en un demi-siècle. Seul un quart des terres a échappé aux activités d’Homo sapiens. Un chiffre qui devrait chuter à seulement 10 % en 2050 si l’on (...) Lire la suite sur Liberation.fr


Tags #faune #sauvage #oiseaux #reptiles #écosystèmes
par Choupi91
le Mar 30 Oct 2018 - 8:24
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60 % des vertébrés ont disparu en 44 ans
Réponses: 0
Vues: 35

La génétique confirme qu’il y a 6 sous-espèces de tigres (et non 2 ou 5)

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/10/28/la-genetique-confirme-quil-y-a-6-sous-especes-de-tigres-et-non-2-ou-5/

Washington (AFP) – Une équipe de généticiens a confirmé qu’il y avait bien six sous-espèces de tigres survivantes aujourd’hui, et non deux ou cinq comme d’autres classifications le proposent.
Le nombre de sous-espèces a son importance pour la stratégie de conservation des tigres, une espèce menacée d’extinction et dont la population sauvage est estimée à moins de 4.000 animaux, sur un territoire réduit à 7% de sa zone historique, sur le continent asiatique (le tigre ne vit pas en Afrique à l’état sauvage).
Deux chercheurs chinois ont dirigé l’étude qui a consisté à analyser les génomes de 32 tigres. Leurs résultats ont été publiés jeudi dans la revue Current Biology.
La taxonomie traditionnelle reconnaissait huit sous-espèces dont trois éteintes, mais en 2004 une équipe de chercheurs, emmenée par la généticienne Shu-Jin Luo de l’Université de Pékin, avait proposé une neuvième, le tigre de Malaisie (Panthera tigris jacksoni), comme distincte du tigre d’Indochine. Les travaux publiés jeudi, et conduits par Mme Luo, confirment son existence au niveau du génome.
Les six sous-espèces survivantes, toutes en Asie, sont, du Nord au Sud: les tigres de Sibérie, de Chine méridionale (introuvables à l’état sauvage), du Bengale (parfois blancs), d’Indochine, de Malaisie et de Sumatra.
En 2015, des chercheurs avaient proposé de redéfinir en seulement deux sous-espèces: le tigre d’Asie continentale, et celui des Îles de la Sonde (Sumatra, Java, Bornéo).
Les animaux de différentes sous-espèces peuvent se reproduire entre eux, contrairement aux animaux d’espèces différentes. Ils sont traditionnellement séparés selon des critères arbitraires fondés sur la géographie, la morphologie… et la génétique.
La nouvelle analyse des génomes a aussi permis de remonter dans le temps pour mieux comprendre l’histoire de l’évolution des tigres.
« Les tigres modernes ne remontent qu’à environ 100.000 ans », dit à l’AFP Shu-Jin Luo, qui travaille depuis 15 ans sur ces félins. Cet ancêtre commun est donc relativement récent, ce qui est surprenant, car on a des fossiles de tigres remontant à plus de deux millions d’années.
L’énorme éruption volcanique de Toba, considérée par certains chercheurs comme l’une des pires catastrophes volcaniques de l’histoire récente de la Terre, il y a environ 75.000 ans, a peut-être tué la plupart des tigres, suppose la chercheuse.
Seuls quelques individus auraient survécu au long refroidissement climatique déclenché par l’éruption… dont l’ancêtre des tigres modernes.
La correcte distinction génétique des tigres doit servir à aiguiller les modèles de conservation. « Ils sont le fruit de l’adaptation à leurs habitats et écosystèmes respectifs », dit Shu-Jin Luo. « C’est cette unicité de l’évolution que les acteurs de la protection de la faune tentent de préserver ».
©️ AFP


Un tigre du Bengale au parc zoologique Arignar Anna de Chennai, en Inde, le 24 juillet 2018
©️ AFP Arun SANKAR

Tags #faune #sauvage #tigres #espèces #menacées
par Choupi91
le Lun 29 Oct 2018 - 8:43
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: La génétique confirme qu’il y a 6 sous-espèces de tigres (et non 2 ou 5)
Réponses: 0
Vues: 45

Chasse : des accidents récents relancent la revendication d’une trêve dominicale

https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/10/27/chasse-des-accidents-recents-relancent-la-revendication-d-une-treve-dominicale_5375338_3244.html


Un vététiste britannique tué par le tir d’un fusil de chasse lors d’une battue au gros gibier, samedi 13 octobre, en Haute-Savoie. Un rabatteur mortellement touché alors qu’il se trouvait dans des broussailles, dimanche 21 octobre dans la Meuse. Un autre vététiste blessé à l’épaule durant une battue au sanglier, le même dimanche dans l’Ariège. Ce même jour encore, dans le Finistère, deux surfeurs frôlés par les plombs de chasseurs tirant le faisan.
Depuis l’ouverture de la saison de chasse, début septembre, le tableau s’allonge, et pas au détriment du seul gibier, relançant la question des risques associés à l’activité cynégétique pratiquée par 1,2 million de personnes.
« J’ai convié la Fédération nationale des chasseurs [FNC] lundi [29 octobre] à mon ministère pour une réunion de travail (…) et je demanderai aux chasseurs de prendre des engagements pour renforcer la sécurité », a annoncé, vendredi 26 octobre, le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy. Cela afin de « rassurer les Français ».
« Manquement aux règles élémentaires de sécurité »
Les statistiques publiées par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) montrent que, depuis vingt ans, le nombre d’accidents tend à diminuer, même si la moyenne annuelle (160 cas) reste élevée. Le bilan de la saison 2017-2018, soit 113 accidents, est le plus bas enregistré sur cette période.
Le nombre de morts s’inscrit lui aussi à la baisse. Au cours des deux dernières décennies, il a été divisé environ par deux, avec une moyenne annuelle de vingt et un décès.
La plupart du temps, les chasseurs sont eux-mêmes les victimes collatérales de leur loisir.

Tags #faune #sauvage #animaux #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 29 Oct 2018 - 8:39
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Chasse : des accidents récents relancent la revendication d’une trêve dominicale
Réponses: 0
Vues: 42

Fake off : Non, François de Rugy n'a pas retiré le renard de la liste des nuisibles

https://www.20minutes.fr/planete/2362087-20181028-video-fake-off-non-francois-rugy-retire-renard-liste-nuisibles

Fervent défenseur de la cause animale, Rémi Gaillard​ avait rendez-vous avec le ministre de l’Ecologie, vendredi, pour évoquer les combats qu’il porte depuis de longues années.
Sur son compte Twitter, l’humoriste montpelliérain a partagé une vidéo étonnante, où il se félicite que François de Rugy ait accepté de retirer le renard de la liste des animaux nuisibles. « Je vous remercie d’avoir chassé le renard de la liste des nuisibles », lâche Rémi Gaillard, adressant un baiser un ministre, quelque peu décontenancé derrière lui.

« Pas sur ce sujet, comme ma réaction l’indique »

Plusieurs médias reprennent alors l’information au premier degré, expliquant que le Montpelliérain avait convaincu le ministre, déclenchant la joie des défenseurs des animaux sur les réseaux sociaux. Mais l’information est fausse, bien sûr : on voit bien le ministre, assis aux côtés de la star du Web, faisant un « non » de la tête.
François de Rugy a dû faire un démenti, quelques heures plus tard, face à cette fake news : « Comme je vous l’ai dit, plusieurs décisions concrètes seront prises dans les prochaines semaines en matière de lutte contre la souffrance animale, mais en effet pas sur ce sujet, comme ma réaction l’indique », a écrit le ministre, sur Twitter.
Les sites tombés dans le piège n’ont rectifié l’information que de longues heures après.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance #animaux
par Choupi91
le Lun 29 Oct 2018 - 8:35
 
Rechercher dans: En défaveur des animaux - Not for animals
Sujet: Fake off : Non, François de Rugy n'a pas retiré le renard de la liste des nuisibles
Réponses: 0
Vues: 38

Ecosse: Une chasseuse américaine scandalise en posant avec des chèvres sauvages mortes

https://www.20minutes.fr/monde/2361043-20181025-ecosse-chasseuse-americaine-scandalise-posant-chevres-sauvages-mortes



Des chèvres sauvages à Lynton, au Royaume-Uni. (illustration) — ARDEA/MARY EVANS/SIPA
Une « chasse amusante » pour l’une, révoltante pour les autres. Une « chasseuse de trophées » américaine, s’est attiré les foudres des Ecossais près avoir posté des photos d’elle posant fièrement avec des chèvres sauvages mortes, a rapporté CNN, ce jeudi.
Chasseuse professionnelle et animatrice de télévision, Larysa Switlyk s’est rendue en Ecosse au début du mois d’octobre, avec son petit ami Jason. Un voyage sur l’île sauvage d’Islay, située dans l’ouest du territoire, dédié à la chasse, qu’elle a partagé sur les réseaux sociaux.

« Nous avons chassé dur pendant deux jours pour en trouver une grosse »

« Une belle chèvre sauvage sur l’île d’Islay en Ecosse. Quelle chasse amusante !! Les chèvres vivent au bord des falaises de l’île et savent bien se cacher. Nous avons chassé dur pendant deux jours pour en trouver une grosse, et nous avons finalement réussi. J’ai fait un tir parfait de 200 mètres », a-t-elle écrit pour accompagner une photo d’elle assise derrière l’animal mort.
Dans un second post, elle explique fièrement que son petit ami mérite une « médaille d’or » pour la chèvre qu’il a tuée.
Mais Larysa Switlyk ne s’est pas arrêtée là. Elle a partagé d’autres photos sur son compte avec d’autres chèvres, un bélier ou encore un cerf rouge. Des publications qui ont révolté les Ecossais, soucieux de la protection de la faune et de la flore, qui ont demandé aux politiques de réagir.

Vers un changement de loi en Ecosse ?

Michael Russell, membre du Parlement écossais, a annoncé qu’il soulèverait « de toute urgence » la question de la chasse au Parlement. « Si cela se produit réellement sur Islay, et que c’est mis en place par une sorte de tour-opérateur, je veux que cela cesse immédiatement », a-t-il annoncé sur son compte Twitter.
De son côté, Nicola Sturgeon, la Première ministre écossais a déclaré que le gouvernement « examinera (it) la situation actuelle et jugera (it) si des changements à la loi sont nécessaires ». « Il est tout à fait compréhensible que les images d’Islay montrant des animaux morts affichés comme des trophées soient si bouleversantes et offensantes pour les gens », a-t-elle ajouté sur Twitter.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 26 Oct 2018 - 9:29
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Ecosse: Une chasseuse américaine scandalise en posant avec des chèvres sauvages mortes
Réponses: 0
Vues: 53

Arrêté « cirques » : One Voice contre le ministère de la Transition écologique, audience au Conseil d'Etat le 25 octobre 2018 à 9h30

https://one-voice.fr/fr/presse/arrete-cirques-one-voice-contre-le-ministere-de-la-transition-ecologique-audience-au-conseil-detat-le-25-octobre-2018

Au regard de l'évolution des connaissances scientifiques et du droit des animaux, One Voice a attaqué l'arrêté interministériel du 18 mars 2011 dit "cirques" devant le Conseil d'Etat. One Voice demande que cet arrêté soit annulé, que la détention de tout animal de la faune sauvage soit interdite dans ces établissements, et que ces animaux soient transférés immédiatement dans des sanctuaires.
L'audience se tiendra le jeudi 25 octobre à 9h30.
La remise en cause de cet arrêté "fixant les conditions de détention et d'utilisation des animaux vivants d'espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants" se base notamment sur le fait que les animaux tenus en captivité disposent d’un nouveau statut1 qui les définit comme des êtres sensibles, et ont à ce titre des droits fondamentaux tels que: 

  • le droit à une vie compatible avec les impératifs biologiques de l'espèce concernée, dont le bien-être fait partie intégrante;
  • le droit à l'intégrité ou à la vie (sauf état de nécessité contraire);
  • le droit à ne pas être maltraité, ni torturé, ni abandonné;
  • le droit à ne pas être utilisé de façon abusive.

L'association One Voice défend depuis près de vingt-cinq ans les intérêts des animaux, et a été la première en France à porter devant les tribunaux le cas d'un animal détenu dans un cirque. Elle en a sauvé plusieurs, qui, placés sous sa responsabilité, vivent désormais une vie en semi-liberté dans des sanctuaires.
Avant d'attaquer le texte devant le Conseil d'Etat, l'association avait rencontré le ministère de la Transition écologique et Solidaire, et lui avait écrit ainsi qu'à celui de l'Agriculture et de l'Alimentation, pour leur demander d'annuler le texte. Mais sans réponse de leur part, One Voice a dû saisir la juridiction correspondante. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle a appris que le ministère de la Transition écologique et solidaire, supposé défendre les intérêts de la nature et des animaux s'était exprimé à l'aide d'un mémoire déposé le 1er mars 2018 au Conseil d'Etat, pour faire rejeter les demandes de One Voice!
Il ne reste que huit pays en Europe à ne pas avoir légiféré, la France fait partie de ces derniers, qui continuent à se délester sur leurs communes de cette responsabilité. Les enfants sont les premiers spectateurs de la misère de ces animaux qui sont partie intégrante de notre patrimoine commun. Comment les protègeront-ils s'ils ont cette vision d'eux, alors que ces animaux vivent déjà une 6ème extinction de masse?
Muriel Arnal, présidente et fondatrice de One Voice déclare:
« De nombreux pays adaptent leur réglementation aux connaissances scientifiques et à l'évolution de la société. La France sera-t-elle le dernier à progresser en mettant fin à la captivité et à l'itinérance des animaux sauvages ? On sait que les spectacles d’animaux dressés dans les cirques empêchent le développement normal de l’empathie chez les enfants. Pourtant, le ministère de l’Ecologie laisse les cirques continuer de leur présenter des animaux sauvages sous écrous et de la violence banalisée. Nous parlons de tigres, de lions, d'éléphants, ici, d’animaux en grand danger d’extinction. Leur place n'est pas dans un camion sur une route, pas plus que sur une piste dans une musique tonitruante.​​ »


  1. L’article 515-14 du code civil, statuant que: "Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité".


Carte des communes françaises refusant l'exploitation des animaux par les cirques itinérants

Carte des pays refusant l'exploitation des animaux par les cirques itinérants

Tags #faune #sauvage #animaux #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 25 Oct 2018 - 10:33
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Arrêté « cirques » : One Voice contre le ministère de la Transition écologique, audience au Conseil d'Etat le 25 octobre 2018 à 9h30
Réponses: 0
Vues: 43

Etats-Unis: «Ne tirez pas sur George!», le message d'une famille pour protéger son cerf domestique des chasseurs

https://www.20minutes.fr/insolite/2360047-20181024-etats-unis-tirez-george-message-famille-proteger-cerf-domestique-chasseurs



Illustration d'un cerf dans son milieu naturel. — Pexels
Une famille originaire de la Caroline du Sud aux Etats-Unis demande aux chasseurs locaux de ne pas tirer sur le cerf qu’elle a adopté, rapporte The State.
La famille a expliqué que George, son jeune cerf, était autorisé à se promener librement près de sa propriété du comté de Chester et même au-delà. Mais à l’approche de la saison de la chasse, elle a tenu à prévenir les chasseurs qu’il s’agissait du sien et que sa vie devait donc être épargnée. L’appel à la clémence des chasseurs a été publié sur Facebook.

#NeTirezPasSurGeorge

« Avis aux chasseurs locaux… S’il vous plaît, ne tirez pas sur le cerf avec le ruban jaune autour de ses bois », lit-on dans le message. « Si vous le voyez, il s’agit de George ! », a écrit Kena Lucas Funderburk. « De plus, si vous apercevez George, envoyez-nous un message et indiquez-nous où ! Nous aimerions savoir où il se rend cette saison ». Le mot dièse « Ne Tirez Pas Sur George » conclut le post publié mardi.
Le jeune cerf a été recueilli alors qu’il était encore bébé par la famille après que sa mère a été renversée et tuée par une voiture. Les enfants et le chien de la famille ont noué des liens particuliers avec George. Lorsqu’il a atteint l’âge adulte, il a été autorisé à sortir de la propriété. La famille a expliqué qu’il pouvait partir pour une durée de trois à six mois mais qu’il finissait toujours par revenir à la maison.

Le droit à un « laissez-passer »

Kena qui a posté le message sur Facebook, a déclaré que les chasseurs avaient répondu positivement à la demande de la famille. « Vous recevrez un laissez-passer de notre part », ont même plaisanté certains. Un chasseur leur a depuis rapporté, qu’il avait bien aperçu le cerf aux bois jaunes à 24 kilomètres de leur domicile.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Jeu 25 Oct 2018 - 8:43
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Etats-Unis: «Ne tirez pas sur George!», le message d'une famille pour protéger son cerf domestique des chasseurs
Réponses: 0
Vues: 44

Un lionceau retrouvé dans un appartement du Val-de-Marne

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2359571-20181024-lionceau-retrouve-appartement-val-marne

Un lionceau détenu illégalement dans un appartement de Valenton (Val-de-Marne) a été retrouvé mardi soir et son propriétaire arrêté, a-t-on appris d’une source proche du dossier.
Le lionceau, une femelle d’un mois et demi, a été retrouvé sur un lit d’enfant, chez des voisins d’immeuble de son propriétaire. Ce dernier, 30 ans et bien connu de la police, était caché dans un placard. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Une enquête a été ouverte.
Le lionceau « en parfaite santé » a été capturé et confié à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Vidéos sur les réseaux sociaux

Les policiers ont découvert l’existence de l’animal grâce à des vidéos qui circulaient sur les réseaux sociaux. Un homme, originaire de l’Essonne, y « laissait entendre qu’il avait un lionceau à vendre. Il semblerait que le prix qui circulait était de 10.000 euros », a expliqué la source.
Le lionceau, sûrement « volé », aurait été acheté par l’homme interpellé à Valenton, qui avait lui aussi probablement l’intention de le revendre, estiment les enquêteurs.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 24 Oct 2018 - 8:40
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Un lionceau retrouvé dans un appartement du Val-de-Marne
Réponses: 0
Vues: 50

En Charente-Maritime, la Fédération des chasseurs lance une « prime au mérite » pour ceux qui tuent le plus de renards

https://www.demotivateur.fr/article/charente-maritime-la-federation-des-chasseurs-propose-une-prime-au-merite-pour-ceux-qui-tuent-le-plus-de-renard-14750

La Fédération des chasseurs du département de Charente-Maritime a créé un challenge poussant ses membres à tuer le plus de renards possibles avec de belles récompenses à la clé.
À l’heure actuelle, la pratique de la chasse n’a jamais autant divisé la population. Non contents de tuer des animaux, les chasseurs mettent de plus en plus en danger la vie d’autrui, qu’il soit vététiste ou surfeur.
Si le débat a pris plus d’ampleur, les chasseurs continuent leurs activités et rajoutent même un peu de piment à l’image de la Fédération des chasseurs de Charente-Maritime qui compte 19 000 adhérents. En effet, cette dernière a créé le challenge du « meilleur chasseur de renard de l’année ».
Ce défi a pour but de « récompenser » ses membres qui s’impliquent dans la lutte contre les prédateurs. Ainsi, elle a mis en place une «prime au mérite»comme le stipule le courrier envoyé aux membres dans un courriel qu’a pu consulter le Parisien : « Les chasseurs qui rapporteront individuellement au moins 35 queues de renards » pourront se faire rembourser leur permis de chasse. De plus, un bon d’achat de 500 euros auprès d’un équipementier partenaire sera également délivré en cadeau.
Une prime au mérite récompense les chasseurs qui tueront le plus de renards en Charente-Maritime. Crédit photo : Shutterstock / Paul Reeves Photography
Le courriel ayant fuité, la polémique a rapidement gagné la sphère publique. Du côté des associations écologiste, comme Nature Environnement 17, on dénonce une initiative « totalement irresponsable » : « Les chasseurs se disent premiers protecteurs de la nature… Cette intolérance est inadmissible » s’insurge Patrick Picaud, président de l’association en question.
En réponse, le président de la Fédération des chasseurs de Charente-Maritime, Christophe Bouyer, tente de tempérer le caractère de ce challenge : « Le renard est un prédateur, nous souhaitons le réguler. Et réguler, ce n’est pas exterminer » s’appuyant sur « de nombreuses études » caractérisant le renard comme un nuisible ayant un impact négatif sur l’environnement.
En tout cas, motiver ses 19 000 membres à tuer le plus de renards possible pour avoir un bon d’achat, ça semble tout de même déraisonnable comme type de régulation.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 24 Oct 2018 - 8:38
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En Charente-Maritime, la Fédération des chasseurs lance une « prime au mérite » pour ceux qui tuent le plus de renards
Réponses: 0
Vues: 50

Crozon. Des surfeurs frôlés par des plombs de chasse

https://www.letelegramme.fr/finistere/crozon/crozon-des-surfeurs-froles-par-des-plombs-de-chasse-22-10-2018-12114005.php#

Alors qu’ils se dirigeaient vers la mer, dimanche matin à Crozon (29), près de la plage de Lostmarc’h, deux surfeurs ont connu une peur bleue. Ils se sont jetés à terre après avoir entendu un coup de fusil, avant que plusieurs plombs ne retombent tout près d’eux. Les surfeurs pensent avoir été visés par deux chasseurs. Ces derniers disent, de leur côté, avoir tiré en l’air pour toucher un faisan. L’incident, relayé sur les réseaux sociaux, a suscité un débat enflammé entre anti et pro-chasse.

rédéric Habasque n’en revient toujours pas. Dimanche matin, alors qu’il venait de garer son véhicule près de la station d’épuration de Lostmarc’h, à Crozon, il a eu la frousse de sa vie. « Nous nous dirigions vers la plage de Lostmarc’h pour aller surfer avec un ami. On trottinait sur le sentier entre le parking et la plage. Comme nous avions très froid aux pieds sur ce sentier, nous courions en faisant des petits sauts, un peu cachés par les landes », relate le Malouin de 41 ans. « C’est là que nous avons entendu un énorme coup de feu. On s’est jetés par terre et des plombs sont retombés à tout juste 50 cm de nous », s’exclame le surfeur, qui fréquente rarement les lieux.

« Ils tiraient à contre-jour ! »


En se retournant, son ami et lui aperçoivent deux chasseurs, à une centaine de mètres. Frédéric Habasque dit « les avoir incendiés pendant deux minutes sans que les chasseurs ne s’excusent. Pour moi, ils nous ont visés en pensant que nous étions des animaux. Il y avait des petits bancs de brume et ils avaient le soleil en plein dans les yeux, ils tiraient à contre-jour ! », reproche-t-il aux chasseurs.
(nono)

« Ils ont tiré en l’air après avoir vu un faisan »


Ces derniers reconnaissent leur présence sur les lieux mais donnent une explication différente de l’incident. « J’ai discuté avec eux. Ils ont tiré en l’air après avoir vu un faisan. S’ils avaient vu qui que ce soit sur le chemin menant du parking à la plage, ils n’auraient bien sûr pas tiré », explique Joël Le Gall, président de la société de chasse de Crozon. « Je ne veux pas non plus minimiser l’incident. Je comprends que ça puisse faire peur et que ce soit désagréable d’avoir une pluie de plombs qui tombent à côté de soi », poursuit-il.


« Alerter sur les problèmes de sécurité »


Relayé sur Facebook par Frédéric Habasque, cet incident a suscité des dizaines et des dizaines de commentaires. Ce torrent de remarques s’inscrit dans un contexte où de nombreux accidents, aux conséquences parfois dramatiques, entre randonneurs ou vététistes et chasseurs sont relayés dans la presse. Certains internautes ont ironisé, se demandant s’il allait falloir interdire aux surfeurs d’accéder à l’eau en période de chasse. Une référence à la proposition pour le moins maladroite d’un député de la République en Marche, suggérant l’interdiction du VTT en période de chasse, quelques jours après la mort d’un vététiste après un tir accidentel.


« Il y a eu des remarques haineuses envers les chasseurs, ce n’était pas mon but. Je veux juste alerter sur les problèmes de sécurité que cela pose à un endroit comme Lostmarc’h, où de nombreux surfeurs étaient à l’eau avant moi et où des familles se promenaient », exprime le Malouin.

« Les surfeurs peuvent aller à l’eau toute l’année »


« Nous sommes des utilisateurs de la nature comme les autres », se défend quant à lui Joël Le Gall. « Les surfeurs ont le droit d’aller à l’eau du 1er janvier au 31 décembre. Nous, nous ne pouvons chasser que de mi-septembre à mi-février et seulement certains jours de la semaine. Le problème de la sécurité se pose en permanence, aux chasseurs, d’être très vigilants. Est-ce qu’il faut interdire la chasse à cause d’un accident alors que pendant des années, il n’y a eu aucun problème ? », s’interroge-t-il, tout en condamnant « l’intolérance de certains donneurs de leçon ».

« Les sociétés de chasse locales sont vigilantes »


Les surfeurs ont appelé les gendarmes sur les lieux quelques minutes après l’incident, sans déposer plainte toutefois. À noter que, si de nombreuses parcelles dont le Conservatoire du littoral est propriétaire en Presqu’île (900 ha au total) sont interdites à la chasse, elle y est autorisée sur la zone où les coups de feu ont été donnés. « Les sociétés de chasse locales sont vigilantes à ce sujet », assure Didier Cadiou, responsable des espaces naturels et du patrimoine à la Ville de Crozon. Avant de rappeler tout de même que « tirer en direction d’un sentier est interdit ».

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 23 Oct 2018 - 9:32
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Crozon. Des surfeurs frôlés par des plombs de chasse
Réponses: 0
Vues: 43

Indonésie: Une espèce rare d'orang-outan menacée par un projet de barrage hydroélectrique

https://www.20minutes.fr/planete/2358363-20181022-indonesie-espece-rare-orang-outan-menacee-projet-barrage-hydroelectrique



L'orang-outan de Tapanuli, espèce très rare découverte en 1997. — Tim Laman/Wikimedia Commons
Un projet de barrage menace le singe le plus rare du monde. Dans la forêt tropicale de Sumatra (Indonésie), l’orang-outan de Tapanuli est menacé par la construction d’un barrage hydroélectrique, financée par la Chine et censé entrer en fonctionnement en 2022.
Ce projet fait partie du programme des « nouvelles Route de la Soie », pour lequel la Chine compte développer des infrastructures dans 70 pays en Asie et en Europe. L’Indonésie, sujette à de fréquentes coupures de courant, a justement besoin de renforcer sa capacité de production d’électricité.

Un habitat menacé

Mais ce projet pourrait signer l’arrêt de mort des 800 orangs-outans de cette forêt, s’alarment scientifiques et militants de la cause animale. Découverte en 1997, l’espèce des « Pongo Tapanuliensis » est proche des orangs-outans de Bornéo, avec une fourrure orange plus frisée que celles de leurs cousins de Sumatra. Ils portent aussi une moustache imposante.
Mais le futur barrage risquerait d’inonder une partie de l’habitat naturel de ce primate. Des routes et des lignes électriques traverseraient la forêt, sonnant « le glas » de cette espèce déjà peu nombreuse, selon Erik Meijaard, le biologiste qui a découvert l’orang-outan de Tanapuli. « Les routes vont amener des chasseurs et des habitants. Généralement, c’est à ce moment-là que les choses se gâtent. »
Le silence des partenaires du projet
Ces menaces environnementales sont pourtant à peine mentionnées dans l’étude d’impact sur l’environnement de PT North Sumatra Hydro Energy, constructeur du barrage. En août, le Forum indonésien pour l’environnement a porté plainte contre le permis accordé au projet par le gouvernement. Selon l’association, les effets sur la faune et l’avis des communautés locales n’ont pas été suffisamment pris en compte par l’entreprise.
Les partenaires chinois ont pourtant confirmé leur soutien au projet électrique. « Nous espérons que ceux qui financent ce projet vont réaliser les problèmes environnementaux et sociaux qui y sont associés et se retirer », indique le militant environnemental Yuyun EknasTags #singes #faune #sauvage #espèces #menacées #déforestation
par Choupi91
le Lun 22 Oct 2018 - 14:15
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Indonésie: Une espèce rare d'orang-outan menacée par un projet de barrage hydroélectrique
Réponses: 0
Vues: 45

Un VTTiste grièvement blessé pendant une partie de chasse en Ariège

https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/21/2892706-vttiste-grievement-blesse-lors-partie-chasse-ariege.html

Ce dimanche, vers 11 heures, un VTTiste a été grièvement blessé par le projectile d'une arme de chasse. L'accident s'est produit sur la commune de Mirepoix en Ariège, dans le secteur du lieu-dit "Mazerette" , lors d'une battue au sanglier. Selon nos informations, la victime a été touchée à l'épaule. Ses jours ne sont pas en danger mais elle a été evacuée vers un centre hospitalier toulousain, après de difficiles opérations de secours en raison de la configuration des lieux.
Le parquet de Foix a, bien sûr, ordonné l'ouverture d'une enquête afin de déterminer les circonstances de cet accident. Lequel intervient une semaine après qu'un VTTiste britannique est décédé en Haute-Savoie, mortellement touché par le projectile d'une arme de chasse. Et deux jours après que le député de l'Aude, Alain Péréa a provoqué un tollé en posant sur Twitter la question volontairement provocatrice: " Pourquoi ne pas interdire la pratique du VTT pendant la chasse?"  
Un post destiné, avait ensuite expliqué le parlementaire, à montrer qu' "interdire la chasse le dimanche est aussi stupide qu'interdire le vélo le dimanche" . Il souhaitait surtout "ouvrir le débat" et faire entendre ceux qui défendent la chasse: "Comment va-t-on réguler les populations de sangliers et de cervidés si on interdit la chasse le dimanche ? L'interdiction systématique ne répond à aucune logique », avait-il expliqué à La Dépêche du Midi avant de se montrer rassurant: "Je n'ai aucune intention d'interdire le VTT le dimanche" .

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 22 Oct 2018 - 10:18
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Un VTTiste grièvement blessé pendant une partie de chasse en Ariège
Réponses: 0
Vues: 40

Clap de fin pour le « zoo de l'enfer » en Albanie où des dizaines d'animaux maltraités ont été sauvés

https://www.demotivateur.fr/article/en-albanie-les-autorites-viennent-de-fermer-le-zoo-de-l-enfer-et-de-sauver-des-dizaines-d-animaux-maltraites-14720

En Albanie, les autorités viennent de fermer les portes du Safari Park Zoo, connu pour être le «zoo de l’enfer» où les animaux souffrent de maltraitances et de malnutrition.
Il a fallu qu’un photographe, sous couvert d’anonymat, expose ses clichés montrant des animaux maltraités, enfermés dans des conditions insalubres, pour que les autorités interviennent.
Parmi les photos, celle d’un lion, sévèrement mal nourri, arborant un immense cocard en dessous d’un œil injecté de sang. À travers son regard, on peut aisément deviner le roi de la jungle a été maltraité physiquement, en plus d’apparaître très affaibli à cause de la malnutrition.
Caters News Agency
Après avoir vu ces photos, le ministre du Tourisme et de l’environnement albanais, Blendi Klosi, a donc ordonné la fermeture du zoo et le sauvetage immédiat de ces animaux.
« Tous les animaux sont gardés dans des petites cages, dans des conditions d’hygiènes exécrables, avec aucune possibilité d’échapper à cet environnement ou aux yeux des visiteurs » ont déclaré les autorités, ajoutant que « les animaux souffrent de problèmes physiques et psychologiques à cause des conditions de vie misérables, de mauvais soins vétérinaires et un manque de régime approprié ».
Caters News Agency
Dans ce zoo, ce sont donc trois lions, un zèbre, un cerf, quelques singes, un ours et un lion qui devaient être secourus. Un vétérinaire dépêché sur place a déclaré que c’étaient « les pires conditions de vie qu’il n’a jamais vu pour des animaux ».
Caters News Agency
Désormais, les autorités albanaises vont travailler avec des organismes de protection animalière, comme Four Paws et Wild Animals Department, pour soigner ses animaux, les remettre sur pied et probablement les transférer dans des zoos où ils auront à de biens meilleures conditions de vie.

Tags #faune #sauvage #zoos #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Lun 22 Oct 2018 - 8:29
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Clap de fin pour le « zoo de l'enfer » en Albanie où des dizaines d'animaux maltraités ont été sauvés
Réponses: 0
Vues: 60

Emmanuelle Wargon rattrapée par des propos où elle vantait les mérites de l'huile de palme

https://www.demotivateur.fr/article/emmanuelle-wargon-rattrapee-par-des-propos-ou-elle-vantait-les-merites-de-l-huile-de-palme-14713

À peine arrivée, déjà critiquée. En même temps, lorsque l’on défend l’huile de palme et que l’on débarque au ministère de l’écologie trois mois après, forcément, ça coince quelque part…
C’était difficile de passer à côté, mais ce mardi 16 octobre, de nouvelles têtes ont fait leur entrée au gouvernement lors du remaniement annoncé. Parmi elles, l’ancienne directrice de la communication et des affaires publiques du groupe Danone, Emmanuelle Wargon, est devenue secrétaire d’État à la transition écologique.
À peine arrivée, déjà critiquée. En même temps, lorsque l’on défend l’huile de palme et que l’on débarque au ministère de l’écologie trois mois après, forcément, ça coince quelque part…
C’était difficile de passer à côté, mais ce mardi 16 octobre, de nouvelles têtes ont fait leur entrée au gouvernement lors du remaniement annoncé. Parmi elles, l’ancienne directrice de la communication et des affaires publiques du groupe Danone, Emmanuelle Wargon, est devenue secrétaire d’État à la transition écologique.
« L’huile de palme, on en a besoin pour les laits infantiles, c’est l’un des produits essentiels pour les laits infantiles. Pourtant, c’est un ingrédient qui fait l’objet de plus en plus de méfiance, à la fois pour des raisons environnementales (…) et aussi pour une forme de défiance, d’absence de naturalité et donc on en a besoin et on est tout à fait capable d’expliquer pourquoi » expliquait-elle, précisant que « l’huile de palme est le meilleur des ingrédients pour les laits infantiles ».
Par ailleurs, lors du même évènement, elle défendait également l’utilisation des OGM : « On n’a pas pris une position dogmatique sur les OGM, parce que cette position dogmatique ce serait un refus de l’innovation et un refus de la science ».
Huile de palme et OGM, autant le dire, c’est le combo maléfique pour tout écologiste qui se respecte. Évidemment, ces propos ressortis ont suscité un grand nombre de critiques sur les réseaux sociaux de la part des opposants politiques à l’image de Yannick Jadot, député européen des écologistes sur RTL:
« C’est un très mauvais signal pour l’écologie. (…) Les lobbies ne sont plus simplement des groupes de pression qui viennent dans les ministères faire pression sur les ministres, ils sont officiellement les ministres, ça pose un vrai problème de défense de l’intérêt général ».
Forcément, du côté du gouvernement, on s’empresse d’éteindre l’incendie à l’image du porte-parole Benjamin Griveaux, qui a insisté sur le fait qu’Emmanuelle Wargon devra bel et bien combattre l’huile de palme : « Le combat contre l’huile de palme est un des objectifs calés par le gouvernement, c’est désormais sa feuille de route ».
Nous voilà rassurés… enfin pas vraiment, en fait.

Tags #faune #sauvage #singes #déforestation #espèces #menacées #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 18 Oct 2018 - 12:21
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Emmanuelle Wargon rattrapée par des propos où elle vantait les mérites de l'huile de palme
Réponses: 0
Vues: 60

Quatre Lynx relâchés dans le Jura après un sauvetage épique

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/10/18/quatre-lynx-relaches-dans-le-jura-apres-un-sauvetage-epique/

L’Étoile (France) (AFP) – Trois caisses en bois pour les trois petits et une plus grosse, en fer, pour la mère, sont disposées au bout d’un chemin forestier accidenté, au fin fond du massif du Jura. Dans quelques instants, ces quatre lynx recouvreront la vie sauvage.
Menée par Athénas, un centre de sauvegarde de la faune sauvage, cette opération est une première en Europe où jamais encore une femelle lynx blessée dans une collision avec un véhicule n’avait été relâchée avec ses petits.
Chaque année, près de dix lynx boréals, espèce protégée et menacée, sont victimes d’accidents de la route ou de braconnage sur une population française estimée à un peu plus de cent individus, majoritairement établis dans le massif jurassien.
La mère et sa progéniture âgée de quatre mois – deux mâles et une femelle baptisés Esteban, Zia et Tao – ont été relâchés mardi dans la fraîcheur du petit matin et dans le plus grand silence, pour ne pas effrayer les félins.
L’opération devait rester confidentielle pendant 48 heures afin d’éviter l’afflux de photographes amateurs voire de chasseurs ou d’éleveurs opposés à la présence de cette espèce qui se nourrit principalement de chamois et de chevreuils.
Implanté sur la commune de L’Etoile, Athénas était le seul établissement en France en mesure de recueillir, soigner et relâcher ces lynx boréals. Semblables à de gros chats au pelage roux tacheté, ils sont reconnaissables à leurs oreilles triangulaires surmontées d’un « pinceau » de poils noirs.
En 31 années d’existence, ce centre a recueilli plus de 18.000 animaux sauvages blessés.
Les cages sont ouvertes en même temps et le premier jeune bondit immédiatement avant de s’enfoncer dans la forêt de feuillus. Les deux autres suivent de près. Mais la mère, stressée, reste allongée, dos à l’ouverture de la cage.
L’équipe d’une petite dizaine de personnes -soigneur, vétérinaire, volontaires…-, devra retourner la cage pour qu’elle suive enfin ses petits. Le tout, sous le regard vigilant de quatre agents de l’Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).
Pour l’équipe du centre Athénas, c’est un soulagement. « Elle boite encore un peu mais ça devrait le faire », observe le directeur, Gilles Moyne.
La mère, identifiée dans le secteur de Lons-le-Saunier depuis 2015, a été victime d’une collision routière le 25 septembre. Alerté par un automobiliste, le centre a soigné sa fracture ouverte du tibia et son traumatisme crânien.
« On a tout de suite vu qu’elle était allaitante », explique Gilles Moyne. Des appareils photo équipés de détecteurs de mouvements ont permis de repérer les trois jeunes et de les capturer cinq jours plus tard grâce à des appâts de viande disposés au fond de cages à fermeture automatique.
« Ils étaient affamés et déjà amaigris. Ils ont été placés dans un enclos avec une femelle non relâchable car la mère venait d’être opérée. Après douze jours de convalescence, on a pu la remettre en présence des jeunes. Elle les a tout de suite reconnus et a même repris l’allaitement », raconte le directeur.
La femelle relâchée mardi sera suivie grâce à un collier émetteur qui s’ouvrira de lui-même au bout d’un an.
« C’est fondamental de les laisser ensemble parce que les jeunes vont encore rester cinq mois avec elle avant la dispersion », poursuit Gilles Moyne. Statistiquement, seul un petit sur quatre survit, alors, « probablement, sur les trois jeunes, seul un atteindra l’âge adulte » si l’on prend en compte la sélection naturelle mais aussi les facteurs humains.
« Il y a le braconnage, mis en évidence avec les cinq plombs anciens retrouvés dans la tête de cette femelle. Mais aussi les accidents » toujours plus nombreux, constate le directeur du centre Athénas.
Mais « plus de collisions ne veut pas dire hausse de la population de lynx qui est en stagnation depuis 50 ans », précise-t-il encore.
©️ AFP

Un lynx blessé soigné au centre Athénas, le 11 janvier 2018 à Lons-le-Saunier, dans le

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées #protégées
par Choupi91
le Jeu 18 Oct 2018 - 8:39
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Quatre Lynx relâchés dans le Jura après un sauvetage épique
Réponses: 0
Vues: 49

Commissionnaire d'une agence oeuvrant pour la nature, il crée la polémique en se vantant de ses trophées de chasse en Afrique

https://www.demotivateur.fr/article/etats-unis-un-commissionnaire-d-une-agence-de-protection-de-la-nature-epingle-a-cause-de-ses-safaris-et-ses-trophees-14685

Aux Etats-Unis, un dénommé Blake Fischer a fait les gros titres à cause de ses activités extra-professionnelles, et surtout pour en avoir tiré une certaine fierté.
Le problème pour Blake Fischer, ce n’est pas forcément d’être un passionné de la chasse et des safaris en Afrique, c’est surtout de jouir de cette activité au regard de son emploi. En effet, l’homme est un des Commissionnaires (un cadre dirigeant, ndlr) de l’agence gouvernementale Idaho Fish and Game, qui œuvre pour la protection de la faune et la flore de l’État de l’Idaho.
Surtout, le gros problème, c'est que Blake Fischer ne se cache pas et se serait même vanté d’avoir tué 14 animaux, dont notamment « toute une famille de babouins » lors d’un safari en Namibie le mois dernier, à travers un courrier électronique envoyé à ses collègues, photos à l’appui, selon The Idaho State Journal.
Forcément, se vanter de tuer des animaux auprès de ses collègues lorsqu’on travaille dans une agence oeuvrant pour la protection de la nature, les exploits de « chasseur » de l’intéressé n’ont pas vraiment été appréciés.
Sur les clichés envoyés à ses collègues, on pouvait notamment l’apercevoir poser à côté de ses trophées : une girafe, un léopard, quelques babouins et un phacochère.

Dans son mail, Fischer écrivait notamment sur un ton amusé : « Ma femme voulait me regarder et avoir un ressenti de l’Afrique… alors j’ai tué une famille entière de babouins. Je pense qu’elle s’est rapidement fait une idée ».
Son mail a donc conduit à une fronde interne puisque plus d’une centaine d’employés ont signalé son mail et ont demandé sa démission. Blake Fischer, conscient aujourd’hui qu’il n’aurait pas dû envoyer ses photos, ne regrette pas d’avoir obtenu ses trophées : « Je n’ai rien fait d’illégal, je n’ai rien fait qui n’était pas éthique, je n’ai rien fait d’immoral » se défend-il auprès du journal The Idaho Statesman.
Dans l’Idaho, cette agence gouvernementale compte sept commissionnaires, élus pour quatre ans, qui doivent être soutenus par le gouverneur et confirmés par le Sénat. En place depuis 2014, Blake Fischer venait à peine de s’engager pour un second mandat mais n’a pas été encore confirmé par le Sénat.
Plusieurs anciens commissionnaires, appelés à donner leur avis sur la situation, ont écrit à un membre du gouvernement pour les prévenir d’un «problème explosif» si le cas Blake Fischer n’était pas rapidement réglé, par un renvoi ou une démission forcée.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 16 Oct 2018 - 8:26
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Commissionnaire d'une agence oeuvrant pour la nature, il crée la polémique en se vantant de ses trophées de chasse en Afrique
Réponses: 0
Vues: 68

Après la mort d'un vététiste, tué accidentellement par un chasseur, le maire de Montriond interdit la chasse

https://www.demotivateur.fr/article/haute-savoie-un-vetetiste-tue-par-un-chasseur-le-maire-de-la-ville-suspend-la-chasse-14679

Ce samedi 13 octobre, à Montriond (Haute-Savoie), un vététiste a été accidentellement tué par un jeune chasseur qui effectuait une battue. En attendant les résultats de l’enquête, le maire a décidé de suspendre la chasse.
« Tant qu’on n’a pas tous les éléments de l’enquête, la chasse restera suspendue ». Ce sont par ces mots que la mairie de Montriond a communiqué ce lundi matin après la mort accidentelle d’un homme qui faisait du VTT, tué par un chasseur.
L’accident se serait produit vers 18h, samedi 13 octobre, lors d’une battue au gros gibier organisé par des chasseurs locaux, en présence d’invités. Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire aggravé à l’encontre du jeune chasseur, âgé de 22 ans, qui n’a pas pu être placé en garde à vue car il a été hospitalisé en état de choc.
À Montriond, le maire suspend la chasse après la mort d’un vététiste, tué accidentellement par un chasseur. Crédit photo : Shutterstock / AndreyUG
La victime se nomme Mark Sutton, un restaurateur âgé de 34 ans originaire du Pays de Galles, qui possédait deux établissements dans la région. Décrit comme un vététiste assidu, l’homme était « parfaitement identifiable » sur ce chemin régulièrement fréquenté selon les premiers éléments de l’enquête.
Si l’enquête suit naturellement son cours, ce nouvel accident de chasse ne laisse pas la fédération des chasseurs de la Haute-Savoie indifférente. En effet, il y a quinze jours, un jeune chasseur, qui avait tué un traileur d’une balle en pleine tête en décembre 2015, a été condamné à un an de prison ferme.
Suite à cet incident, une prise de conscience dans la région avait conduit à l’interdiction de la chasse dans certains secteurs trop fréquentés par les promeneurs tandis qu’une application qui informe sur les jours et les zones de chasse avait été créée.
Hélas, un accident peut toujours arriver…

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 15 Oct 2018 - 13:29
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Après la mort d'un vététiste, tué accidentellement par un chasseur, le maire de Montriond interdit la chasse
Réponses: 0
Vues: 42

Versailles : la battue aux sangliers dans le parc du château fait polémique

https://fr.yahoo.com/news/versailles-battue-sangliers-parc-ch%C3%A2teau-fait-pol%C3%A9mique-140356925.html

Versailles, lundi 24 septembre. Les tireurs et rabatteurs n’ont pas hésité à franchir des clôtures pour aller récupérer des animaux blessés
Une battue administrative dans le parc du château de Versailles aurait tourné à la boucherie selon une association de protection des animaux.
Que s’est-il passé, lundi 24 septembre, dans le parc du château de Versailles ? Une « boucherie », selon la fondation Assistance aux Animaux. Présente au moment des faits, cette dernière s’émeut des conditions dans lesquelles une battue administrative aux sangliers s’est muée en un acte « sanglant ».
Ce jour-là, 105 tireurs et conducteurs de chiens se déploient dans le parc, fermé au public, afin d’abattre des sangliers, laies et marcassins, coupables de dégradations et préalablement piégés dans l’enceinte par des clôtures. La battue fait suite à deux opérations précédentes menées les 31 mai et 30 août derniers.

« L’un d’eux a dirigé son arme vers moi »

C’est à partir de là que les choses dérapent, selon la fondation. Les chasseurs se seraient montrés violents et n’auraient pas hésité à tirer sur des bêtes qui, effrayées, s’étaient réfugiées dans un enclos clôturé destiné à des poneys. « Je leur ai crié de ne pas tirer mais l’un d’eux a dirigé son arme vers moi puis a tué une laie avant d’enjamber la clôture afin de récupérer le cadavre. Ils sont allés jusqu’à appeler la police car, selon eux, on n’a pas le droit de les dissuader de tuer », rapporte un témoin.
La fondation, partenaire du château de Versailles, considère le site comme un « lieu d’accueil » pour ses protégés. Elle gère 150 animaux au sein d’une ferme pédagogique qui se trouve dans la Ferme de Marie-Antoinette, récemment restaurée et rouverte au public. Elle a aussi en charge 200 moutons qui paissent dans le parc.

Pour le préfet, « cette battue, comme les précédentes, était absolument indispensable »

« La manière dont les choses se sont passées nous choque. Après deux battues infructueuses, pourquoi ne pas chercher à renvoyer les animaux vers la nature plutôt que de pratiquer une telle barbarie », s’interroge une de ses porte-parole. Le château, qui ne fait que (...)
Lire la suite sur LeParisien.fr

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 28 Sep 2018 - 9:00
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Versailles : la battue aux sangliers dans le parc du château fait polémique
Réponses: 0
Vues: 72

Australie : trois hommes recherchés pour avoir torturé et tué des kangourous

https://fr.yahoo.com/news/australie-trois-hommes-recherch%C3%A9s-avoir-tortur%C3%A9-tu%C3%A9-kangourous-065751883.html

Depuis plusieurs mois, des actes sauvages de mutilations visant des kangourous, des émeus ou des koalas inquiètent les services de police australiens.
La police australienne a diffusé ce mercredi les photos de trois hommes qu’elle soupçonne d’avoir torturé et tué des kangourous. Ces actes de cruauté interviennent après une série de mutilations animales qui suscitent l’indignation dans le pays.
Les trois individus sont recherchés pour des faits distincts survenus les 16 et 19 juin au cours desquels « deux kangourous furent torturés et tués », précise la police de l’Etat d’Australie-Occidentale. L’attaque horrible avait été filmée par un téléphone portable qui a été récupéré par la police, indique The West Australian.
Les vidéos d’une rare cruauté montrent les pauvres kangourous frappés à coups de poing américain et poignardés par les trois hommes qui ne cessent de rire. Un des animaux est également brûlé vif avant d’être tué d’une balle dans la tête à bout portant.
Selon les policiers, il s’agit d’un des cas de cruauté envers les animaux les plus horribles qu'ils aient jamais vus.

Il renversait des émeus au volant de son 4X4

Les autorités de l’Etat de Victoria, au sud du pays, ont par ailleurs arrêté vendredi un homme de 20 ans, Jacob Macdonald, qui risque d’être mis en examen en vertu de la loi réprimant la cruauté envers les animaux, indique The Advertiser.
Jacob Macdonald a diffusé une vidéo où il écrase des émeus au volant de son 4X4/YouTube
Cet autre individu est soupçonné de s’être filmé en train de renverser une dizaine d’émeus au volant de son 4X4, comptant en rigolant chaque animal percuté. La vidéo avait entraîné un déluge de réactions indignées sur les réseaux sociaux.
Au mois de janvier, un koala mort avait été découvert crucifié à un poteau avec ces vis industrielles dans un parc près de Gympie, dans l’est de l’Australie.
Auparavant, dans l’Etat de Victoria, un kangourou avait ainsi été retrouvé mort par balles, vêtu d’un imprimé léopard et attaché à (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 27 Sep 2018 - 9:08
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Australie : trois hommes recherchés pour avoir torturé et tué des kangourous
Réponses: 0
Vues: 80

Un juge américain sauve la peau des grizzlis du parc de Yellowstone

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/09/26/un-juge-americain-sauve-la-peau-des-grizzlis-du-parc-de-yellowstone/

Los Angeles (AFP) – Il ne fallait pas vendre la peau des grizzlis du parc national de Yellowstone avant de les avoir tués: un juge fédéral américain a ordonné leur retour sur la liste des espèces menacées, dont un organisme gouvernemental les avait impitoyablement rayés en juin 2017.
Dans son ordonnance en date de lundi, le juge fédéral Dana Christensen, de l’Etat du Montana, affirme que la décision du Fish and Wildlife Service, l’organisme fédéral chargé de la gestion de la faune sauvage, d’enlever ces ours de la liste des espèces menacées était « arbitraire et fantasque ». Selon lui, l’agence a notamment fondé sa décision sur des études qui ne sont pas pertinentes, « manquant ainsi à ses obligations » de rigueur scientifique.
La cour fédérale de district du Montana avait été saisie l’an dernier par la tribu Crow et plusieurs autres tribus d’Amérindiens qui s’opposaient à cette décision menaçant 700 plantigrades (animaux marchant sur la plante des pieds) de ce parc de l’ouest des Etats-Unis.
C’est dans ce cadre que le juge Christensen avait bloqué en août l’ouverture d’une chasse au grizzli controversée qui devait avoir lieu autour du parc de Yellowstone, dans l’Idaho et le Wyoming, pour la première fois en 40 ans.
Au total, jusqu’à 23 ours auraient pu finir en descente de lit ou en trophée à l’issue de cette chasse.
« Le tribunal a conscience du vif intérêt que le public a pour cette affaire, ainsi que de l’émotion que les grizzlis suscitent chez les gens, des éleveurs et chasseurs jusqu’aux défenseurs de la nature et des droits des animaux », écrit Dana Christensen.
Des « implications politiques significatives » mais qui n’entrent pas en ligne de compte dans ce jugement, assure-t-il.
« Ce dossier (…) est limité à une simple question: oui ou non, le Fish and Wildlife Service a-t-il outrepassé son autorité légale en retirant de la liste (des espèces menacées) l’ours grizzli du Haut Yellowstone? », a expliqué le juge, qui a donc tranché en faveur du oui.
« C’est une victoire pour les ours et pour tous ceux qui viennent dans la région pour voir le grizzli dans son milieu naturel », s’est réjoui dans un communiqué Tim Preso, avocat d’Earthjustice, une ONG juridique qui portait la plainte au nom de la tribu indienne des Cheyennes du Nord et d’associations de protection de la nature, comme le Sierra Club.
« Nous sommes heureux que le tribunal ait pris le parti de la science », a réagi Bonnie Rice, pour le Sierra Club.
« La nation des Cheyennes du Nord considère l’ours grizzli comme un parent qui mérite notre respect et notre protection », a expliqué de son côté Lawrence Killsback, président de cette tribu. « Il en va de notre responsabilité de parler pour les ours, qui ne peuvent s’exprimer eux-mêmes », a-t-il assuré.
©️ AFP


Un juge américain bloque la chasse au grizzli près du parc Yellowstone
©️ AFP/Archives KAREN BLEIER

Tags #faune #sauvage #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 13:18
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Un juge américain sauve la peau des grizzlis du parc de Yellowstone
Réponses: 0
Vues: 69

Interdiction des cirques avec animaux sauvages : Homécourt dans le viseur

https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-briey/2018/09/26/je-ne-suis-pas-anti-cirque-mais-nous-n-avons-plus-la-place-pour-en-accueillir


Après Jœuf, le voisin homécourtois est dans le viseur du collectif des cirques. Sauf que le maire Jean-Pierre Minella n’entend pas abroger son arrêté contre la présence des cirques détenant des animaux sauvages...
Le sujet enflamme la Toile. Et remplit aussi les tribunaux administratifs. Pour mémoire, la Ville de Jœuf avait interdit l’installation, dans la commune, de cirques détenant des animaux sauvages, via la prise d’un arrêté. Sauf que l’Association de défense des cirques de famille avait déposé une requête, entendue par le tribunal administratif de Nancy : ledit arrêté municipal, interdisant l’installation dans la commune de cirques détenant des animaux sauvages, a dû être abrogé.
Le maire jovicien André Corzani a rappelé que la question de l’interdiction des cirques relevait de la compétence de l’État. Et que le premier magistrat pouvait intervenir que si un trouble de l’ordre public était constaté… Sur cette question, Jean-Pierre Minella est sur la même longueur d’onde. A la nuance que le maire de Homécourt n’a pas l’intention d’abroger à son tour un arrêté pris par le conseil homécourtois le 20 octobre 2016. Même si le fameux collectif des cirques met en demeure la municipalité au travers d’un courrier. Si la Ville ne s’exécute pas, le collectif pourrait entamer des poursuites judiciaires.

La question des conditions d’accueil

Une menace à peine voilée qui ne fait pas trembler Jean-Pierre Minella, en vieux sage pragmatique. « Si le collectif veut nous attaquer au tribunal administratif, qu’il le fasse, mais je ne témoigne pas d’un ostracisme anti-cirque ; je ne suis pas végan. Simplement, aujourd’hui, les conditions pour recevoir un cirque avec des animaux sauvages ne sont pas requises. » Et le maire de s’appuyer sur le manque de place : « Auparavant, nos avions un grand espace en herbe près de la place Nerruda-Allende. Les cirques y venaient régulièrement. Sauf que depuis, des constructions ont été réalisées à cet endroit. Et il ne restait guère plus que l’espace le long de la salle Picasso. Mais les conditions en matière de sécurité n’étaient pas requises. Par précaution, on dit aux cirques de ne pas s’installer à Homécourt, car nous n’avons plus l’espace nécessaire. » Affaire à suivre.

Tags #faune #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 11:22
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Interdiction des cirques avec animaux sauvages : Homécourt dans le viseur
Réponses: 0
Vues: 68

Les poils d'éléphants sont transformés en bijoux porte-bonheur au Vietnam

https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/26/les-poils-delephants-sont-transformes-en-bijoux-porte-bonheur-au-vietnam_a_23542193/?ncid=tweetlnkfrhpmg00000001



AFP/Getty Images
Au Vietnam, les poils d'éléphants sont arrachés, transformés en bijoux porte-bonheur et vendus.


ELEPHANTS - Au Vietnam, des poils d'éléphants sont arrachés des queues des pachydermes pour satisfaire une nouvelle mode: se parer de bijoux qui apporteraient bonheur et prospérité.
A 20 dollars le poil, le business est lucratif dans le pays qui pratique le commerce illicite des cornes de rhinocéros, d'écailles de pangolin, de dents de tigre ou de bile d'ours. "Je vais arracher un poil devant vous comme cela vous pourrez être sûr qu'il ne s'agit pas d'une imitation", lance une femme qui vend ce type de bijoux dans le village de Tri A, sur les hauts plateaux du centre du Vietnam.
Selon Dionne Slagter de l'ONG Animals Asia, la plupart des queues d'éléphants seraient introduites en contrebande depuis les pays voisins ou l'Afrique. Le Vietnam ne compte en effet que 80 éléphants en captivité et une centaine encore à l'état sauvage. "La queue est très importante pour leur hygiène corporelle. En arrachant les poils qui la recouvrent ou en la coupant, on handicape ces animaux", déplore Dionne Slagter.

Une espèce en voie de disparition
Destruction des forêts, braconnage, les populations d'éléphants ont chuté drastiquement en Asie où il n'y aurait plus que 40.000 à 50.000 individus à l'état sauvage, selon le WWF. En Birmanie, ils sont parfois tués pour répondre à la demande croissante du pays et de son puissant voisin chinois qui s'intéresse à leur peau, censée soigner l'eczéma ou l'acné.
Les éléphants ont été vénérés pendant des siècles en Thaïlande, au Laos et au Cambodge.
Au Vietnam, les minorités ethniques M'nong et Ede de la province de Dak Lak (centre), surnommées le "royaume des éléphants" pour les grands troupeaux qui peuplaient jadis ses forêts, entretiennent toujours un profond respect pour les pachydermes. Trouver un poil d'éléphant peut apporter chance et prospérité, raconte aussi une de leurs légendes.
Mais "ils ont toujours considéré ces animaux comme faisant partie de leur famille et n'auraient donc jamais cherché à leur faire du mal", en coupant volontairement leurs poils, relève Linh Nga Nie Kdam, chercheuse spécialisée dans la minorité Ede.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance #animaux
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 11:03
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Les poils d'éléphants sont transformés en bijoux porte-bonheur au Vietnam
Réponses: 0
Vues: 59

Neuf chasseurs en infraction condamnés par le tribunal de Castres

https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/26/2876276-infractions-neuf-chasseurs-devant-le-tribunal-de-castres.html

À la suite d'investigations, plusieurs procès-verbaux ont été dressés par des inspecteurs de l'environnement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) du Tarn. Les affaires ont été jugées au tribunal de grande instance de Castres en audience correctionnelle.
Un chasseur de grives avec un fusil muni d'un modérateur de son (avant le changement de réglementation) a été surpris depuis son véhicule en train de chasser. Le tribunal de Castres l'a condamné à 150 € d'amende pour avoir chassé avec un modérateur de son, 400 € d'amende pour avoir chassé depuis son véhicule,et, comme peine complémentaire, à la suspension de son permis de chasser pour 1 an avec obligation de le repasser pour pouvoir chasser de nouveau.
Lors de l'audience du 22 juin, 3 chasseurs (dont un garde particulier) d'une société de chasse ont été jugé pour avoir poursuivi un sanglier en voiture avec leur arme non démontée et non placée sous étui. Le tribunal les a condamnés à 400 € d'amende chacun, 150 € pour ceux dont l'arme n'était pas transportée dans de bonnes conditions avec comme peine complémentaire, la suspension de leur permis de chasser pour 1 an avec obligation de le repasser pour pouvoir chasser de nouveau. Leur arme saisie a été confisquée.
La partie civile, représentée par la fédération des chasseurs (FDC 81), a perçu la somme de 100 € à verser solidairement.
Cinq chasseurs d'une société de chasse, ont été jugés en juin, pour avoir chassé et tué un sanglier un lundi en battue, sans permis de chasser valable pour deux d'entre eux. Pour ces faits, le tribunal les a condamnés à des amendes de 250 € et 500 € pour les 2 chasseurs sans permis de chasser valable. Et comme peine complémentaire, la suspension de leur permis de chasser pour 1 an avec obligation de le repasser pour pouvoir chasser de nouveau. Ils devront régler la somme de 500 € solidairement pour la valeur d'un sanglier à la partie civile représentée par la FDC 81.

Tags #faune #sauvage #oiseaux #rapaces #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 10:38
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Neuf chasseurs en infraction condamnés par le tribunal de Castres
Réponses: 0
Vues: 78

Pyrénées : des guetteurs armés pour accueillir les deux nouvelles ourses

https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/26/2876355-pyrenees-guetteurs-armes-attendent-forets-deux-ourses-arriveront-slovenie.html


La résistance s'organise autour du lâcher imminent des ourses
  Les éleveurs du Béarn n'en démordent pas et organisent la résistance. Le ministre de l'Ecologie François de Rugy a confirmé jeudi dernier à Pau la réintroduction de deux ourses slovènes en vallée d'Aspe, qui ulcère une grande partie du monde des éleveurs et des politiques locaux
"Des sources sûres nous apprennent que les opérations de capture des ourses sont lancées en Slovénie, affirme la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagnes (FTEM) dans un communiqué. Les lâchers auraient lieu samedi 29 septembre en vallée d’Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques."
Une date qui n'a toutefois pas été confirmée par les autorités. Mais François de Rugy a bien promis un lâcher "d'ici début octobre", lors d'une réunion chahutée en préfecture. Ce projet de réintroduction de deux ourses - il ne reste plus que deux mâles dans le secteur - s'inscrit dans le cadre d'un "plan ours" publié en mai, avait été lancé par Nicolas Hulot.

Un lâcher d'ours déjà perturbé en 2006

"Après que toutes les tentatives pacifiques pour faire reculer l’Etat ont échoué, les opposants aux réintroductions d’ours ont investi la forêt : en Béarn, rive gauche comme rive droite de l’Aspe, d’innombrables anonymes se sont transformés en guetteurs, souvent armés", poursuit la fédération.
Le ministre a d'ores et déjà prévenu que les lâchers d'ourses se feraient hors caméra et que lui-même ne serait pas présent. "L’arrivée en hélicoptère « n’est pas exclue », avec une ouverture des cages par déclenchement à distance. Des moyens dignes de la science-fiction pour contourner les opposants, qui en 2006 avaient fait échouer le lâcher d’une ourse à Arbas (Haute-Garonne, NDLR) en rejoignant le site du lâcher par la forêt", s'insurge la FTEM.
En effet, la réintroduction de l'ourse Palouma avait été très perturbée par des éleveurs, malgré la présence de 300 gendarmes dans le village. Craignant pour la vie de l'animal, la ministre de l'époque avait finalement changé de lieu pour une réintroduction à Burgalays, 50 km plus loin. 

Les éleveurs dénoncent un "passage en force"

"La clandestinité des opposants est la réponse des montagnards à un Ministre contraint de dissimuler les réintroductions d’ours tant elles sont anti-démocratiques et anti-écologiques", attaque encore la Fédération.
Ces éleveurs continuent de réclamer l'abandon du projet. "S’il refuse d’attendre le vote de la « résolution pastoralisme/ prédateurs » prévue début octobre par le Sénat, cela signifiera que le gouvernement d’Emmanuel Macron veut imposer sa décision de Paris aux Pyrénéens en contournant la représentation nationale des territoires. C'est un acte grave."
Et de conclure : "A clandestin, clandestin et demi. Si le Ministre persiste, sur le terrain que les montagnards connaissent par cœur ce passage en force dénoncé depuis deux décennies ne fera que des perdants. Ici, à Paris et en Slovénie."

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 10:31
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Pyrénées : des guetteurs armés pour accueillir les deux nouvelles ourses
Réponses: 0
Vues: 50

L'extraordinaire rencontre entre un gorille et un minuscule primate surprise au Cameroun

https://www.maxisciences.com/gorille/l-extraordinaire-rencontre-entre-un-gorille-et-un-minuscule-primate-surprise-au-cameroun_art41475.html



Les soigneurs du sanctuaire pour primates de Mefou, au Cameroun, ont eu la surprise d'assister à une rencontre extraordinaire entre l'un de leurs pensionnaires, un gorille dos argenté appelé Bobo, et un petit primate nocturne appelé galago. Un minuscule nouvel ami dont le gorille a pris infiniment soin. 
Ce n’est pas parce qu’on est un gorille de 1,50 mètre et de 200 kilos qu’on ne peut pas prendre soin des autres habitants de la forêt. C’est ce qu'ont pu constater les soigneurs du Sanctuaire pour primates de Mefou, au Cameroun. Ce centre héberge plus de 300 primates victimes du braconnage, de la chasse et de la destruction de leur habitat.
Bobo, un des gorilles hébergés par le parc, y est arrivé quand il avait deux ans, sa mère tuée par des braconniers. Vingt ans plus tard, le petit mâle est devenu un dos argenté aussi superbe que puissant. Il est même devenu le chef de la troupe abrité par le sanctuaire. Mais cela ne l’empêche pas de faire preuve d'une grande douceur. Une qualité qu'il a récemment confirmée en recueillant un petit galago, un petit primate nocturne dont la taille varie entre 20 et 80 centimètres.
Ape Action Africa, l’association en charge du parc, a décrit sur sa page Facebook : "Notre gorille Bobo s’est fait un nouvel ami, un bébé galago ! Les soigneurs ont été surpris de le trouver en train de caresser le petit animal et ont été impressionnés par la délicatesse avec laquelle il le manipulait". 
Les deux ont joué ensemble pendant deux heures  
Pendant près de deux heures, Bobo a gardé le petit galago dans ses mains, le laissant se balader à coté de lui et même grimper sur son dos. Et si le gorille a permis à ses congénères de regarder son nouvel ami, à aucun moment il ne les a laissés se saisir de son petit ami.
"Les autres membres du groupe de Bobo étaient curieux, surtout sa femelle favorite Avishag, mais il les a gardés à distance, s’assurant que personne ne perturbait son nouvel ami", a écrit le sanctuaire. "Les galagos sont des animaux nocturnes, il est donc rare de les voir, et encore plus avoir ce genre d’interaction avec un autre primate. Le bébé était heureux de jouer dans les bras de Bobo, descendant pour explorer l’herbe avant de retourner dans sa main". 
Après deux heures d’amusement, Bobo a décidé de laisser partir son nouvel ami. Mais loin de lui l’idée de le laisser au milieu de la clairière. Il s’est levé, est allé vers la forêt voisine avant de le déposer délicatement sur une branche en hauteur. Décidément, ce gorille est d’une gentillesse extrême.

Tags #faune #sauvage #singes #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 8:57
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: L'extraordinaire rencontre entre un gorille et un minuscule primate surprise au Cameroun
Réponses: 0
Vues: 58

Vers une intelligence artificielle antispéciste?

https://www.ictjournal.ch/news/2018-09-19/vers-une-intelligence-artificielle-antispeciste

Dans un article académique, un chercheur suisse présente des concepts et prototypes qui permettraient de mettre au point des machines et robots autonomes qui, en rencontrant des animaux, seraient capables de systématiquement respecter leur bien-être et prévenir leur souffrance.


A l’avenir les voitures autonomes pourraient identifier les animaux de toutes les espèces et freiner non seulement pour des raisons de sécurité mais aussi éthiques. (Source: Volvo Cars)
Chercheur de la FHNW (Haute Ecole Spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse), Oliver Bendel travaille sur les fondements d’une intelligence artificielle (IA) qui doterait les robots et machines autonomes d’un fonctionnement respectueux du bien-être animal.
Dans un article scientifique publié récemment dans la revue «Paladyn, Journal of Behavioral Robotic», le chercheur part du constat que les machines et robots autonomes actuels peuvent perturber, déplacer, blesser ou tuer les animaux domestiques, d’élevage et sauvages qu’ils rencontrent. La FHNW a ainsi mené plusieurs études de conception et mis au point des prototypes de «machines morales», avec l’objectif de promouvoir systématiquement le bien-être et prévenir la souffrance des animaux lors de leurs confrontations avec des machine autonomes. Le chercheur met en avant l'utilité de faire appel à un modèle d’arbre décisionnel annoté «contenant les hypothèses éthiques et les justifications liées aux interactions avec les animaux.»
Des systèmes pour voitures autonomes qui freinent pour certaines espèces animales ont par exemple déjà été conçus. D’autres concepts de machines morales ont été imaginés avec des drones qui, à l’aide de leur caméra, seraient capables d’éviter les collisions avec les oiseaux ou de ne pas effrayer les animaux timides. Basées sur les modèles d’arbre décisionnel annoté, des IA pourraient à l'avenir être développées pour que les voitures autonomes reconnaissent les animaux de toutes les espèces et freinent non seulement pour des raisons de sécurité mais aussi pour des raisons éthiques, suggère le chercheur de la FHNW dans ses conclusions. Des éoliennes cessant leurs activités lorsque des oiseaux ou chauves-souris s'approchent sont en outre présentées comme des prototypes existants à développer plus en avant.



Tags #faune #sauvage #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 8:50
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Vers une intelligence artificielle antispéciste?
Réponses: 0
Vues: 56

Cirque: des singes sans eau au milieu des détritus

https://one-voice.fr/fr/blog/cirque-des-singes-sans-eau-au-milieu-des-detritus.html

Il y a quelques mois, nous étions en action à Montredon-les-Corbières pour demander la libération de Maya. Mais elle n’était hélas pas la seule à être détenue par le cirque. Nous avons reçu il y a quelques semaines un témoignage accablant concernant les conditions de détention des autres animaux de ce cirque.

Entre chaleur et insalubrité

C’est un témoin qui nous a alertés. De nouveau établi à Montredon-les-Corbières, et alors que la chaleur avoisinait les 40°C, les camions-cages du cirque étaient installés en plein soleil. Alors qu’il faisait le tour des camions, un visiteur remarque une maman babouin qui surveille son petit. Celui-ci regarde à travers les barreaux de sa cage et fait signe au visiteur qui s’approche alors. Sa maman, apeurée et protectrice, l’empêche un moment de s’en approcher. Le petit finit par tendre son bras, couvert de plaques, et attrape le doigt de l’humain qui le regarde. La litière de la cage est dans un état de putréfaction et de saleté extrême. L’odeur est insoutenable. Des restes de nourriture avariée jonchent le sol, les mouches, présentent par dizaines, s’en donnent à coeur joie. Et, sous cette chaleur étouffante, les singes n’ont aucun accès à l’eau.
Lorsqu’on le signale à un employé du cirque, celui-ci s’empresse de fermer les portes des remorques, sans pour autant donner de l’eau aux animaux. La cage est tellement sale qu’il peine à la fermer. Finalement il y parvient, enfermant les singes dans l’obscurité et l’odeur de pourriture.
Un peu plus loin, les tigres et les zèbres, n’ont pas d’eau non plus. Pourtant, la loi prévoit que les animaux aient un accès à l’eau permanent et que les tigres aient la possibilité de se baigner, sauf en période de grand froid.

Le droit à une vie digne

Ces conditions de vie sont non seulement contraires à la loi mais elles ne répondent également en rien aux besoins physiques et mentaux des animaux. L’accès à ces derniers n’est absolument pas sécurisé ce qui représente à la fois un danger potentiel pour les visiteurs et également une source de stress supplémentaire pour les animaux. Dans la nature, les babouins sont des animaux sociables, qui vivent en bandes. Celles-ci sont organisées de manière complexe et gérées par les mâles, forts, qui assurent la protection de chaque membre du groupe. Leur territoire peut atteindre des centaines d’hectares ! Que connaîtra ce petit de la vraie vie de babouin ? Passera-t-il sa vie dans une cage insalubre, qu’il ne quittera que pour participer à des numéros humiliants ?
One Voice ne peut s’y résoudre et porte plainte contre le cirque. Le sort réservé à ces êtres sensibles est inadmissible. Tous les animaux méritent une vie digne. Vous aussi, agissez !
Signez notre pétition pour l’interdiction de l’exploitation des animaux dans les cirques.


Tags #faune #sauvage #singes #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 26 Sep 2018 - 8:45
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Cirque: des singes sans eau au milieu des détritus
Réponses: 0
Vues: 62

Malaisie: Plus de 400 animaux saisis sur un bateau, dont des orangs-outans et des crocodiles marins

https://www.20minutes.fr/monde/2342595-20180925-malaisie-plus-400-animaux-saisis-bateau-dont-orangs-outans-crocodiles-marins



Deux orangs-outans ont été retrouvés sur le bateau des trafiquants présumés. (Illustration) — BAY ISMOYO / AFP
La saisie est impressionnante. Plus de 400 animaux ont été retrouvés dans un bateau au large de l’île touristique de Langkawi (Malaisie) ont annoncé ce lundi les autorités douanières du pays. Dans cette cargaison, deux jeunes orangs-outans « apeurés » ont été découverts, ainsi que des dizaines de crocodiles marins, a indiqué Mohamad Zaki Rahim, membre du service malaisien de protection des animaux.
Les douaniers ont aussi saisi quelque 350 « planeurs volants », des petits marsupiaux très recherchés comme animaux de compagnie pour leurs grands yeux. Des perruches et des perroquets ont également été retrouvés dans des boîtes.

Trois personnes arrêtées

Trois trafiquants présumés ont été arrêtés. Ces Indonésiens tentaient de transporter de nuit leur cargaison de l’île de Sumatra (Indonésie), dont la jungle est riche en espèces rares, via le détroit de Malacca jusqu’en Thaïlande, selon le responsable des douanes, Datuk Seri T. Subromaniam, cité par le journal malaisien The Star. Ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.
Pour Elizabeth John, porte-parole de Traffic, une ONG qui surveille le commerce des animaux, l’importance de cette saisie montre « à quel point la nature est sous pression à cause de la demande pour les animaux de compagnie ». En juin 2017, les autorités thaïlandaises avaient déjà arrêté un Malaisien dans un taxi avec deux jeunes orangs-outans et 60 autres animaux.

Tags #faune #sauvage #singes #oiseaux #rapaces #reptiles #trafic #espèces #menacées #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 25 Sep 2018 - 13:44
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Malaisie: Plus de 400 animaux saisis sur un bateau, dont des orangs-outans et des crocodiles marins
Réponses: 0
Vues: 72

La population de tigres a doublé en dix ans au Népal grâce à son programme de conservation

https://www.demotivateur.fr/article/nepal-la-population-de-tigres-a-double-grace-a-son-programme-de-protection-de-l-espece-14511

Au Népal, le programme de défense des espèces en voie d’extinction, lancé en 2010, est en train de porter ses fruits puisque la population de tigres du Bengale a presque doublé en moins d’une décennie.
Ce dimanche 23 septembre, à l’occasion du National Conservation Day (Journée Nationale de la Préservation) qui se déroulait à Katmandou (Népal), le gouvernement népalais a annoncé que le pays comptait 235 tigres sauvages. Un chiffre très important par rapport aux 121 recensés en 2009 et aux 198 en 2013.
En d’autres termes, en neuf ans, la population de tigres a quasiment doublé et le Népal est tout simplement le premier pays à avoir réussi cette prouesse, grâce notamment à sa politique de sauvegarde et renouvellement des espèces protégées :
« Notre engagement au Programme Global de Rétablissement du Tigre gagne du terrain avec le nombre croissant de tigres au Népal et une mise en œuvre réussie du Plan d’Action de Conservation de Tigre du Népal » s’est félicité Bishwa Nath Oli, le Secrétaire du Ministère de Forêts et l’Environnement.
Il a également ajouté : « La protection des tigres est une priorité absolue du gouvernement et nous sommes reconnaissants du support de nos partenaires, des agences d’exécution, des communautés locales et la communauté internationale pour un but commun ».
Ainsi, le Népal a atteint son objectif avec quatre ans d’avance. En effet, en 2010, lors du St Petersbourg Tiger Summit, qui réunissait treize pays réputés pour posséder des populations de tigres importantes, toutes ces nations avaient pour ambition de doubler chacunes leur population de tigres d’ici 2022.
Depuis, le Népal a favorisé sans relâche le développement d’espaces naturels protégées et a fortement durci sa législation concernant le braconnage.
Le Népal devient le premier pays à doubler sa population de tigres en dix ans. Crédit photo : Shutterstock / Orhan Cam
En tout cas, ce résultat encourageant dépasse les frontières népalaises puisque l’acteur Leonardi DiCaprio, qui avait injecté un million de dollars dans ce projet avec sa fondation et qui était présent ce dimanche à Katmandou, n’a pas caché sa joie : « Cette augmentation significative de la population de tigres au Népal est la preuve que lorsque nous travaillons ensemble, nous pouvons sauver la vie sauvage de la planète, même les espèces en voie d’extinction ».

Tags #faune #sauvage #tigres #espèces #menacées #animaux #protection
par Choupi91
le Mar 25 Sep 2018 - 13:39
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: La population de tigres a doublé en dix ans au Népal grâce à son programme de conservation
Réponses: 0
Vues: 62

Au Québec, humains et coyotes apprennent à cohabiter



Depuis deux décennies, les métropoles nord-américaines se peuplent de coyotes. La présence de ces nouveaux habitants dotés d’une grande capacité d’adaptation oblige les humains à modifier leur comportement, pour rendre possible la cohabitation.

  • Montréal (Canada), correspondance

En plein cœur de l’été montréalais, alors que la chaleur humide prenait d’assaut les habitants de la métropole, un habitant à quatre pattes et aux dents longues d’ordinaire timide a soudainement fait parler de lui dans la presse locale. Et pour cause : en l’espace d’une semaine, entre le 21 et le 28 juillet derniers, trois enfants ont été mordus par un coyote dans des parcs de la ville. Si les blessures étaient mineures, l’emballement médiatique qui a suivi ces incidents a fait son œuvre et certains citoyens ont commencé à s’inquiéter. Allons-nous croiser de plus en plus de coyotes aux comportements agressifs sur le pas de nos portes ?
Montréal n’est pas la seule ville concernée par le défi de la cohabitation avec le coyote en Amérique du Nord. Depuis une vingtaine d’années, Vancouver, Chicago, New York, Los Angeles, Toronto et la plupart des grandes villes nord-américaines ont vu les coyotes investir le milieu urbain et se rapprocher peu à peu des quartiers résidentiels. La capacité d’adaptation de cet animal à des milieux très variés est la clef de son succès : depuis le milieu du XXe siècle, les coyotes ont étendu leur aire de répartition de 40 % sur le continent américain. Ils sont arrivés au Québec dans les années 1940 et à Montréal dans les années 1970. À Chicago, une équipe de chercheurs de l’université d’État de l’Ohio, menée par Stanley Gehrt, étudie de près le comportement de ces carnivores en ville depuis 18 ans, notamment grâce à la pose de colliers émetteurs sur certains individus. Selon leurs estimations, les effectifs des coyotes ont explosé depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000 à Chicago : ils seraient actuellement autour de 4.000 dans la ville et sa zone périurbaine.


Lire la suite sur Reporterre

Tags #faune #sauvage
par Choupi91
le Lun 24 Sep 2018 - 10:03
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Au Québec, humains et coyotes apprennent à cohabiter
Réponses: 0
Vues: 69

Manifestation anti-chasse à Paimpont : les chasseurs portent plainte

https://www.ouest-france.fr/bretagne/paimpont-35380/manifestation-anti-chasse-paimpont-les-chasseurs-portent-plainte-5980657

Les manifestants contre la chasse à courre auraient fait irruption dans une battue en forêt de Brocéliande à Paimpont, samedi matin. Les chasseurs locaux ont porté plainte.
Ce week-end le collectif national Abolissons la Vénerie aujourd’hui (AVA) organisait des manifestations un peu partout en France pour protester contre la chasse à courre. En forêt de Brocéliande une vingtaine de personnes se sont réunies à l’appel du collectif AVA Bretagne. Et ce, alors que le Rallye Bretagne organisait une chasse à courre tôt ce matin.
Le collectif AVA Bretagne s’oppose à ce type de chasse qu’il estime cruel pour l’animal, poussé à l’épuisement. Il avait annoncé ses objectifs dans un communiqué : « Information de la population des villages de la forêt, observation des pratiques de chasse, documentation photographique et audiovisuelle des incidents ».

Les gendarmes étaient présents

Pour la société de Vénerie organisatrice au contraire « l’animal sauvage est chassé par des chiens courants qui poursuivent son odeur (sa voie, en termes de vénerie) à travers les mille difficultés qu’offre un territoire ouvert. C’est une chasse écologique, car la plus proche de la prédation naturelle.
Selon Mickaël Pérennez délégué régional de la société de Vènerie « une cinquantaine de sympathisants de la chasse à courre étaient présents lors de la manifestation afin d’éviter tout débordement. Les échanges sont restés cordiaux et respectueux. » Les gendarmes étaient également présents ainsi que les gardes-chasses.

"Ils sont arrivés au milieu de notre battue, c’était dangereux"

Selon la société de Vénerie les opposants à la chasse (que nous avons tenté de contacter sans succès à ce sujet) n’auraient pas pu localiser la chasse à courre et auraient par la suite fait irruption au milieu d’une chasse à tir traditionnelle organisée par l’association de chasse locale de Paimpont. Plusieurs battues avaient lieu dans le secteur, annoncées par des panonceaux pour lesquels les chasseurs revêtent des chasubles orange.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 24 Sep 2018 - 9:58
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Manifestation anti-chasse à Paimpont : les chasseurs portent plainte
Réponses: 0
Vues: 62

L'identité du tueur en série de chats de Londres enfin révélée

https://actu.orange.fr/societe/insolite/l-identite-du-tueur-en-serie-de-chats-de-londres-enfin-revelee-CNT0000016G22r.html

Plus de 400 victimes, majoritairement des chats, ont été recensées à Londres: le coupable n'était finalement pas un mystérieux tueur en série d'animaux, mais des renards, a conclu la police jeudi après trois ans d'enquête. 
"Après un examen approfondi des preuves disponibles, les policiers (...) ont conclu que les centaines de mutilations de chats signalées à Croydon et ailleurs n'ont pas été commises par un être humain, mais résultent probablement de prédateurs ou de charognards", a indiqué la police dans un communiqué.
"Il n'y avait pas de témoin, pas de modèle de comportement identifiable et pas de piste médico-légale pointant une implication humaine", a-t-elle ajouté. 
L'enquête de Scotland Yard avait commencé en septembre 2015 après de premiers signalements par des membres du public de chats mutilés, la tête et la queue souvent sectionnées, dans le district de Croydon, dans le sud de Londres. 
"Il n'y avait aucune preuve que ces chats avaient été tués par un être humain, mais en évoquant un +Tueur de chats de Croydon+ (...) les médias ont suscité une inquiétude générale au sein du public", a souligné la police.
La crainte était notamment de voir le mystérieux criminel passer à une autre étape, en s'en prenant ensuite aux humains. 
En 2016, une autopsie menée sur 25 chats à la demande d'une petite association de protection des animaux, Snarl, avait conclu à une mort par traumatisme à la suite d'un choc brutal, par exemple une collision avec un véhicule. Seuls six cas étaient considérés comme suspects. 
En 2017, des images de vidéosurveillance fournies par des particuliers montraient un renard transportant la tête d'un chat, déposée dans le jardin d'une maison ou une cour de récréation. 
D'autres autopsies, menée en juin 2018 sur trois chats et deux lapins, ont conclu par la suite à des mutilations causées par des animaux prédateurs ou des charognards. De l'ADN de renard a été décelé autour des blessures. 
Au vu des ces informations, les cas suspects ont été réexaminés pour finalement aboutir à la même conclusion, selon la police.

Tag félin #chats #faune #sauvage
par Choupi91
le Lun 24 Sep 2018 - 9:55
 
Rechercher dans: Histoires de chats - Stories of cats
Sujet: L'identité du tueur en série de chats de Londres enfin révélée
Réponses: 0
Vues: 65

Encore beaucoup d’huile de palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté



La production d’huile de palme à destination de l’industrie agrolimentaire et cosmétique continue de nourrir la déforestation en Asie. Le bilan est très sombre, selon Greenpeace International, qui rend publique, mercredi 19 septembre, une enquête intitulée Le compte à rebours final. L’ONG ne s’appesantit pas sur les symptômes déjà connus de la fièvre de l’huile de palme. Mais elle analyse les pratiques des producteurs locaux qui se prétendent « responsables » afin de pouvoir avoir pour clientes les grandes multinationales. Jusqu’à quel point des marques de réputation mondiale cherchent-elles à connaître les agissements de ceux qui approvisionnent leurs chaînes de production ?

Autorités locales soudoyées

Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellogg’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser et Unilever : ces douze grands noms, parmi les vingt groupes passés au crible, se fournissent auprès de 20 sociétés qui contribuent à la dévastation des paysages de l’archipel. Ces dernières sont, selon Greenpeace, à l’origine de la destruction de plus 130 000 hectares de forêts depuis fin 2015. Pire encore, 40 % des zones rasées (51 600 ha) se trouvent en Papouasie indonésienne, une des régions du monde les plus riches en biodiversité et qui était jusqu’à récemment préservée de la main-mise de l’industrie. La déforestation y sévit à un rythme alarmant. Et encore, le secteur des agrocarburants, en pleine expansion, n’est pas intégrée dans ce décompte.


Lire la suite sur Le Monde

Tags #faune #sauvage #singes #déforestation #espèces #menacées
par Choupi91
le Mer 19 Sep 2018 - 8:59
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Encore beaucoup d’huile de palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté
Réponses: 0
Vues: 71

Afrique du Sud : indignation après la libération d’un trafiquant de rhinocéros

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/09/18/afrique-du-sud-indignation-apres-la-liberation-dun-trafiquant-de-rhinoceros/

Johannesburg (AFP) – Les défenseurs de la faune sauvage ont fait part lundi de leur indignation après la libération en Afrique du Sud d’un trafiquant thaïlandais de cornes de rhinocéros qui n’a purgé que six des quarante ans de sa peine de prison initiale.
Chumlong Lemtongthai, qui a bénéficié d’une mesure de libération conditionnelle à Pretoria la semaine dernière, est rentré immédiatement à Bangkok, a-t-on appris de source gouvernementale sud-africaine.
Au cours de son procès en 2012, il avait reconnu avoir obtenu frauduleusement des permis de chasse. Il avait ensuite rémunéré des complices, dont plusieurs prostituées, afin obtenir le droit d’exporter en tant que « trophées » 26 de ces précieuses cornes.
Elles ont ensuite été vendues au marché noir en Asie, où le kilo se monnaie jusqu’à 55.000 euros.
Les défenseurs des animaux s’étaient félicités de la condamnation de Chumlong Lemtongthai à 40 ans de prison. Sa remise en liberté les a révoltés.
C’est « une honte absolue », a estimé Audrey Delsink, directrice de l’ONG Humane Society International. « Cela envoie le message que les braconniers qui entretiennent des liens avec des réseaux de trafiquants sont traités avec indulgence ».
« Lemtongthai a été personnellement impliqué dans le massacre illégal de 26 rhinocéros et a ordonné la mort d’au moins 50 animaux », a-t-elle précisé.
Pour le Fonds mondial pour la nature (WWF), les autorités doivent faire en sorte que « les poursuites judiciaires aboutissent et que les responsables écopent de condamnations appropriées ».
« Quand la commission des libérations conditionnelles a étudié le cas (de Chumlong Lemtongthai), elle a décidé qu’il était éligible. Nous avons appliqué la loi », s’est défendu le porte-parole de l’administration pénitentiaire, Singabakho Nxumalo.
« On ne s’attend pas à ce qu’il revienne dans le pays », a-t-il ajouté.
La condamnation du trafiquant avait été réduite en appel en 2013 et en 2014.
Bien que la corne de rhinocéros soit composée de kératine, la même matière que les ongles humains, la médecine traditionnelle asiatique lui prête toutes sortes de vertus curatives. La demande a explosé ces dernières années, provoquant la mise en place de filières de braconnage ou de trafic depuis l’Afrique.
Le nombre de rhinocéros tués en Afrique du Sud, qui abrite la plus grande population africaine de ces pachydermes, est passé de 13 en 2007 à plus de 1.000 par an ces cinq dernières années.
©️ AFP

Tags #faune #sauvage #braconnage #trafic #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 18 Sep 2018 - 16:01
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Afrique du Sud : indignation après la libération d’un trafiquant de rhinocéros
Réponses: 0
Vues: 75

En Afrique, le braconnage inquiète les professionnels du tourisme

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/09/18/en-afrique-le-braconnage-inquiete-les-professionnels-du-tourisme/

Le Cap (AFP) – Les difficultés de la protection des espèces animales emblématiques de l’Afrique comme le rhinocéros ou l’éléphant inquiètent les professionnels du tourisme, qui redoutent qu’elles ne freinent le flot des visiteurs étrangers sur le continent.
« A l’évidence, elles ont un impact négatif », a résumé cette semaine le patron de l’Association du tourisme africain (ATA), Naledi Khabo, à l’occasion d’un sommet du secteur réuni au Cap (sud-ouest) à l’initiative d’Airbnb.
« Qu’il s’agisse d’hommes ou d’animaux, voir des morts pareilles a forcément des conséquences » sur notre activité, a-t-elle ajouté.
Ces dernières semaines, plusieurs événements ont terni l’image de sanctuaire de la faune sauvage de l’Afrique, l’un de ses principaux « produits d’appel ».
Il y a d’abord eu le fiasco du transfert mal préparé de onze rhinocéros d’un parc kényan vers un autre, qui s’est soldé par leur mort par déshydratation.
« C’est malheureux (…), il est clair que l’affaire n’a pas été bien gérée par mes officiers, et nous avons pris des mesures pour y remédier », a reconnu, penaud, au Cap, le ministre kényan du Tourisme Najib Balala.
Et puis il y a eu l’affaire des éléphants du Botswana, qui abrite leur plus grande population en Afrique.
Son arsenal très répressif a fait de ce pays un modèle dans la lutte antibraconnage. Mais au début du mois, une ONG y a dénoncé la mort d’une centaine de pachydermes lors d’un massacre sans précédent qu’elle a attribué à la décision des autorités de désarmer ses « rangers ».
Le gouvernement de Gaborone et des scientifiques ont remis en cause la réalité de ces massacres mais trop tard, la réputation du pays a déjà souffert de l’incident.
« Ce qui est triste avec cet incident au Botswana, c’est que la presse n’a titré que sur ce qui s’est passé, sans s’interroger sur le pourquoi ni sur l’après », a regretté l’auteure de récits de voyages Anita Mendiratta.
Les crimes environnementaux coûtent chaque année plus de 70 milliards de dollars aux pays en développement.
L’Afrique est la cible des braconniers qui s’arrachent les défenses de ses éléphants et les cornes de ses rhinocéros pour satisfaire, à prix d’or, la demande de la médecine traditionnelle asiatique.
Ces dernières années, les pays qui accueillent les amateurs de safaris ont considérablement renforcé leurs moyens pour lutter contre le trafic d’ivoire.
Des efforts loués par les tour-opérateurs. « Il est essentiel que le gouvernement et les professionnels du tourisme prennent des mesures fortes et punissent sévèrement les trafiquants », se réjouit Naledi Khabo.
« Le nombre de rhinocéros protégés au Kenya est passé de 300 il y a trente ans à plus de 1.200 aujourd’hui. Et nous avons 35.000 éléphants contre seulement 16.000 il y a trente ans », s’enorgueillit son ministre du Tourisme.
Selon Anita Mendiratta, la lutte contre les trafiquants et braconniers est même devenue une demande des visiteurs. « Les touristes nous disent +ce n’est pas bien+ », affirme-t-elle, « la lutte antibraconnage est au cœur de leurs préoccupations. Le militantisme des touristes est devenu un élément important de notre industrie ».
Ancien « ranger » tanzanien reconverti dans le secteur des safaris, Loserian Laizer pense lui aussi que « la contrebande nuit au tourisme ». Il raconte que, dans le célèbre parc sud-africain Kruger, des visiteurs se plaignent du bruit des patrouilles aériennes de surveillance.
« Mais nous gagnons la bataille. Je félicite ceux qui protègent la faune sauvage, de plus en plus de gens comprennent que c’est indispensable », ajoute-t-il, « il faut essayer de la protéger de façon intelligente ».
Mais le braconnage n’est pas le seul à menacer la faune sauvage, juge M. Laizer. « Le problème, c’est la construction de plus en plus d’infrastructures pour accueillir plus de visiteurs », met-il en garde, « ça détruit l’environnement, alors il faut contrôler cette évolution ».
©️ AFP

Tags#faune #sauvage #braconnage #cruauté #maltraitance #espèces #menacées
par Choupi91
le Mar 18 Sep 2018 - 9:49
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En Afrique, le braconnage inquiète les professionnels du tourisme
Réponses: 0
Vues: 69

Etats-Unis: Un singe s'échappe d'un laboratoire de recherches

https://www.20minutes.fr/insolite/2338059-20180917-etats-unis-singe-echappe-laboratoire-recherches



Un macaque rhésus s’est évadé samedi du New Iberia Research Center (Nirc), un centre de recherches qui fait partie de l’Université de Louisiane, aux Etats-Unis. Le personnel a déclaré que son évasion était due à une « défaillance de la cage », rapporte The Independent.
Le primate d’un peu plus de 5kg a été aperçu dimanche alors qu’il se dirigeait vers la forêt dans la ville de New Iberia, a indiqué l’université sur sa page Facebook.

« Ce n’est pas un animal de compagnie »

Le post précise que l’animal faisait partie d’un « groupe de reproduction » et qu’il ne portait « aucune maladie transmissible ». Néanmoins, la population est invitée à ne pas s’approcher de la bête née dans l’établissement. « Ce n’est pas un animal de compagnie », souligne l’université. Toute personne ayant aperçu le macaque est priée de contacter l’établissement.
Abritant plus de 6.800 primates, le Nirc se présente sur son site comme l’un des plus grands centres de primates des Etats-Unis. Il compte notamment parmi ses pensionnaires des sapajus apella, des macaques crabiers et des macaques rhésus. En 2009, la Humane Society a accusé le centre de recherches d’avoir abusé physiquement des animaux. Un ancien membre du personnel ayant travaillé pour le Nirc entre 2002 et 2004 a déclaré la même année à ABC News : « J’ai vu des rats et des souris mieux traités. »

Trouver des procédures alternatives

« Nous savons aujourd’hui que les singes, comme beaucoup d’autres animaux, ne ressentent pas seulement de la douleur, mais aussi des émotions, notamment la peur et la dépression », a déclaré la primatologue, Jane Goodall. Et de poursuivre : « Selon moi, les personnes impliquées dans ce type de recherche sur les primates devraient envisager d’utiliser des procédures alternatives qui n’impliquent pas d’expérimentation sur des êtres intelligents et sensibles. Cette recherche devrait être éliminée le plus rapidement possible ». Le Nirc a déclaré à la presse américaine : « Nous avons une politique de tolérance claire et directe lorsque le bien-être de tout animal dont nous avons la charge est menacé et nous continuerons à appliquer strictement cette politique ».

Tags #singes #faune #sauvage #expérimentation #animaux #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 18 Sep 2018 - 9:21
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Etats-Unis: Un singe s'échappe d'un laboratoire de recherches
Réponses: 0
Vues: 75

En Afrique du Sud, la guerre totale contre le braconnage

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/09/17/en-afrique-du-sud-la-guerre-totale-contre-le-braconnage/

Skukuza (Afrique du Sud) (AFP) – La carcasse éventrée gît sur une colline, dévorée par les insectes. C’est un rhinocéros blanc, une femelle de 18 ans délestée de ses précieuses cornes, énième victime des braconniers à qui les « rangers » du parc sud-africain du Kruger ont déclaré la guerre.
Penché sur la dépouille de la victime malgré les effluves nauséabondes qui s’en échappent, Frik Rossouw énumère les maigres conclusions de l’examen de la scène de crime.
« Nous avons trouvé une douille de calibre .458 et il semble qu’il y ait aussi une balle à l’intérieur de la carcasse. A part ça, rien », lâche le détective du département des parcs nationaux d’Afrique du Sud (SanPark). « Comme vous le constatez, les hyènes et les vautours ont déjà fait le ménage ».
Ses collègues ont retrouvé non loin de là le petit auquel la femelle a donné naissance il y a dix mois seulement. Ils l’ont aussitôt mis en sécurité dans une zone protégée.
« Il était si petit qu’on a pu l’installer sur le siège arrière de l’hélicoptère », explique Frik Rossouw.
Chaque année, des milliers de rhinocéros sont abattus de la sorte en Afrique pour leurs cornes. Très prisées en Chine et au Vietnam pour leurs prétendues vertus médicinales ou aphrodisiaques, elles s’échangent jusqu’à 55.000 euros le kilo.
Cette traque sans merci menace aujourd’hui l’espèce d’extinction.
Il reste 5.000 spécimens de rhinocéros noirs sur le continent, dont 1.900 en Afrique du Sud. Le pays en abrite aussi 20.000 spécimens blancs, soit 80% de la population mondiale.
Même s’il est l’un des plus surveillés, le célébrissime parc Kruger (nord-est) n’échappe pas à l’appétit vorace des braconniers.
La femelle que vient de découvrir le détective Rossouw est la quatrième victime de leur basse besogne en quelques semaines à peine. A un kilomètre de là, un autre rhinocéros est retrouvé mort, lui aussi amputé de ses deux cornes.
« C’est la première fois que nous constatons un meurtre dans cette région du parc, si près de la route principale », remarque le « ranger » en épaulant son fusil d’assaut.
« Celui-ci a sûrement été tué la nuit, les braconniers ne prennent pas de risque en plein jour, il y a trop de passage. »
La plupart préfèrent mener leurs raids pendant les nuits de pleine lune, pour éviter d’utiliser les torches électriques qui trahiraient leur présence aux patrouilles de surveillance.
Mieux équipés, mieux armés, plus nombreux, les « rangers » commencent lentement à prendre le pas sur leurs proies.
« Nous avons réduit le nombre d’animaux victimes de braconnage. Il était de cinq par jour il y a deux ans, nous pouvons fièrement annoncer que ce chiffre a aujourd’hui été réduit à une moyenne de 1,3 par jour », s’enorgueillit le porte-parole de SanPark, Isaac Phaahla.
Entre autres innovations, les « rangers » du parc Kruger utilisent aujourd’hui des moyens de détection dernier cri, un avion de surveillance et des chiens spécialement dressés pour renifler l’ivoire des défenses et des cornes.
Ces équipes cynophiles sont à l’origine de quelques-unes de leurs récentes victoires les plus emblématiques.
« Un maître-chien peut repérer et identifier des traces humaines », note l’un d’entre eux, Craig Williams. « Mais son animal est imbattable dès lors qu’il s’agit de suivre une odeur dans la savane, la traque est un travail d’équipe ».
A en croire son pilote Andrew Desmet, le petit avion léger de type Bat Hawk mis à la disposition des « rangers » s’est lui aussi révélé une arme redoutable.
« L’avion sert de repoussoir. Il force les braconniers à se cacher derrière les arbres et à attendre qu’il soit passé pour reprendre leurs activités, il les ralentit », explique Andrew Desmet.
Le pilote espère que la flotte du parc s’agrandira bientôt d’un autre aéronef plus puissant et plus endurant.
La guerre contre le braconnage se livre aussi hors des 2 millions d’hectares du parc Kruger. Sur les routes qui bordent le parc, dans les aéroports, des policiers traquent les filières d’exportation illégale d’ivoire. Sur ce front aussi, les progrès sont difficiles.
« L’arrestation de têtes de réseaux est un projet sur trois ans », concède Isaac Phaahla. « On a récemment intercepté trois chefs (…), ce qui montre que notre collaboration avec la police commence à porter ses fruits », se réjouit-il.
Dans la seule province du Mpumalanga, qui abrite la partie sud du Kruger, un total de 365 braconniers présumés de rhinocéros ont été arrêtés dans la première moitié de l’année.
Le porte-parole du parc espère maintenant que la justice, dernier maillon de la chaîne, leur infligera des peines exemplaires et dissuasives. Pour que ses « rangers » en première ligne n’aient pas l’impression de livrer un combat vain.
©️ AFP


La carcasse d’un rhinocéros blanc abattu par des braconniers dans le parc national Kruger, en Afrique du Sud, le 21 août 2018.
©️ AFP WIKUS DE WET

Tags #faune #sauvage #animaux #braconnage #cruauté #maltraitance #espèces #menacées
par Choupi91
le Lun 17 Sep 2018 - 15:52
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En Afrique du Sud, la guerre totale contre le braconnage
Réponses: 0
Vues: 71

Des animaux deviennent nocturnes pour éviter de croiser les humains

https://www.20minutes.fr/insolite/2337767-20180917-animaux-deviennent-nocturnes-eviter-croiser-humains

Une étude menée par des scientifiques dont Kaitlyn Gaynor, révèle que de nombreux mammifères à travers le monde, à l’origine diurnes, ont modifié leur période d’activité afin de ne pas rencontrer les hommes sur leur chemin, rapporte The Atlantic.
De l’antilope, en passant par l’éléphant et le sanglier, les animaux évoluant en dehors de réserves et donc confrontés à la présence humaine semblent avoir trouvé une parade pour ne pas avoir affaire à l’homme. Les premières données sont venues de Tanzanie. Des caméras capables de détecter le mouvement disposées à l’intérieur et dans les alentours d’une réserve ont rapporté que des antilopes, jusqu’alors essentiellement diurnes, se déplaçaient désormais davantage la nuit. Préférant se frotter à leurs prédateurs, les lions, plutôt qu’aux humains. Ce comportement concernait les antilopes vivant à l’extérieur de la zone protégée.

« Les animaux perçoivent une menace, même en l’absence de danger »

Sur les 62 espèces mammifères observées, l’étude révèle que tous les continents sont touchés par cette mutation du comportement animal, à l’exception de l’Antarctique. Les animaux directement persécutés par les humains - notamment à travers la chasse - ne sont pas les seuls à préférer sortir la nuit pour se nourrir. D’autres activités non offensives telles que le cyclisme et la randonnée poussent les mammifères à rester cloîtrés dans la forêt pendant la journée. « Ce qui nous a choqué, c’est la constance de l’effet », a déclaré Kaitlyn Gaynor, à l’origine de l’étude. « Ils perçoivent une menace, même en l’absence de danger ».

Eviter des situations risquées

Si pour les scientifiques, la coexistence des humains et des animaux semble être la seule solution pour la préservation de la faune, cette adaptation de la part des mammifères n’est une réponse qu’à court terme. En effet, dans certains cas cela peut éviter des situations dangeureuses. Au Népal, par exemple, les tigres ne se rendent dans les champs de culture que la nuit, ce qui épargne les agriculteurs d’attaques et évite aux félins d’être tués.
Mais dans le noir, ces espèces font face à de nouveaux risques. Leur vue est moins bonne qu’en journée, il leur est souvent plus difficile de trouver de la nourriture et de l’eau ou encore de se défendre. A long terme, leur durée de vie pourrait se voir raccourcie, réduisant la reproduction. La chaîne alimentaire entre les espèces pourrait égalemment être altérée et avoir des conséquences imprévisibles.

Tags #animaux #faune #sauvage #espèces #menacées
par Choupi91
le Lun 17 Sep 2018 - 14:07
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Des animaux deviennent nocturnes pour éviter de croiser les humains
Réponses: 0
Vues: 54

Bordeaux: La primatologue Jane Goodall en star de la 4e édition de Climax

https://www.20minutes.fr/bordeaux/2331723-20180906-bordeaux-primatologue-jane-goodall-star-4e-edition-climax



Jane Goodall donnera une conférence à Bordeaux, ce samedi. — FRANCOIS LAFITE/AGENCE 18/SIPA

  • Le festival Climax se tient de jeudi à dimanche autour de questions écologiques (effondrement de la biodiversité, crise climatique). 
  • Des conférences, concerts, performances artistiques et projections de films vont donner à penser ces enjeux environnementaux.
  • La primatologue Jane Goodall est l’invitée vedette de cette édition. Elle donnera une conférence à Darwin ce samedi.

Ce jeudi s’ouvre la 4e édition du festival Climax à Bordeaux, soutenu par la Région. Porté par Darwin qui a construit ce qui est appelé un « écosystème » dans l'ancienne caserne Niel, le festival va proposer 12 conférences invitant à réfléchir sur l’effondrement de la biodiversité et les conséquences du changement climatique, notamment pour les personnes les plus pauvres, en première ligne.
Des concerts, performances artistiques et démonstrations de skate rythmeront aussi l’édition, qui a l’ambition d’aborder des sujets graves mais dans un cadre joyeux. « On a aucune raison d’être optimiste mais on a aucun intérêt à être pessimiste », résume Jean-Marc Gancille, un des cofondateurs de Darwin.

Des conférences de haut vol

C’est incontestablement Jane Goodall, éthologue connue pour ses travaux sur les chimpanzés, qui sera la star de cette édition. Après la marche pour le climat organisée samedi à partir de 13 h depuis le miroir d’eau jusqu’à Darwin, elle donnera une conférence baptisée « Reasons for Hope ».
Côté musique, les organisateurs ont calmé le jeu refusant de s’embarquer dans une « course à l’échalote avec les autres festivals », explique Philippe Barre cofondateur de Darwin. Pas de têtes d’affiche fracassantes mais une belle diversité artistique offerte aux festivaliers avec du rap, du rock et de l’électro. « Et on a le soutien de personnalités comme Arthur H et Marion Cotillard », souligne Philippe Barre. Pour la première fois, le cinéma s’invite au festival avec sept projections de documentaires et de films de fictions qui s’emparent des thèmes de cette édition.
C’est Edgar Morin qui clôturera le festival dimanche avec un appel des fraternités « parce qu’il n’y a pas d’écologie sans partage », clament les organisateurs.

Tags #environnement #écosystèmes #biodiversité #singes #faune #sauvage #animaux
par Choupi91
le Jeu 6 Sep 2018 - 12:46
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Bordeaux: La primatologue Jane Goodall en star de la 4e édition de Climax
Réponses: 0
Vues: 78

Chasse : treize morts dans des accidents durant la saison 2017–2018

https://www.sudouest.fr/2018/09/05/chasse-treize-morts-dans-des-accidents-durant-la-saison-2017-2018-5363790-4739.php

Entre le 1er juin 2017 et le 31 mai 2018, treize personnes sont mortes dans des accidents de chasse, contre dix-huit la saison précédente. 

Treize personnes sont décédées dans des accidents de chasse lors de la dernière saison, a annoncé mardi l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).
Entre le 1er juin 2017 et le 31 mai 2018, le nombre d’accidents de chasse a été de 113, contre 143 lors de la saison précédente. "Ce chiffre est le plus bas jamais observé depuis (…) la fin des années 1990", relève l’ONCFS dans un communiqué.
Ces accidents, tous par armes à feu, ont fait 115 victimes, dont 17 non chasseurs. Parmi les 13 personnes décédées, trois d’entre elles n’étaient pas des chasseurs, selon l’ONCFS. En 2016/17, 18 personnes étaient mortes.

Plus de 100 "incidents" recensés

"La très grande majorité des accidents mortels restent liés à un manquement aux règles élémentaires de sécurité et en particulier au non-respect de l’angle de sécurité de 30°, à un tir sans identification et à une mauvaise manipulation de l’arme", précise l’ONCFS. "La majorité des accidents sont intervenus lors d’une chasse collective au grand gibier."
"À chaque fois ça a été une faute du chasseur", a indiqué Jacques Bouchet, responsable du réseau sécurité à la chasse de l’ONCFS.
Si le nombre d’accidents baisse, en revanche, celui des incidents, c’est-à-dire "des coups de fusil ou de carabine, des balles qui entrent dans des maisons ou des véhicules (…) augmente", a fait savoir Jacques Bouchet. "On est à plus de 100", a-t-il précisé.
Ces incidents sont liés à la présence toujours plus grande de sangliers dans des zones périurbaines, "où les chasseurs n’ont pas l’habitude de chasser", a-t-il expliqué. Ça nous inquiète." 

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 5 Sep 2018 - 9:47
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Chasse : treize morts dans des accidents durant la saison 2017–2018
Réponses: 0
Vues: 66

En fuyant une foule de curieux voulant le prendre en photo, un élan meurt noyé

https://www.demotivateur.fr/article/vermont-un-elan-se-noie-en-voulant-fuir-une-foule-de-curieux-voulant-le-prendre-en-photo-14346

Dans l’État du Vermont, au nord-Est des Etats-Unis, un élan a connu une fin tragique en se noyant dans le lac Champlain. Le cervidé cherchait à fuir une foule de curieux qui voulaient le prendre en photo.
Encore une fois, le « tourisme animal » fait une victime chez nos amis les bêtes. Oui, nous sommes de simples curieux de la vie sauvage et forcément, prendre en photo des animaux dans leur habitat naturel semble être un réflexe pour avoir un bon souvenir immortalisé.
Seulement voilà, nous ne faisons pas partie de leur habitat naturel et le moindre de nos faits et gestes peut faire peur aux animaux. C’est ce qui est arrivé à ce pauvre élan qui a traversé le lac Champlain, qui sépare les états de New York et du Vermont, à la nage.
Un élan se noie, apeuré par une foule de curieux. Crédit photo : Shutterstock / Szczepan Klejbuk
Revenu sur la terre ferme, le cervidé est rapidement entouré d’une foule de curieux, une demi-douzaine, avide de prendre une photographie de l’animal. Cependant, ce tohu-bohu a effrayé l’élan qui a replongé dans l’eau pour fuir les badauds selon le témoignage des autorités. Épuisé par traversée précédente, l’animal s’est noyé dans le lac.
Une tragédie pour Robert Currier, responsable du service de protection environnementale « Fish and Wildlife », qui est arrivé sur place avant après la noyade de l’animal : « Il luttait plutôt bien, on attendait qu’un bateau vienne lui porter assistance, mais celui-ci est arrivé, l’élan s’est noyé ». déplorait-il auprès de CBS.
L’élan avait commis l’erreur, malgré lui, de retrouver la terre ferme dans un espace plutôt bien fréquenté et n’a pas pu passer inaperçu. En tout cas, cet événement a été l’occasion pour Robert Currier de rappeler qu’il ne faut surtout pas approcher, surtout en nombre, un élan, qui est un animal craintif mais qui peut réagir également de façon agressive.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 5 Sep 2018 - 8:25
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En fuyant une foule de curieux voulant le prendre en photo, un élan meurt noyé
Réponses: 0
Vues: 78

Bostwana : près de 90 éléphants retrouvés tués par des braconniers dans une réserve naturelle

https://www.demotivateur.fr/article/au-bostwana-des-dizaines-d-elephants-braconnes-dans-une-reserve-naturelle-14338

Tout près d’une réserve naturelle du Bostwana, ce sont près de 90 carcasses d’éléphants qui ont été retrouvées, victimes du braconnage.
Ce sont les membres de l’association « Elephants Withour Borders » (« Elephants sans frontières », ndlr) qui déplorent ce désastre. Il s’agit là de l’un des plus gros massacres de braconnage que l’Afrique a vu jusqu’ici, avec exactement 87 éléphants tués, avec leur trompe coupée : « Je suis choqué, complètement scandalisé. Le nombre d’éléphants tués est, de loin, le plus important que j’ai vu n’importe où en Afrique » admet le docteur Mike Chase, de l’association, auprès de la BBC.
Elephant Without Borders
Selon « Elephants Without Borders », un tiers des éléphants d’Afrique a été tué dans la dernière décennie, dont 60% des éléphants de Tanzanie sur les cinq dernières années.
Le Bostwana, qui compte près de 130 000 éléphants sur son territoire, était épargné par le braconnage jusqu’ici, grâce à sa capacité de protection et la présence de brigades anti-braconnage armées.
Naturellement, les populations d’éléphants trouvaient refuge dans le pays, en provenance de l’Angola, de la Namibie et de la Zambie. Mais au mois de mai dernier, le nouveau président a décidé de désarmer les brigades anti-braconnage sans donner de raisons valables.
« Les gens nous avaient prévenu du problème de braconnage et nous pensions que nous étions préparés » confie Mike Chase, qui pense forcément que le désarmement des brigades anti-braconnage a facilité ce massacre.
« Les braconniers orientent désormais leurs armes vers le Bostwana. Nous avons la plus grande population d’éléphants et c’est un peu la saison ouverte pour les braconniers. Clairement, nous devons faire plus pour arrêter cela » dit-il d’un air inquiet.

Tags #faune #sauvage #trafic #cruauté #maltraitance #espèces #menacées
par Choupi91
le Mar 4 Sep 2018 - 14:51
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Bostwana : près de 90 éléphants retrouvés tués par des braconniers dans une réserve naturelle
Réponses: 0
Vues: 69

Revenir en haut

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Sauter vers: