La date/heure actuelle est Jeu 26 Avr 2018 - 9:53

385 résultats trouvés pour sauvage

Béziers: Depuis une dizaine d'années, un singe magot vivait en captivité chez un particulier

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2261499-20180425-beziers-depuis-dizaine-annees-singe-magot-vivait-captivite-chez-particulier



Les policiers de l'Hérault​ sont intervenus à Béziers, au domicile d’un particulier, accusé de détenir illégalement en captivité depuis une dizaine d’années (15, selon la police, 12, selon 30 Millions d’amis) un singe magot, une espèce protégée.
Les détenteurs de ce petit animal doivent être entendus par les enquêteurs.

Jusqu’à six mois de prison et 9.000 euros d’amende

Le singe a été confié à la fondation 30 Millions d’amis. Il est actuellement en route pour le sanctuaire de Natuurhulpcentrum, en Belgique, « où il pourra finir sa vie avec d’autres rescapés de son espèce », indique l’organisme de protection des animaux.
Les services de police rappellent que la détention d’espèces protégées, menacées, dangereuses, fragiles en captivité, comme un singe magot, sans être titulaire des autorisations requises, constitue une infraction au code de l’environnement. La sanction peut aller pour le contrevenant jusqu’à six mois de prison et 9.000 euros d’amende.

Tags #singes #faune #sauvage #trafic #cruauté #maltraitance #animaux #protection #espèces #menacées #protégées
par Choupi91
Aujourd'hui à 8:53
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Béziers: Depuis une dizaine d'années, un singe magot vivait en captivité chez un particulier
Réponses: 0
Vues: 34

Montpellier: Le maire veut interdire les cirques avec des animaux, Gruss montre les crocs

https://www.20minutes.fr/montpellier/2261323-20180425-montpellier-maire-veut-interdire-cirques-animaux-gruss-montre-crocs



  • Le maire de Montpellier veut interdire les cirques avec des animaux dès 2019.
  • Arlette-Gruss se plaint de ne pas avoir de nouvelles de la commune.
  • Philippe Saurel assure qu’il pourra refuser les occupations du domaine public.

Le 1er janvier dernier, le maire de Montpellier, Philippe Saurel (divers gauche), annonçait, lors de ses vœux, l'interdiction à compter de 2019 de tous les cirques qui font intervenir des animaux dans sa commune. Une annonce qui avait provoqué la joie des associations de défense des animaux, et la colère des professionnels du secteur.
« Toute profession qui n’est pas interdite est donc tout à fait permise. Cette décision équivaudrait à de la censure », glissait Cyrille Emery, l’avocat du collectif des cirques.

« Toutes ont répondu, sauf Montpellier »

Près de quatre mois après cette annonce, se pose le problème de son application. En effet, les arrêtés municipaux publiés par les communes, interdisant la présence de tigres et autres éléphants sous les chapiteaux sont presque systématiquement tous rejetés par les tribunaux. Sans loi, le recours à des arrêtés étant inutile, la ville de Montpellier devra donc trouver d’autres biais si elle veut tenir la promesse du maire.
« Le cirque Arlette-Gruss a demandé depuis plus d’un an les autorisations de séjour à toutes les villes de sa tournée. Toutes ont répondu depuis longtemps, permettant ainsi à cette entreprise de spectacle de 140 salariés de s’organiser, et aux spectateurs de réserver leurs places. Toutes sauf une : Montpellier », se plaignait, le 21 avril, Gilbert Gruss, le directeur général du cirque du même nom, qui présente son nouveau spectacle chaque année « depuis 25 ans, en septembre », dans la capitale héraultaise.

« On peut interdire en ne donnant pas d’autorisation de s’installer »

« Élus et services ont courageusement choisi une stratégie d’évitement : ils ne répondent à aucune sollicitation depuis plusieurs mois, ni écrite, ni téléphonique. Cette façon de faire qui manque d’élégance est une façon aussi pour les élus de contourner la loi. »
Philippe Saurel se veut rassurant… pour cette année. « Arlette-Gruss peut s’installer en 2018, note l’élu. Mais en 2019, il n’y aura plus de cirques avec des animaux protégés. Certains l’ont compris, et ont assuré la transition, en faisant évoluer leurs spectacles. Lorsque l’on publie un arrêté, cela ne fonctionne pas. Mais on peut interdire les cirques avec des animaux en ne donnant pas d’autorisation de s’installer sur le domaine public. »
Sauf si l’emplacement convoité est libre… Là, refuser paraît plus compliqué. « Tout est compliqué, conclut le maire, qui n’ira pas plus loin dans l’argumentation. Nous verrons. » « A moins que Montpellier choisisse de sortir de la République, ce sont toujours les lois de la République qui s’appliquent », lui répond Gilbert Gruss. Tout ce cirque autour de l’interdiction des chapiteaux avec des animaux à Montpellier est loin d’être terminée…

Tags #faune #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance #animaux
par Choupi91
Aujourd'hui à 8:49
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Montpellier: Le maire veut interdire les cirques avec des animaux, Gruss montre les crocs
Réponses: 0
Vues: 41

Le loup pourrait être plus facilement abattu

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Le-loup-pourrait--tre-plus-facilement-abattu-26608502

La commission de l'environnement du Conseil des Etats soutient le projet permettant une régulation accrue des grands prédateurs.



Le statut protégé du loup en Suisse a fait couler beaucoup d'encre ces dernières années.
Le loup devrait plus facilement être abattu en Suisse. La commission de l'environnement soutient le projet permettant une régulation des prédateurs. Elle a toutefois la dent plus dure que le Conseil fédéral.
Le Conseil fédéral a d'ores et déjà annoncé qu'il allait demander la déclassification d'Ysengrin de «strictement protégé» à «protégé» dans le cadre de la Convention de Berne. Cette procédure devrait être menée devant le Conseil de l'Europe.
Plus facile
Parallèlement, le gouvernement a remis au Parlement, à la demande de ce dernier, une révision de la loi sur la chasse. Sans remettre en cause le statut du loup, celle-ci vise à ce que les espèces protégées soient plus facilement régulées si elles représentent un risque de dégâts considérables ou de danger concret pour l'homme malgré l'application de mesures de prévention.
Elle fait explicitement état d'interventions et non plus seulement du tir d'animaux isolés. Les cantons ne seront plus obligés de prouver un dommage concret. Moyennant une consultation de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), ils pourront prendre les devants.
Les interventions régulatrices seront permises non seulement pour les loups, mais également pour certaines espèces protégées qui sont source de conflits. Le bouquetin et le cygne tuberculé comptent parmi ces espèces.
Dent dure
Par 6 voix contre 4, la commission a approuvé le concept. Par 6 voix contre 5, elle propose d'aller plus loin que le Conseil fédéral en supprimant la condition de «dommages considérables» ainsi que l'obligation stricte de prendre des mesures de protection, ont indiqué mercredi les services du Parlement.
Par 7 voix contre 4, la commission souhaite ajouter le castor et le lynx à la liste des animaux pouvant faire l'objet d'une régulation. Concernant le castor, elle souhaite créer les conditions nécessaires pour que la Confédération puisse contribuer au financement de mesures visant à protéger les infrastructures d'intérêt public et aux indemnités pour les dégâts causés.
Pour ce qui est du lynx, la commission a limité la période de régulation à six semaines par an. Elle ne souhaite par ailleurs pas prendre des mesures supplémentaires en matière de prévention des dommages causés par la faune sauvage. Par 11 voix contre 3, elle a refusé de donner aux cantons la possibilité de définir des zones sans grands prédateurs.
Districts francs
Lors d'une précédente séance, la commission avait décidé que plusieurs espèces de canards sauvages ne devaient plus pouvoir être chassées et devaient être protégées. Elle s'était ralliée aux propositions du Conseil fédéral pour l'harmonisation des examens de chasse à l'échelle suisse et pour permettre aux cantons d'écourter temporairement les périodes de protection des espèces sans l'aval de Berne.
La commission a aussi accepté de remplacer les «districts francs» par des «sites de protection de la faune sauvage». Elle soutient l'Office fédéral de l'environnement dans ses efforts pour déterminer si les itinéraires traditionnels empruntés par les associations de sports de montagne sont respectueux de la nature, les cantons devant ensuite donner leur aval.

Tags #loups #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
Hier à 15:51
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Le loup pourrait être plus facilement abattu
Réponses: 0
Vues: 43

Inuka, premier ours polaire né sous les tropiques, euthanasié

https://fr.metrotime.be/2018/04/25/actualite/inuka-premier-ours-polaire-ne-sous-les-tropiques-euthanasie/

AFP PHOTO / Roslan RAHMAN
Inuka, le premier ours polaire né sous les tropiques, a été euthanasié mercredi en raison d’une rapide dégradation de son état de santé, a indiqué le zoo de Singapour dont il était une des mascottes.
L’ours avait 27 ans, un grand âge qui équivaut à environ 70 ans pour un humain. Attraction majeure pour les visiteurs du zoo de l’archipel d’Asie du Sud-Est, le mammifère y avait vu le jour le 26 décembre 1990.
Depuis quelques années, l’animal rencontrait des problèmes de santé liés à son âge avancé, notamment de l’arthrite. Un examen médical effectué au début du mois par des vétérinaires a révélé que son état de santé s’était nettement dégradé ces derniers temps.


La fin d’une ère

Inuka était le fils de Nanook, un ours capturé dans la nature et venu du Canada. Sa mère, Sheeba, venait d’un zoo en Allemagne.
La mort du mammifère marque la fin d’une ère au zoo de Singapour, qui a indiqué qu’il n’y aurait plus d’ours polaire dans l’établissement.
Ces créatures vivent dans des pays au climat froid tels le Groenland, le Canada ou la Russie, à l’opposé de Singapour, archipel proche de l’équateur où les températures les plus basses descendent rarement au-dessous de 25 degrés Celsius.

Tags #faune #sauvage #zoos #cruauté #maltraitance
par Choupi91
Hier à 12:32
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Inuka, premier ours polaire né sous les tropiques, euthanasié
Réponses: 1
Vues: 43

Trois oursons sans famille recueillis en Bulgarie

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/04/24/trois-oursons-sans-famille-recueillis-en-bulgarie/


Sofia (AFP) – Trois oursons qui erraient seuls, apparemment sans famille, dans les montagnes bulgares ont été découverts par des villageois et confiés à un parc spécialisé où ils reprennent des forces, a annoncé lundi l’association de défense des animaux « Vier Pfoten ».
Sans leur maman, les oursons âgés d’environ trois mois, trouvés dans le massif des Rhodopes, au sud du pays, menaçaient de dépérir. Le ministère bulgare de l’Environnement a décidé de les confier provisoirement aux soigneurs du parc de Belitsa (sud), spécialisé dans l’accueil des plantigrades.
Les spécialistes ont trouvé les petits orphelins, deux mâles bruns et une femelle, stressés mais en bonne santé. Pesant entre deux et trois kilos chacun, ils sont pour l’instant nourris au biberon, avec du lait de chèvre.
« Dans 90% des cas, lorsque des oursons si jeunes sont trouvés seuls, la maman ourse a été chassée ou tuée par des braconniers », a déclaré Dimitar Ivanov, le directeur du parc géré par l’association « Vier Pfoten » (« Quatre pattes »).
La structure, qui est l’un des plus importants sanctuaires d’ours en Europe, a été créée pour réinsérer dans le milieu naturel « des ours dansants » autrefois exhibés dans des spectacles de rue, une pratique désormais interdite en Bulgarie.
Si la maman ourse n’est pas retrouvée, les petits seront confiés au parc Arktouros, situé dans le nord de la Grèce voisine et spécialisé dans les soins aux oursons. Ils seront préparés à retourner à la vie sauvage.
L’ours, particulièrement présent dans les pays du sud-est de l’Europe, compte en Bulgarie une population de 600 à 800 individus, selon un recensement récent.
© AFP

Tags #faune #sauvage #animaux
par Choupi91
Hier à 9:48
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Trois oursons sans famille recueillis en Bulgarie
Réponses: 0
Vues: 41

Drôme : 26 autruches tués par des chiens errants

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/drome-18-autruches-tues-chiens-errants-1464101.html



26 bêtes ont été égorgées par des chiens dans un élevage de Livron-sur-Drôme. Une autre attaque avait eu lieu au même endroit en 2009. L'éleveur qui n'est pas assuré pour son cheptel se pose la question de la survie de son exploitation.
Le bilan est désastreux pour Pascal Grussenmeyer, éleveur d'autruches à Livron-sur-Drôme : 26 de ses autruches sont mortes, égorgées par des chiens dans la nuit de dimanche 22 au lundi 23 avril.  D'après lui, l'attaque n'est pas le fait de chiens sauvages, mais bien d'animaux du voisinage que les propriétaires laissent divaguer. 
 

Un appel à témoins




Mais l'assurance ne lui versera rien à défaut de chiens clairement identifiés. Alors, le propriétaire de la ferme de l'autruche drômoise a décidé de lancé un appel à témoin. Pour l'heure, une seule photo d'un chien beige lui a été transmise par un voisin. Et l'on a du mal à imaginer que les maîtres des chiens tueurs se présentent spontanément pour endosser la responsabilité des actes de leurs canidés, la facture s'élevant à plus de 20 000 euros.

Une activité en péril

Pourtant sans cela, c'est bien la survie de l'exploitation qui est en jeu, puisque ces bêtes égorgées représentent un cinquième de l'ensemble du cheptel. Une perte sèche difficilement supportable pour l'entreprise ... et Pascal Grussenmeyer de s'interroger sur l'arrêt de son activité.



Tags#faune #sauvage #oiseaux #rapaces #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance #chiens
par Choupi91
le Mar 24 Avr 2018 - 14:46
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Drôme : 26 autruches tués par des chiens errants
Réponses: 1
Vues: 49

Italie: mort controversée d'un ours pendant une opération de capture

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/04/20/97001-20180420FILWWW00360-italie-mort-controversee-d-un-ours-pendant-une-operation-de-capture.php

Une enquête était en cours vendredi après la mort d'un ours appartenant à une espèce menacée d'extinction pendant une opération de capture d'animaux réalisée par des biologistes dans un parc national du centre de l'Italie. Ce jeune ours brun mâle dit "marsicain", qui s'est retrouvé mercredi soir pris dans un piège en forme de tube, a rencontré des "problèmes respiratoires" après avoir été mis sous sédatif et a péri peu après, malgré les efforts déployés pour le maintenir en vie, a annoncé la direction du parc.
Des médias italiens ont expliqué que ce plantigrade n'était d'ailleurs même pas visé par cette opération destinée, avec l'aval des autorités, à tenter de munir des animaux d'un collier émetteur pour mieux les surveiller et qui a eu lieu à Abruzzo, Lazio et Molise, dans les Apennins, la longue chaîne de montagnes parcourant l'Italie. Selon ces mêmes sources, les biologistes voulaient en fait attraper un autre ours, baptisé Mario, qui causait des problèmes dans la région."C'est  la première fois que nous avons dû faire face à une situation d'urgence en matière d'anesthésie au cours d'une capture", a déclaré devant la presse Antonio Carrara, le président du parc national.

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées
par Choupi91
le Lun 23 Avr 2018 - 14:13
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Italie: mort controversée d'un ours pendant une opération de capture
Réponses: 0
Vues: 51

Poursuivie pour avoir soigné des hérissons

http://www.courrier-picard.fr/105144/article/2018-04-21/poursuivie-pour-avoir-soigne-des-herissons#

U n jour j’ai trouvé un hérisson au bord de la route blessé, je l’ai emmené chez un veto et j’ai cherché comment le soigner. il n’existait que le sanctuaire à l’époque, et j’ai réussi à soigner et relâcher le hérisson. Au fil du temps, Anne et Patrick ont constaté que je me débrouillais bien et m’ont confié la tâche de répondre au téléphone. » C’est ainsi qu’a commencé l’histoire de Juliette Viricel, 62 ans, avec le sanctuaire du hérisson de Fouencamps, et aussi...ses ennuis avec la gendarmerie.



L’association d’Anne et Patrick Fingar, située à Fouencamps, est exclusivement dédiée à l’accueil, le soin et la réinsertion du hérisson, une espèce protégée par la loi depuis 1976. En 2016, Juliette Viricel est contactée par la gendarmerie et la Direction départementale de la Protection des Populations (DDPP). On lui reproche de s’occuper illégalement de hérissons, sans avoir le diplôme nécessaire pour celà. Travaillant bénévolement pour Anne et Patrick depuis de nombreuses années en tant que secrétaire, elle gère alors les appels de personnes détenant des hérissons malades. Et parfois elle accueille des animaux chez elle pour les soigner. Formée au sanctuaire, où elle venait régulièrement faire des stages depuis le Rhône, sa région d’origine, elle n’a pas la licence pour assurer cette tâche. Ce qui lui vaut de recevoir un jour une amende ainsi qu’une convocation au Tribunal pour détention illégale d’espèces protégées. En France, il faut compter environ 2 à 3 ans pour obtenir l’autorisation de travailler légalement pour la protection des hérissons et justifier de 3 ans d’expérience dans un centre de faune en y travaillant tous les jours.

« Je viens de recevoir ma licence »


À l’heure actuelle, l’affaire de Juliette est suspendue puisqu’elle a déposé un dossier à la DDPP du Rhône contenant son certificat probatoire. Pour obtenir son Certificat de Capacité, elle a effectué un stage auprès d’un spécialiste hérisson européen au mois d’août dernier, dans l’urgence, et déposé son dossier en fin d’année. Entre-temps, elle a été victime de trois AVC (Accidents Vasculaires Cérébrales) mais a tout de même réussi à obtenir les deux agréments nécessaires pour l’ouverture de son refuge pour hérissons dans le Rhône. La « pic-assohérissonrhône » ouvrira au mois de mai prochain.
« Ça ne m’a finalement pas valu trop d’ennui, souffle-t-elle aujourd’hui, la gendarmerie a tenu compte de mon activité bénévole, ce n’était pas du trafic de hérisson »

Brigitte Bardot intervient pour soutenir la bénévole

En apprenant les déboires de Juliette, Anne a immédiatement réagi et a transmis un courrier à Brigitte Bardot, marraine du sanctuaire, pour la tenir informée, début avril. Quelques jours plus tard, cette dernière partageait une lettre dans laquelle elle disait se révolter «  devant l’implacable dureté dont ont usé les services de police et la D.D.P.P. vis-à-vis d’une de leurs employées, Juliette. […] Ça fait 5 ans qu’elle est surveillée, c’est admirable de voir que dans notre pays, à l’heure des grèves SNCF et du terrorisme, les fonctionnaires de police et de gendarmerie n’ont rien de mieux à faire que de venir traquer une pauvre femme qui vient en aide à une espèce en difficulté. »
Dorénavant, pour éviter le moindre risque aux bénévoles de l’association, Anne et Patrick se sont vu obligés de s’organiser seuls : «  La mort dans l’âme afin de protéger nos bénévoles nous avons décidé de ne plus faire appel à eux pour les hérissons en perdition dans leur département. La consigne que nous appliquons désormais est de rediriger systématiquement vers les centres de soins déjà surchargés […]  ».
Vous pouvez joindre l’association par téléphone lundi au vendredi de 18h à 20 au 03.22.09.21.03 ou vous rendre sur leur site.

Le sanctuaire de hérisson, qu’est ce que c’est ?

Créé en 1998, le sanctuaire du hérisson de Fouencamps est le seul refuge de France uniquement consacré à cette espèce protégée. Leur mission est de recueillir, soigner et réinsérer les animaux blessés dans leur environnement naturel. Anne et Patrick se mettent aussi à la disposition des personnes ayant trouvé un hérisson en détresse pour les aider à lui venir en aide. L’association compte aujourd’hui 700 membres. En 20 ans, elle a accueilli 1492 hérissons et en a réinséré 1113. En 2017, 67 des 76 hérissons recueillis ont survécu grâce à l’association.

Tags #faune #sauvage #espèces #protégées #animaux #protection
par Choupi91
le Lun 23 Avr 2018 - 10:37
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Poursuivie pour avoir soigné des hérissons
Réponses: 0
Vues: 46

Une opération militaire contre des modes de vie et contre la nature !


L’attention portée à la préservation de la faune et de la flore est souvent négligée lors des conflits armés. Depuis maintenant plus d’une semaine, le gouvernement, totalement déconnecté des réalités du vivant, a lancé une opération militaire sur la ZAD avec plus de 2 500 hommes, en plein printemps. Cette opération a notamment pour objectif d’éradiquer un ensemble de projets originaux innovants combinant social, paysannerie et écologie.
Depuis 2013, les Naturalistes en Lutte et les habitants de la ZAD, travaillent ensemble, à travers un processus de dialogue et d’échanges de connaissances et de compétences, à la mise en place d’activités centrées sur une agriculture respectueuse de son environnement. Ces pratiques expérimentées sur Notre-Dame-des-Landes, proposent un autre modèle de vie où homme et nature cohabitent. Ces expérimentations sont d’une grande richesse et montrent l’exemple dans un monde outrageusement artificialisé sous le joug d’une agriculture dévastatrice ignorante des équilibres biologiques.
Lire la suite sur Naturaliste en lutte

Tags #animaux #faune #sauvage #environnement #écosystèmes #espèces #menacées
par Choupi91
le Lun 23 Avr 2018 - 10:11
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Une opération militaire contre des modes de vie et contre la nature !
Réponses: 0
Vues: 53

Haute-Savoie: Un chasseur du Chablais reconnaît avoir abattu un loup

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2259299-20180421-haute-savoie-chasseur-chablais-reconnait-avoir-abattu-loup



Illustration d'un loup. — G. Durand / 20 Minutes
Il a avoué les faits. Six mois après la découverte du cadavre d’un loup à Féternes dans le Chablais (Haute-Savoie), un chasseur a reconnu avoir tué l’animal, selon des informations du  Dauphiné Libéré, confirmées par le parquet de Thonon-les-Bains.
Ce sont des témoignages ainsi que des éléments fournis par la police technique et scientifique qui ont permis d’identifier formellement le chasseur. Il a été convoqué en audition libre à la gendarmerie de Thonon-les-Bains début avril.

Jusqu’à 2 ans de prison et 150 000 euros d’amende

Ce chasseur à la retraite, âgé de 65 ans, n’est pas connu pour être « quelqu’un d’engagé dans la lutte contre le loup », a précisé une source judiciaire. « Il a vu passer l’animal à une trentaine de mètres de lui et a tiré à trois reprises. »
Le chasseur risque gros. La destruction d’espèce protégée est un délit dont la peine maximale encourue est de 2 ans de prison et de 150.000 euros d’amende.

Tags #faune #sauvage #espèces #protégées #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 23 Avr 2018 - 9:33
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Haute-Savoie: Un chasseur du Chablais reconnaît avoir abattu un loup
Réponses: 0
Vues: 57

À coups de briques et de morceaux de bétons, des visiteurs provoquent la mort d'une femelle kangourou dans un zoo chinois

https://www.demotivateur.fr/article/en-chine-un-kangourou-succombe-a-des-blessures-suite-a-des-jets-de-projectiles-13254

Une fois encore, la race animale s'est retrouvée être la victime de la race humaine. En Chine, un Kangourou a été la cible de jets de projectiles. Le zoo où il était gardé va empailler son corps et l'exposer.
crédit image : shutterstock.com / maci3j
C'est dans le sud-est de la Chine, dans un zoo de la ville de Fuzhou, qu'une femelle Kangourou de 12 ans a trouvé la mort alors qu'elle était censée se trouver en sécurité. L'incident s'est produit le 28 février alors que des visiteurs essayaient de faire faire des bonds à l'animal. Ses pattes ont été touchées par des briques et des morceaux de béton. Selon les images de la CCTV, l'une de ses pattes, à cause du choc des projectiles, a été écrasée et presque séparée de son corps. L'animal a succombé à ses blessures quelques semaines plus tard.
Selon les médias nationaux, conformément à la déclaration du vétérinaire qui a réalisé l'autopsie de l'animal, sa mort a été provoquée par un coup porté aux reins. Mais cet incident n'est malheureusement pas le seul à déplorer. Alors que la femelle est morte en mars, quelques semaines plus tard c'est un mâle de 5 ans qui a été victime à nouveau de jets de projectile dans l'enceinte du zoo.
Ce scandale intervient alors que les zoos chinois ont très souvent été la cible de vives critiques quant aux mauvaises conditions d'hygiène dans lesquelles sont détenus les animaux. Pour le moment, la direction du zoo n'a pas précisé si des suspects étaient à dévoiler. Après cet incident, la direction du zoo a prévu de faire installer des caméras de surveillance et faire empailler l'animal pour l'exposer, en guise d'hommage.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 23 Avr 2018 - 9:29
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: À coups de briques et de morceaux de bétons, des visiteurs provoquent la mort d'une femelle kangourou dans un zoo chinois
Réponses: 0
Vues: 46

Comment la viande bon marché assassine les jaguars

https://www.ciwf.fr/actualites/2018/03/comment-la-viande-bon-marche-assassine-les-jaguars?utm_campaign=factoryfarming&utm_source=enewsemail&utm_medium=email




L’Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé le 3 mars 2018 Journée Mondiale des Nations Unies pour la Vie Sauvage. Il s’agit du plus important évènement mondial dans ce domaine. L’objectif est de mettre en lumière la faune et la flore sauvages en les faisant découvrir au grand public, cette année autour du thème “Les grands félins, prédateurs menacés”.

Actuellement ces magnifiques animaux sont confrontés à de graves dangers, dont nous sommes la cause principale. Leur population décline à un rythme préoccupant, souffrant de la disparition de leurs habitats naturels et de leurs sources de nourriture, victimes du conflit avec les êtres humains, du braconnage et du commerce illégal.

Le développement à grande échelle de la culture du soja, qui sert à nourrir les animaux des élevages industriels est considérable ! En effet, avalant la forêt tropicale, ravageant ce qui fut un paysage riche et varié, cette culture ne laisse quasiment aucun espace aux animaux sauvages, dont l’habitat est systématiquement sacrifié.
Au Brésil par exemple, la végétation dense de la forêt tropicale est impitoyablement transformée en gigantesque et monotone champs de soja. 
Cinquième plus grand pays du monde par la taille de son territoire, le Brésil compte plus de 200 millions d’habitants. Le pays est désormais le troisième plus grand exportateur agricole mondial, le quatrième pour la viande de porc, et le premier incontesté pour la viande de volaille et de bœuf. Pratiquement tous les cochons y sont élevés en systèmes intensifs, et 95% des poules pondeuses sont élevées en cages.

Le Brésil est riche d’un nombre impressionnant de plantes et animaux sauvages, et parmi eux le jaguar. Dans le monde entier, il ne subsiste malheureusement plus que 15.000 jaguars en liberté, dont la moitié au Brésil, donnant au pays une responsabilité cruciale pour l’avenir de l’espèce.
On tend à associer la déforestation à l’exploitation du bois pour la construction et à la conversion en terres maraichères pour l’alimentation humaine. En réalité, le coupable, c’est la culture du soja et du maïs à une échelle gigantesque, principalement pour nourrir les animaux des élevages industriels. De vastes étendues de forêt tropicale et de savane sont converties au service de ces industries, faisant du Brésil le deuxième producteur mondial de soja derrière les Etats-Unis, et le premier exportateur.


Autrefois vénérés par les Mayas et d’autres civilisations anciennes comme les Aztèques et les Incas, les jaguars en sont aujourd’hui réduits à s’aventurer en terrain défriché au fur et à mesure de la destruction de leur habitat. Beaucoup sont abattus car considérés comme nuisibles et mettant le bétail en danger. La forêt tropicale et la savane reculent principalement pour nourrir des animaux d’élevage industriel, souvent sur d’autres continents. La triste réalité, c’est que la viande bon marché consommée en France, en Europe et dans le reste du monde – du bœuf, du porc et du poulet – provient probablement d’animaux nourris au soja issu des plaines dénudées d’Amérique du sud.

Nous devons nous mobiliser pour que ces splendides animaux soient encore là dans les décennies à venir. Et nous pouvons agir dès maintenant, en choisissant ce que nous mettons dans notre assiette. Se nourrir de plus de fruits et légumes, consommer moins de viande et moins de lait, éviter les produits provenant de l’élevage industriel aidera à diminuer la cruauté envers les animaux, et en même temps protégera de nombreuses espèces sauvages.

Philip Lymbery, directeur de CIWF International 

Tags #faune #sauvage #trafic #espèces #menacées #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 23 Avr 2018 - 8:48
 
Rechercher dans: En défaveur des animaux - Not for animals
Sujet: Comment la viande bon marché assassine les jaguars
Réponses: 0
Vues: 50

La Ville dénonce l'installation sauvage du cirque Zavatta à Cronenbourg

https://www.dna.fr/actualite/2018/04/18/strasbourg-cirque-zavatta-installation-cronenbourg-ville-refere

Le cirque Zavatta est en train de dresser son chapiteau sur un terrain situé en face du marché-gare de Strasbourg-Cronenbourg. Problème: la Ville aurait opposé son veto à l’installation. Elle devrait introduire un référé dans les prochaines heures pour occupation illégale du domaine public.


La troupe du cirque Zavatta est arrivée lundi à Strasbourg, après trois jours à Rouffach et un mois à Colmar-Houssen. Elle s'est installée sur un terrain herbeux situé place de l'Abattoir, à côté du magasin Ikea de Cronenbourg.
Ce mercredi après-midi, alors que tigres, lions et zèbres se reposent à l'ombre dans leurs cages, l'équipe du cirque s'affaire à terminer le montage du chapiteau. La première représentation est programmée samedi après-midi.
Il n'est pas certain que le spectacle aura lieu: la Ville dénonce une occupation illégale du domaine public et s'apprête à introduire un référé devant le tribunal de grande instance de Strasbourg pour contraindre la troupe à faire place nette.
Le service de la domanialité publique de la Ville aurait fait savoir en mars au cirque que sa demande d'installation place de l'Abattoir était rejetée. Les responsables de Zavatta indiquent quant à eux n'avoir reçu aucune réponse de la municipalité. Le bras de fer est engagé.

A lire aussi notre article sur le débat au conseil municipal lundi : Les cirques avec animaux ne sont plus les bienvenus à Strasbourg  

Tags #faune #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 14:39
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: La Ville dénonce l'installation sauvage du cirque Zavatta à Cronenbourg
Réponses: 0
Vues: 60

Des chasseurs de hérissons se font piquer par des agents de l'environnement

https://www.leberry.fr/bourges/faits-divers/chasse-peche/2018/04/18/des-chasseurs-de-herissons-se-font-piquer-par-des-agents-de-l-environnement_12816524.html



Deux hommes se sont faits piquer par les agents de l'environnement de l'ONCFS qui ont trouvé, dans leur voiture, trois hérissons vivants. 
Les hérissons ont une trop belle bouille pour être farcis au barbecue. C’est surtout strictement interdit car le hérisson est une espèce non domestique protégée.
Il en cuit d’ailleurs à deux gourmets, interpellés il y a quelques jours, par les inspecteurs de l’environnement de l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Pendant deux semaines, les agents les avaient dans le collimateur, eux et leur chien, spécialement dressé pour la cause. L’animal repère les mammifères omnivores et nocturnes qui sont ensuite ramassés pour finir au barbecue ou, à cuit l’étouffé, dans une boule de glaise, c'est selon la tradition culinaire.

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées #braconnage #cruauté  #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 14:37
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Des chasseurs de hérissons se font piquer par des agents de l'environnement
Réponses: 0
Vues: 107

On vous aura prévenu !




Tags #faune #sauvage #cirques #animaux #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 10:08
 
Rechercher dans: Vidéos d'information ! Videos facts
Sujet: On vous aura prévenu !
Réponses: 0
Vues: 109

Le vrai visage des cirques




Tags #faune #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 9:29
 
Rechercher dans: Vidéos d'information ! Videos facts
Sujet: Le vrai visage des cirques
Réponses: 0
Vues: 50

Le cirque en 60 secondes




Tags #animaux #cirques #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 9:22
 
Rechercher dans: Vidéos d'information ! Videos facts
Sujet: Le cirque en 60 secondes
Réponses: 0
Vues: 54

La Garenne a accueilli une première loutre

http://www.20min.ch/ro/news/romandie/story/La-Garenne-a-accueilli-une-premiere-loutre-17722862

Une femelle a pris possession mercredi de son nouveau territoire. Elle sera bientôt rejointe par un mâle.





1|11
Le parc animalier de la Garenne, à Le Vaud (VD), a inauguré mercredi son secteur réservé aux loutres.


Le parc animalier de Le Vaud (VD) a créé un secteur, avec bassins et ruisseaux, pour les loutres. Une première femelle a déjà pris possession de son nouveau territoire et sera bientôt rejointe par un mâle.
Depuis mercredi, les visiteurs de la Garenne ont accès à cette nouvelle installation, qui a nécessité six mois de travaux. Ils pourront observer les loutres même quand elles nagent sous l'eau dans le grand bassin, grâce à une baie vitrée.
La femelle du parc est une loutre d'Europe, une espèce qui était encore commune en Suisse au 19e siècle mais qui a totalement disparu.

Tags #faune #sauvage
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 9:16
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: La Garenne a accueilli une première loutre
Réponses: 0
Vues: 60

Des sénateurs réclament des modifications du plan loup

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/04/18/des-senateurs-reclament-des-modifications-du-plan-loup/


© AFP/Archives MARTIN BUREAU

Paris (AFP) – Une commission du sénat a réclamé des aménagements du nouveau plan loup du gouvernement qui, selon elle, ne prend pas suffisamment en compte la « désespérance du monde pastoral ».
Le plan loup 2018-2023 publié en février « comporte des avancées indéniables pour les territoires mais demeure très en deçà des enjeux sociaux, économiques, culturels et psychologiques auxquels sont confrontés les éleveurs et les populations », estime la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, dans un rapport adopté mardi et diffusé mercredi.
« La situation n’est plus tenable, ni pour les éleveurs, ni pour les populations, ni pour les finances publiques. C’est un cercle vicieux de souffrances, de dépenses et d’incompréhensions », a commenté l’auteur du rapport Cyril Pellevat (LR, Haute-Savoie), cité dans un communiqué.
Mettant en avant la « désespérance du monde pastoral » confronté à 12.000 brebis tuées en 2017, les sénateurs réclament en particulier la suppression d’une des mesures les plus contestées du plan, qui conditionne les indemnisations des éleveurs à la mise en place préalable de mesures de protection des troupeaux.
La commission plaide également pour des « mesures alternatives » (piégeage non mutilant, fusil à gros sel…) aux tirs de prélèvement afin de « réapprendre aux loups à se méfier et à se tenir à l’écart des hommes » et à une gestion européenne des populations de loups.
Elle appelle enfin à ce que les loups tués dans certaines zones de protection renforcée ne soient pas comptés dans les quotas de prélèvements.
Le nouveau plan loup, qui n’a réussi à satisfaire ni les éleveurs ni les défenseurs de l’environnement, prévoit un plafond d’abattage annuel fondé sur les recommandations scientifiques qui estiment qu’il ne faut pas abattre plus de 10 à 12% de l’effectif pour assurer la viabilité de l’espèce.
En 2018, année de transition, le plafond initial est fixé à 40 loups, mais ce nombre sera actualisé fin avril une fois connus les chiffres précis de la population au printemps, a précisé mardi devant cette même commission le préfet coordinateur du plan, Stéphane Bouillon.
Espèce protégée, le loup, qui avait disparu du pays dans les années 1930, est revenu par l’Italie à partir de 1992. La France compte environ 360 loups (répartis en 52 meutes) et le plan du gouvernement vise une population de 500 spécimens d’ici 2023.
© AFP

Tags #loups #faune #sauvage #espèces #protégées
par Choupi91
le Jeu 19 Avr 2018 - 9:10
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Des sénateurs réclament des modifications du plan loup
Réponses: 0
Vues: 118

Un ours maltraité aura un nouveau foyer en Suisse

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Un-ours-maltraite-aura-un-nouveau-foyer-en-Suisse-11038829

Le refuge «Arosa Terre des Ours» accueillera dès juillet le dernier ours de cirque de Serbie qui a connu une effroyable existence dans son pays.




Le futur pensionnaire d'Arosa Terre des Ours (GR) a eu une existence effroyable au sein du cirque serbe Corona dans la ville de Srbobran jusqu'à fin octobre 2016. Date de son sauvetage par la fondation QUATRE PATTES qui oeuvre pour la protection des animaux.
En effet, avec l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques en Serbie depuis 2009, QUATRE PATTES suppose que l'animal a vécu de nombreuses années dans une minuscule cage en métal rouillée, remplie de détritus et n'offrant aucune protection contre la pluie et le soleil. Au vu de sa grande taille, la bête - croisement entre un ours brun européen et un ours polaire - pouvait à peine se lever.
Dès juillet l'ours - qui pour l'heure n'a pas de nom et qui vit actuellement à titre transitoire au zoo Palic (Serbie) - aura la belle vie. Le refuge offrira à ce dernier - ainsi qu'à d'autres de ses congénères - un enclos de trois hectares, adapté aux besoins de l'espèce. Il aura de nombreuses activités, plusieurs étangs, des arbustes, des arbres et des prairies.
«J'ai vu pour la première fois en 2010 les conditions désastreuses dans lesquelles l'ours vivait. Le fait que nous puissions enfin le transférer à Arosa Terre des Ours cet été est une fin heureuse après des années de maltraitance. Nous sommes très heureux que l'animal puisse passer encore de nombreuses années dans un refuge conforme à ses besoins au coeur des montagnes grisonnes», s'est félicité Carsten Hertwig, spécialiste des ours au sein de QUATRE PATTES et vice-président de la fondation «Arosa Bären».

Tags #faune #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 18 Avr 2018 - 10:39
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Un ours maltraité aura un nouveau foyer en Suisse
Réponses: 0
Vues: 58

En Thaïlande, avis de recherche contre un électrocuteur d’éléphants

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/04/17/en-thailande-avis-de-recherche-contre-un-electrocuteur-delephants/


Des éléphants se régalent de fruits et légumes préparés pour eux avant le début d’un tournoi de polo avec leur participation, à Bangkok le 8 mars 2018
© AFP/Archives Krit PHROMSAKLA NA SAKOLNAKORN

Bangkok (AFP) – La police thaïlandaise a annoncé mardi être à la recherche d’un cultivateur d’ananas soupçonné d’avoir électrocuté deux éléphants, dont le dernier est décédé dimanche, pour protéger sa plantation.
« Il avait une brûlure sur sa trompe et son flanc », a expliqué à l’AFP Phadet Laithong, responsable du parc national d’Aung Ruenai, dans la province de Chonburi, non loin de Bangkok.
La plantation d’ananas se trouvait à proximité du parc national où vivent des éléphants sauvages, comme c’est souvent le cas à travers ce pays très agricole.
L’homme soupçonné d’avoir mis en place le système de clôture électrique avec un voltage suffisamment puissant pour tuer un pachyderme est un récidiviste, en fuite.
Le 25 mars, une éléphante était déjà morte électrocutée sur la plantation où il était employé comme ouvrier agricole, mais il avait été libéré sous caution.
« J’espère qu’il se rendra bientôt », a précisé le capitaine de police Chutiwat Thonthan.
L’éléphant tué cette fois-ci était un mâle d’une trentaine d’années pesant quatre tonnes.
Soraida Salwala, fondatrice de l’ONG « Friends of the Asian Elephant » s’est dite « anéantie » par ce drame, qui faisait les gros titres de journaux télévisés mardi en Thaïlande.
« J’ai appelé à la création d’un fond d’urgence pour indemniser les fermiers dont la récolte est mangée par des éléphants », a-t-elle dit à l’AFP.
« Aucun animal ne devrait être électrocuté », a-t-elle insisté, alors que ce genre de dispositif radical est rare en Thaïlande, où les plantations sont généralement protégées par des clôtures classiques.
En Indonésie, des agriculteurs soucieux de protéger, notamment des plantations d’huile de palme, vont jusqu’à empoisonner les zones où les éléphants sauvages vont habituellement s’alimenter.
La Thaïlande compte de nombreux camps où des milliers d’éléphants domestiques sont entravés par des chaînes pendant leur repos et passent la journée à transporter sur leur dos des vacanciers.
Mais quelque 4.000 autres sont sauvages et vivent en liberté dans des parcs naturels, où les touristes ne peuvent les regarder que de loin, accompagnés de rangers.
© AFP

Tags #éléphants #faune #sauvage #cruauté #maltraitance #environnement #déforestation #espèces #menacées
par Choupi91
le Mer 18 Avr 2018 - 9:32
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En Thaïlande, avis de recherche contre un électrocuteur d’éléphants
Réponses: 0
Vues: 58

Orne. Chasse aux sangliers : des riverains montent un collectif

https://www.ouest-france.fr/normandie/orne/orne-chasse-aux-sangliers-des-riverains-montent-un-collectif-5702529



Un collectif de riverains s’oppose à la proposition de la préfète d’ouvrir la chasse aux sangliers le 1er juin. Ils jugent la mesure « excessive ». Une rencontre est prévue le 20 avril.
Les Riverains de la chasse, c’est le nom du collectif créé le 20 mars, dans le nord du département de l’Orne, près d’Argentan. « L’objectif, c’est de faire entendre la voix des non-chasseurs », explique l’une des membres active du collectif. Elle se fait appeler « Isabelle Dupont ». Nous n’en saurons pas plus sur son identité.
Ce collectif a vu le jour en réaction à l’annonce de Chantal Castelnot, la préfète, de placer le sanglier comme nuisible sur quatre massifs cynégétiques (Gouffern, Longny, Monts d’Amain et Sud Perche). Cette décision a été prise à la suite, entre autres, d’une demande de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles). Une réaction aux dégradations régulières subies par des cultivateurs.
Un arrêté doit également être pris le 25 avril permettant d’ouvrir la chasse aux sangliers, dès le 1er juin. « Il n’y a pas de raisons qui expliquent cette extension de la période de quatre mois. La mesure est excessive par rapport à la situation, avance Isabelle Dupont. Comment va-t-on pouvoir se balader sereinement en campagne pendant l’été ? »

" Trouver des solutions équilibrées "

Ce collectif, fort d’environ 200 personnes dans l’Orne d’après Isabelle Dupont, n’a pas hésité à adresser un courrier à la préfète début avril. « On ne cherche pas la polémique. Notre démarche n’est pas d’être contre les chasseurs, mais de trouver des solutions équilibrées. » Les Riverains de la chasse ne minimisent pas non plus les dégâts causés par les sangliers dans certaines exploitations agricoles.
Dans un communiqué, la préfecture de l’Orne annonce avoir « pris en considération les arguments avancés par le collectif ». Une rencontre entre trois membres du collectif et Chantal Castelnot est d’ailleurs fixée vendredi 20 avril.
Plus d’informations dans Ouest-France Orne de mercredi 18 avril 2018, édition papier ou numérique.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 18 Avr 2018 - 9:23
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Orne. Chasse aux sangliers : des riverains montent un collectif
Réponses: 0
Vues: 55

Etats-Unis : des babouins s'échappent d'un institut de recherche biomédicale

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/video-etats-unis-des-babouins-s-echappent-d-un-institut-de-recherche-biomedicale_2710782.html#xtor=CS2-765-[twitter]-



Ils ont pris la clé des champs. Des babouins se sont échappés, samedi 14 et dimanche 15 avril, d'un centre de recherche au Texas (Etats-Unis). Les trois bêtes font partie des 1 100 babouins de l'Institut de recherche biomédicale de San Antonio, qui utilise ces primates pour étudier des maladies comme le sida, la malaria et le virus Ebola.
Les animaux se trouvaient dans un enclos entouré par des murs lorsqu'ils ont utilisé l'un des tonneaux placés là en tant qu'"outil d'enrichissement" pour s'échapper, a indiqué l'institut. L'un après l'autre, les babouins sont montés sur le tonneau et ont sauté. Un quatrième a escaladé le mur, mais s'est ravisé et a rebroussé chemin. 

Une course-poursuite

Deux ont été rattrapés dans des arbres non loin de là. Le troisième a réussi à atteindre une route principale, où une conductrice a filmé une vidéo avec son téléphone portable montrant du personnel de l'institut courant derrière le babouin.
Les babouins ont été capturés une trentaine de minutes après leur fuite, a déclaré l'établissement, assurant que les animaux n'avaient à aucun moment représenté de danger pour les humains parce qu'ils ne font partie d'aucune étude active. "Les animaux eux-mêmes n'étaient pas malades", a affirmé John Bernal, vétérinaire de l'établissement, à la télévision locale KSAT.

Tags #singes #faune #sauvage #expérimentation #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 18 Avr 2018 - 9:16
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Etats-Unis : des babouins s'échappent d'un institut de recherche biomédicale
Réponses: 1
Vues: 59

Kenya : prison à vie pour les possesseurs d'ivoire

https://www.easyvoyage.com/actualite/kenya-braconniers-en-possession-d-ivoire-emprisonnes-a-vie-81480?clientId=700&utm_medium=paid-social&utm_source=facebook&utm_campaign=kenya-braconniers-en-possession-d-ivoire-emprisonnes-a-vie

Les animaux à cornes pourront enfin vivre en paix ! Le ministre du tourisme du Kenya vient d'annoncer que toutes les personnes en possession d'ivoire seront emprisonnées pour le restant de leurs jours. Une décision qui mettra peut-être fin au braconnage qui sévit dans le pays depuis de nombreuses années, et qui menace la survie de plusieurs espèces animales. Avec cette décision, le Kenya confirme sa position de pays très engagé dans la lutte contre le commerce de l'ivoire.

C'est avec émotion que l'on se souvient de la disparition de Sudan, le dernier rhinocéros blanc du Nord, le 19 mars dernier. Sa mort sonne le glas de cette espèce sur terre, une disparition causée en grande partie par les braconniers. Ces derniers chassaient les rhinocéros pour la très grande valeur de leurs cornes.

Lors des funérailles de Sudan, le 1er avril, Najib Balala, le ministre kényan du tourisme a annoncé « l'ivoire appartient aux éléphants et aux rhinocéros. Nous allons changer nos lois afin que quiconque en possession d'ivoire sera emprisonné à vie ».

Les éléphants sont souvent chassés pour leurs défenses

© Jonathan Pledger/123RF
A l'origine, l'ivoire était utilisé pour confectionner des touches de piano et d'autres objets décoratifs. Cette pratique n'existe plus depuis 1970. Après cela, on trouvait encore 20 000 rhinocéros au Kenya. Malheureusement, la course à l'ivoire a failli tous les exterminer puisqu'en 1990 il ne restait plus que 400 animaux dans le pays.
Cependant, le commerce de l'ivoire est un fléau qui met certaines espèces en danger d'extinction. La cause de cet abatage massif ? La corne du rhinocéros blanc du Nord est précieuse et se vend jusqu'à 50 000 dollars le kilo (c'est plus que l'or !)

En mémoire de Sudan

Une annonce qui renouvelle l'engagement du Kenya dans la lutte contre le commerce de l'ivoire. En 2016, c'est devant les caméras du monde entier que le pays avait brulé tout son stock restant d'ivoire, soit 105 tonnes de cornes et de défenses.
La Chine avait déjà adopté une mesure importante, en rendant la vente de l'ivoire hors-la-loi. Selon des experts, le pays serait à l'origine de 70% de la demande mondiale et principalement pour des usages aphrodisiaques. Des chiffres qui font froid dans le dos !

Tags #éléphants #faune #sauvage #braconnage #trafic #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Mar 17 Avr 2018 - 13:29
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Kenya : prison à vie pour les possesseurs d'ivoire
Réponses: 0
Vues: 58

Venez nombreux à la 1ère Journée Mondiale de l’Intelligence Animale !


Samedi 26 mai à Thoiry
L’association l’Animal et l’homme organise la 1ère Journée Mondiale de l’Intelligence Animale le samedi 26 mai. Un événement dédié à une révolution en cours qui va bouleverser notre vision du monde. Une journée pour mettre en lumière nos connaissances et découvertes récentes sur l’intelligence animale. Retrouvons-nous à Thoiry, dans l’Orangerie du château et du parc, de 10h à 19h.
Des conférenciers de renom
La Journée Mondiale de l’Intelligence Animale réunit scientifiques de renom, audio-naturaliste, écrivains pour explorer le génie des animaux. Venez nombreux assister aux conférences et dialoguer avec les spécialistes ! La billetterie est ouverte.




par Choupi91
le Mar 17 Avr 2018 - 10:26
 
Rechercher dans: Manifestations hors Association Les Amis de Didie - Events outside Association Friends of Didie
Sujet: Venez nombreux à la 1ère Journée Mondiale de l’Intelligence Animale !
Réponses: 0
Vues: 71

Nord: Le dentiste fraudait le Fisc pour se payer des safaris

https://www.20minutes.fr/lille/2255783-20180416-nord-dentiste-fraudait-fisc-payer-safaris


  • Le dentiste fraudeur a été dénoncé par une ancienne assistante.
  • Il a dissimulé plus de 130.000 euros aux impôts en quatre ans.
  • Avec l’argent non déclaré, il partait chasser lors de safaris.

Comptabilité occulte et pièce secrète. Jeudi dernier, un dentiste du Valenciennois à la retraite a été condamné pour blanchiment de fraude fiscale. En quatre ans, il est accusé d’avoir dissimulé 131.000 euros aux impôts, argent avec lequel il se payait, notamment, des safaris ont révélé nos confrères de La Voix du Nord.
C’est grâce à la dénonciation d’une ancienne assistante du mis en cause que la justice a eu vent des malversations du dentiste. En gros, entre 2010 et 2014, des sommes de 40.000 euros par an étaient volontairement écartées des déclarations fiscales du cabinet. Ces sommes étaient néanmoins répertoriées dans de petits carnets que le dentiste remisait par-devers lui.

Une pièce secrète pour ses souvenirs de safaris

Une enquête avait été ouverte suite aux déclarations de l’assistante et le dentiste ainsi que son épouse avaient été placés en garde à vue il y a un an. Dans la foulée, les enquêteurs avaient procédé à deux perquisitions. La première a eu lieu au cabinet du dentiste, permettant la découverte des fameux petits carnets.
La seconde perquisition a été menée au domicile du couple selon nos confrères. C’est là que les policiers ont découvert une pièce secrète dans laquelle on accédait par une porte dissimulée derrière une armoire. A l’intérieur, le dentiste cachait le produit de ses chasses exotiques et les armes utilisées pour ses safaris. Dans des congélateurs, les enquêteurs ont aussi découvert des cadavres d’animaux appartenant à des espèces protégées. Une somme de 40.000 euros en liquide a par ailleurs été retrouvée, planquée dans les murs et dans un coffre.
Outre la condamnation pénale, le couple a désormais l’administration fiscale sur le dos. Le dernier volet de l’affaire, concernant la chasse d’espèces protégées, fait aussi l’objet d’une procédure judiciaire.

Tags #faune #sauvage #espèces #protégées #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 16 Avr 2018 - 16:02
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Nord: Le dentiste fraudait le Fisc pour se payer des safaris
Réponses: 0
Vues: 57

Kenya : décès de Daphne Sheldrick, la célèbre mère des éléphants orphelins

http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/13678-kenya-deces-de-daphne-sheldrick-la-celebre-mere-des-elephants-orphelins/

Nairobi (Kenya), 13 avr 2018 (AFP) - Daphne Sheldrick, pionnière de la protection de l'environnement connue pour avoir développé une méthode permettant d'élever des éléphanteaux orphelins au Kenya, est décédée jeudi à l'âge de 83 ans, a annoncé vendredi sa famille.



"Daphne est décédée dans la soirée du 12 avril au terme d'une longue bataille avec le cancer du sein, une bataille qu'elle a finalement perdu", a indiqué sa fille Angela Sheldrick dans un communiqué publié sur le site du Fond David Sheldrick pour la faune sauvage (DSWT). "Son héritage est incommensurable et son décès aura un large retentissement en raison de son succès sans égal dans la conservation de la nature au Kenya", a ajouté sa fille.
Née au Kenya en 1934, Daphne Sheldrick a travaillé pendant près de 30 ans à la protection de la nature avec son mari David Sheldrick, fondateur du célèbre parc national de Tsavo. Après la mort de son époux, elle a fondé le DSWT, connu à la fois pour sa contribution à la protection de la nature, ainsi que pour son orphelinat d'éléphants, où des milliers de touristes viennent chaque année voir des éléphanteaux nourris au biberon et jouer dans la boue. "Daphne a été la première personne qui a élevé avec succès des nouveaux-nés éléphants et rhinocéros qui étaient encore dépendants du lait maternel", a rappelé Angela Sheldrick, selon laquelle la méthode ainsi développée a permis de sauver 230 éléphanteaux orphelins au Kenya, et de nombreux autres à travers l'Afrique et en Inde.

L'orphelinat des éléphants

Il a fallu 28 ans de recherche à Daphne Sheldrick, décorée en 2001 par le gouvernement kényan et en 2006 par la reine Elizabeth II, pour recréer le lait maternel sans lequel les éléphanteaux de moins de deux ans ne peuvent survivre. Mais le lait n'était qu'une partie de la solution destinée à sauver des éléphants souvent traumatisés par la mort de leurs parents, tués pour leur défense en ivoire, ou décédés lors de sécheresses: par exemple, les gardiens dorment parfois aux côtés des éléphanteaux, pour les rassurer. "L'enfant est fragile, il faut réfléchir comme un humain pour les éléphants", avait déclaré Mme Sheldrick dans un entretien à l'AFP en 2004. Lorsque les éléphanteaux atteignent l'âge de deux ans, ils quittent l'orphelinat de Nairobi pour être réintroduits dans le parc de Tsavo, où ils tentent de s'intégrer à un groupe d'éléphants, un processus qui peut être long.
Le travail de Mme Sheldrick, qui a écrit plusieurs livres, a été immortalisé dans de nombreux documentaires. "Daphne vivait aux côtés des éléphants, et a appris à lire dans leurs coeurs, de la même manière qu'ils lisent dans les nôtres", a rendu hommage le DSWT. "Elle comprenait leur fragilité, leur intelligence, leur capacité à aimer, à pleurer, à guérir, à se soutenir les uns les autres, et elle a partagé ces leçons avec le monde".
Le continent africain ne compte plus que 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Et chaque année, 30.000 éléphants sont tués.

Tags #éléphants #faune #sauvage #animaux #protection #espèces #menacées #braconnage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 16 Avr 2018 - 13:07
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Kenya : décès de Daphne Sheldrick, la célèbre mère des éléphants orphelins
Réponses: 0
Vues: 59

Feu de brousse à Sydney : un hôpital recueille les animaux

https://www.zoorigin.com/article/feu-de-brousse-a-sydney-un-hopital-recueille-les-animaux



L'hôpital vétérinaire de Kirrawee a pris en charge gratuitement les animaux afin de les protéger de l'incendie

C'est sur leur page Facebook que l'hôpital australien a lancé un appel aux propriétaires d'animaux menacés par le feu de brousse ce dimanche 16 avril :
Ces feux sont dévastateurs ! Si vous avez besoin de protéger vos animaux et votre maison, venez et nous les prendrons en charge gratuitement pendant 48 heures.

Le directeur de l'hôpital vétérinaire, Simon Ilkin, a déclaré que leur annonce a immédiatement entraîné la venue des individus touchés. La capacité d'accueil a progressivement atteint le maximum de résidents, le personnel a donc tenté de contacter d'autres cliniques afin d'en accueillir davantage. La générosité des vétérinaires a incité les habitants de Sydney à ouvrir leurs portes aux animaux en danger et des sections locales ont apporté leur aide en proposant leurs jardins aux chevaux et aux chiens.
Environ 20 animaux de compagnie ont été amenés à l'hôpital vétérinaire par des habitants affectés par les feux de brousse, il s'agissait principalement de chiens et de chats. Mais, la clinique qui se trouve à 15 minutes en voiture du feu de brousse a également reçu des animaux blessés : des oiseaux et même un échidné.

Nous travaillons également avec WIRES et Sydney Wildlife Rescue, nous sommes là pour nous occuper de tous les animaux sauvages qui ont été blessés ou déplacés.

Tags #faune #sauvage #animaux #protection
par Choupi91
le Lun 16 Avr 2018 - 12:26
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Feu de brousse à Sydney : un hôpital recueille les animaux
Réponses: 0
Vues: 56

Après des années dans un zoo, deux chimpanzés libérés !

http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/13679-apres-des-annees-dans-un-zoo-deux-chimpanzes-liberes/



Youyou et Mongo, deux chimpanzés femelles d’environ 3 ans, sont enfin libres ! Après des années passées au zoo de Kinshasa en République démocratique du Congo et de longues négociations entre l’association P-WAC, l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature) ainsi que l’équipe du zoo, les primates ont pu quitter leurs cages (24/03/2018). « Cette libération a un seul et même objectif à terme : un retour des chimpanzés à la vie sauvage » explique Amandine Renaud, fondatrice de l’association.
 
La Fondation 30 Millions d’Amis, qui soutient P-WAC depuis 2016, a versé une nouvelle aide de 5000 euros « qui va servir à la construction d’un enclos électrifié pour permettre une réhabilitation des chimpanzés en milieu naturel », détaille Amandine Renaud.
 
A l’heure actuelle, Youyou et Mongo sont toujours en quarantaine et seront bientôt transférées dans cet enclos. « Pour l’instant, elles s’adaptent très bien à leur nouvel environnement. Elles mangent bien et passent leur temps à jouer. Vivement la fin de la quarantaine que l'on débute la réhabilitation ! ».

Un retour à la vie sauvage

Le sanctuaire, implanté au cœur d’une forêt de 100 hectares, à Kinzau Mvuete, a pour but de recueillir les grands singes. Bien que protégés par des conventions internationales, ils sont classés « en danger » par l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) car ils sont régulièrement braconnés ou détenus illégalement par des particuliers. Selon l'UICN, ils seraient entre 173 000 et 248 000 individus en République démocratique du Congo.
Une fois remis sur pattes grâce au travail des équipes de P-WAC, les chimpanzés pourront ensuite être libérés dans les forêts protégées du sanctuaire.

Tags #singes #faune #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Lun 16 Avr 2018 - 12:08
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Après des années dans un zoo, deux chimpanzés libérés !
Réponses: 0
Vues: 47

Last lion tamer in UK Thomas Chipperfield refused licence to use big cats in travelling circus

https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/lion-tamer-thomas-chipperfield-refused-licence-big-cats-circus-animal-rights-a8302821.html



The only remaining lion tamer in the UK has been banned from using big cats in his shows.
Thomas Chipperfield, 28, from Winchester in Hampshire, has two lions and a tiger he keeps in Cannock, Staffordshire and comes from a long line of wild animal trainers.
But the Department for Environment, Food and Rural Affairs (Defra) said it refused to grant Mr Chipperfield a renewed licence.


Mr Chipperfield’s appeal against the decision was dismissed by North Staffordshire Magistrates Court in January.
The court said the appeal was rejected because he would be unable to maintain suitable care plans for the cats and provide written itineraries.
The lion tamer said he planned to appeal again and no welfare concerns had been brought up.
Speaking to the BBC, Mr Chipperfield said pursuing a second appeal limited what he was able to say, but that he had “consistently acted in good faith with my team on the advice given by the circus licensing panel and their inspectors”.

He added their advice was “often conflicting”.
The use of wild animals in travelling circuses will be banned from 2020, the Government said earlier this year, after animal welfare advocates campaigned to outlaw the practice.
“The current Regulations expire on 19 January 2020,” Defra said in a report.
“The Government does not intend to renew the regulations as it intends to ensure that a legislative ban is introduced by then. The regulations will then be allowed to expire.”

Tags #faube #sauvage #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 16 Avr 2018 - 9:43
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Last lion tamer in UK Thomas Chipperfield refused licence to use big cats in travelling circus
Réponses: 0
Vues: 53

Pyrénées: Les ours sont sortis de leur long sommeil

https://www.20minutes.fr/planete/2254747-20180413-pyrenees-ours-sortis-long-sommeil




  • L’association Pays de l’Ours-Adet a réuni plusieurs témoignages confirmant la sortie d’hibernation des ours sur le versant français.
  • Côté espagnol, la sortie d’une femelle et de son ourson a été capturée sur une vidéo.

Après de longs mois d’hibernation, ils ont pointé le bout de leur nez. Les premières traces des ours bruns ont été observées depuis le mois de mars dans les Pyrénées. L’ association Pays de l’ours-Adet, favorable à la réintroduction du plantigrade, vient en effet de relayer sur les réseaux sociaux la photo d’une empreinte d’ours fraîche dans la neige, sur le versant français.

Vidéo dans les Pyrénées espagnoles

Dans les Pyrénées espagnoles, la sortie d’une femelle et de son ourson né en 2017 a été filmée le 26 mars. Sur les images, on voit le jeune plantigrade se frotter contre un arbre. « Plusieurs observations, indices permettent d’affirmer que les adultes seuls puis les femelles sans ourson sont en effet sortis d’hibernation, détaille Alain Reynes, directeur de Pays de l’ours-Adet. Malgré la neige encore présente en basse altitude, ils sont sortis de leur tanière depuis fin février, débat mars ».
Impossible de savoir pour l’instant si des oursons sont nés en 2018 dans les Pyrénées. « Il y a peut-être eu des naissances en janvier mais cela vérifiera sur le terrain fin mai ou début juin puisque ce sont les derniers à sortir avec leur mère, poursuit Alain Reynes. Dès le mois de mai, le suivi systématique des plantigrades par les appareils photo ou les itinéraires sera remis en place par l’équipe du Réseau Ours Brun ».

Concertation dans le Béarn

Pour éviter la disparition de l’espèce dans l’ouest des Pyrénées, le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, a annoncé fin mars le lâcher des deux femelles dans le Béarn. Il a chargé le préfet des Pyrénées-Atlantiques d’organiser une concertation pour mettre en place dans les meilleures conditions ces réintroductions.
En 2017, au moins six femelles auraient eu des oursons, soit six à dix oursons au total comptabilisés dans le massif pyrénéen. En 2016, 39 ours étaient recensés dans les Pyrénées.

Tags #faune #sauvage #biodiversité
par Choupi91
le Lun 16 Avr 2018 - 8:55
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Pyrénées: Les ours sont sortis de leur long sommeil
Réponses: 0
Vues: 53

Chamigny. Des carcasses de sangliers abandonnées en forêt

https://actu.fr/ile-de-france/chamigny_77078/chamigny-carcasses-sangliers-abandonnes-foret_16305634.html

Dix-huit sangliers, dont un marcassin, ont été abandonnés dans la forêt de Chamigny. Un enquêteur de la Fédération des chasseurs s'est rendu sur place.



Les sangliers ont été abandonnés dans la forêt par des chasseurs. (©La Marne)
Des promeneurs ont fait une macabre découverte dans la forêt de Chamigny. Des chasseurs ont abandonné une vingtaine de carcasses de sangliers après les avoir dépecé.
Un promeneur : 
J’ai compté au moins 18 dépouilles, et même un marcassin. Il reste sur place de multiples carcasses entières ou partielles.

La mairie de Chamigny reconnait été alertée. « C’est un terrain privé, le garde-chasse a été averti et on n’en sait pas plus ». 
Mardi 10 avril, la Fédération des chasseurs de Seine-et-Marne a dépêché un enquêteur sur place afin de déterminer d’où pouvaient provenir ces animaux. Il s’agit probablement des restes d’une chasse au grand faune fructueuse.
L’article L226-3 du Code rural stipule « qu’il est interdit de jeter en quelque lieu que ce soit les sous-produits animaux ». Mais la nouvelle réglementation européenne a adouci les choses. En petite quantité, le dépôt dans des endroits non fréquentés par le public est toléré, en prenant soin d’éviter tout type de nuisance.
Mais nuisances il y a bien, dans ce petit chemin du hameau du Rouget, des nuisances visuelles et olfactives. Les cavaliers du centre équestre tout proche et les promeneurs n’ont plus qu’à détourner le regard et se boucher le nez.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 13 Avr 2018 - 12:52
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Chamigny. Des carcasses de sangliers abandonnées en forêt
Réponses: 0
Vues: 70

Le premier ours polaire né sous les Tropiques pourrait être abattu

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/04/12/le-premier-ours-polaire-ne-sous-les-tropiques-pourrait-etre-abattu/


L’ours Inuka photographié le 26 décembre 2017
© AFP TOH TING WEI

Singapour (AFP) – Inuka, le premier ours polaire né sous les Tropiques, pourrait être abattu en raison d’une dégradation importante de son état de santé, a annoncé jeudi le Zoo de Singapour dont il est une des mascottes.
Le mammifère est âgé de 27 ans, soit deux de plus que l’espérance de vie moyenne des ours blancs en captivité.
Wildlife Reserves Singapore a indiqué qu’un examen médical le 3 avril avait montré une dégradation de l’état de santé d’Inuka, qui est soigné pour des problèmes d’arthrite.
Le niveau d’activité de l’ours a diminué ces derniers mois, a indiqué dans un communiqué l’opérateur du zoo, qui précise que l’animal préfère se reposer que d’interagir avec ses gardiens.
Inuka, qui avait fêté ses 27 ans en décembre autour d’un gâteau de gelée végétale au saumon, est né au zoo de Singapour.
L’ours fera l’objet d’un nouvel examen médical fin avril.
« S’il s’avère que son bien-être ne s’améliore pas avec ces traitements intensifs, l’équipe qui s’occupe de lui pourrait avoir à prendre la décision très difficile de ne pas lui permettre de se réveiller de son anesthésie », précise le communiqué.
Menacé par la fonte de la banquise, l’ours polaire est classé « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature
Il n’en resterait que 22.000 en liberté, selon l’organisation WWF.
© AFP

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées #zoos #cruauté #maltraitance #environnement
par Choupi91
le Ven 13 Avr 2018 - 9:12
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Le premier ours polaire né sous les Tropiques pourrait être abattu
Réponses: 0
Vues: 72

Extinction animale: «Les dix espèces les plus appréciées du public ne sont pas moins en danger»

https://www.20minutes.fr/planete/2254279-20180412-extinction-animale-dix-especes-plus-appreciees-public-moins-danger


Une girafe vivant à l'état sauvage prise en photo le 21 juin 2017 dans une réserve du Kenya. — TONY KARUMBA / AFP

  • Les dix espèces d’animaux sauvages qui plaisent le plus au public - tigres, lions, éléphants…- sont toutes menacées d’extinction à l’exception du loup, pointe ce jeudi soir une étude pilotée par Franck Courchamp, directeur de recherche au CNRS.
  • L’étude ébranle une idée reçue qui veut que ces espèces omniprésentes virtuellement dans notre quotidien (films, publicités, jouets…) ont un statut privilégié.
  • Cette popularité biaise même la perception du public que ces animaux charismatiques sont plus communs qu’ils ne sont dans la réalité et qu’ils n’ont pas besoin alors d’efforts particuliers de conservation.

Quel est le comble de la girafe ? D’être victime d’un coup monté, répondront les uns. De ne pas avoir pied à la piscine, diront les autres. Franck Courchamp, directeur de recherche au sein du laboratoire CNRS « Ecologie, systématique et évolution » de Paris-Saclay, a une tout autre réponse : très appréciée du public, la girafe apparaît régulièrement dans les films, les supports publicitaires, sous forme de jouets. Pourtant, dans la « vraie vie », la girafe a vu sa population décroître de 40 % en 30 ans selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).
Ce paradoxe vaut aussi pour le tigre, le lion, l’éléphant, le léopard, le panda, le guépard, l’ours polaire, le loup et le gorille, neuf autres espèces d’animaux sauvages comptant dans le top 10 des espèces les plus populaires dans les pays occidentaux, et pour autant menacés d’extinction. À l’exception du loup. D’une certaine façon, « cette popularité les dessert puisqu’elle laisse croire que ces animaux sont plus répandus qu’ils ne le sont réellement dans la nature », pointe une étude publiée ce jeudi soir dans la revue PLOS Biology par une équipe de chercheurs internationale pilotée par Franck Courchamp. Ce dernier répond aux questions de 20 Minutes.

Qu’est-ce qui vous a poussé à réaliser cette étude ?

Le point de départ remonte à 2011. Je voyais un peu partout dans la littérature scientifique cette idée que les espèces qui plaisent le plus au public, celles qu’on voyait le plus souvent en image dans notre quotidien, mobilisaient toutes les ressources et tous les efforts de conservations. Qu’elles étaient donc privilégiées par rapport à ces espèces méconnues. J’ai tout simplement voulu vérifier ce point dans la réalité.

Comment déjà avez-vous établi cette liste des dix espèces les plus charismatiques ?

Nous l’avons établie à partir de quatre sources différentes. Nous avons d’abord lancé un site Internet sur lequel nous demandions aux gens de nous citer leurs dix espèces d’animaux sauvages les plus charismatiques. Nous avons récolté un peu plus de 4.500 réponses. Cette première donnée a été complétée avec un questionnaire auprès d’écoliers de 10 ans dans trois pays. En France, en Angleterre et en Espagne. Nous avons ainsi obtenu 224 réponses supplémentaires. Nous voulions aussi prendre en compte les supports communicationnels utilisant des animaux sauvages en partant de l’hypothèse que ces supports mettaient en avant les espèces animales qu’elles jugeaient les plus populaires. Pour se faire, nous nous sommes focalisés sur deux sources : les animaux mis en avant sur les jaquettes de films d’animation Pixar, Disney et Dreamworks mais aussi ceux mis en avant sur les sites Internet des zoos des 100 plus grandes villes du monde.

Quelle liste obtient-on alors ?

Dans l’ordre le tigre, le lion, l’éléphant, la girafe, le léopard, le panda, le guépard, l’ours polaire, le loup et le gorille. Le loup, même s’il a perdu un tiers de son territoire original et si sa présence dans certaines régions fait débat, n’est pas en danger imminent d’extinction. Mais c’est l’exception. Les neuf autres espèces le sont au point qu’on estime pour certaines qu’elles pourraient ne plus exister à l’état sauvage dans les dix à vingt ans si rien est fait. Les gorilles des plaines orientales par exemple, l’une des quatre sous-espèces de gorilles, a vu sa population baisser de 77 % en 20 ans. Pour le lion, la baisse de population est de 54 % sur les 30 dernières années. Pour le tigre, c’est 55 % sur les vingt dernières années. Pour le léopard, c’est 30 % en moins en huit ans…

Faut-il en conclure alors que ces dix espèces charismatiques sont moins bien protégées que les autres ?

Non, la situation n’est guère meilleure voire parfois pire pour bon nombre d’espèces méconnues du grand public. Les sommes investies et les programmes engagés pour aider à la conservation de ces dix espèces charismatiques sont même importants si on les compare aux efforts consentis pour la préservation d’autres espèces animales en danger. Mais les moyens mobilisés à ce jour pour préserver la biodiversité sont loin d’être à la hauteur des enjeux. Y compris pour ces dix espèces charismatiques. C’est ce que montre notre étude : cette popularité ne préserve pas les dix espèces du déclin de leurs populations. Les fonds investis restent infiniment plus faibles que pour le biomédical ou l’exploration spatiale. Or, c’est un autre paradoxe, mais la science ignore encore beaucoup de choses concernant ces dix espèces les plus aimés du public. A commencer par le nombre précis de panthères, d’éléphants ou de gorilles vivant sur Terre.

Cette popularité les dessert même parfois ?

D’une certaine façon oui puisque leur omniprésence virtuelle- dans les publicités, les films, sur les paquets de céréales, les jouets pour enfant- biaise la perception du public. Un exemple : il s’est vendu en 2010 800.000 jouets pour bébé « Sophie la girafe » en 2010 en France. C’est plus de huit fois le nombre de girafes vivant actuellement en Afrique. Nous avons aussi demandé à 48 volontaires français de compter sur une semaine le nombre de fois qu’ils croisaient une de ces images virtuelles d’une de ces dix espèces charismatiques d’animaux sauvages. Que ce soit dans un livre, sur un logos, dessiné sur un objet, à la télévision… En moyenne, ils avaient vu 4,4 lions « virtuels » par jour. Rapporté à l’année, c’est deux à trois fois la population totale de lions sauvages vivants dans toute l’Afrique de l’Ouest. Cette abondance virtuelle laisse croire que ces animaux charismatiques sont plus communs qu’ils ne sont dans la réalité et qu’ils n’ont pas besoin alors d’efforts particuliers de conservation. Nous avons ainsi conduit une étude en 2015 sur le campus de l’Université de Californie à Los Angeles au cours de laquelle nous avons demandé à 96 étudiants si ces dix espèces d’animaux étaient menacées ou non ? 57,8 % des sondés ont répondu « non » pour le lion, 60,1 % pour la girafe, 55,9 % pour le guépard…

Lundi, des personnalités, emmené par la primatologue Sabrina krief, lançaient un appel pour que la France adopte un plan d’urgence pour sauver les grands singes. Dans les dix mesures préconisées figure celle d’interdire l’utilisation des grands singes dans les laboratoires de recherche, les spectacles, les cirques, les films, les publicités (…) et toute représentation dégradant leur image. Faut-il aller jusque-là ?

Cela peut être une bonne solution oui mais je signalerai tout de même que certaines médiatisations de ces animaux sont positives. Les documentaires par exemple. C’est un point essentiel pour tout programme de conservation : ils ont besoin du soutien du public et celui-ci ne se mobilisera pas s’il ne sait pas l’espèce en danger. Nous proposons aussi que les entreprises qui utilisent ces espèces menacées à des fins marketings – sans copyright d’ailleurs et donc gratuitement — contribuent aussi aux campagnes d’information de ces mêmes animaux et qu’elles reversent une partie de leurs bénéfices à leur protection. Certaines le font déjà. La marque automobile Jaguar a ainsi un partenariat avec Panthera, une ONG qui s’occupe de la conservation des grands félins. La marque de vêtement Lacoste s’engage aussi sur la protection des crocodiles [et collabore aussi depuis peu  avec l’UICN sur son programme « Save our Species » en soutien aux dix espèces les plus menacées au monde].

Tags #faune #sauvage #espèces #menacées #cirques #zoos #chasse #braconnage #déforestation #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 13 Avr 2018 - 8:54
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Extinction animale: «Les dix espèces les plus appréciées du public ne sont pas moins en danger»
Réponses: 0
Vues: 70

Au Brésil, un pont sera réservé aux pumas et aux tamarins lions dorés

Parfois, les animaux ont juste besoin d'espace. C'est encore plus vrai s'ils sont menacés ou en voie de disparition.
Au Brésil, dans la forêt atlantique, le projet d'un nouveau couloir de migration espère pouvoir donner aux animaux l'espace dont ils ont besoin.
« Par ce projet, nous souhaitons réparer les dégâts occasionnés par l'Homme dans une forêt où vivent le plus grand nombre d'espèces menacées », a déclaré Stuart Pimm. Explorateur National Geographic, président du groupe de conservation de la nature SavingSpecies ainsi que du groupe de conservation de l'Université de Duke, Stuart Pimm a un CV bien rempli en matière de protection de la nature.
À environ 150 km au nord-est de Rio de Janeiro, un pont terrestre verra bientôt le jour pour permettre aux espèces de sortir de la Reserva Biológica União, désormais isolée. Cette réserve est l'une des rares zones encore intactes de la forêt atlantique, qui longe la côte brésilienne. Alors qu'autrefois elle faisait deux fois la taille du Texas, la superficie de la forêt a aujourd'hui reculée de 85 %.
De nombreuses espèces menacées ou en voie de disparition vivent dans la réserve, qui constitue un habitat essentiel pour le tamarin lion doré, un petit singe qui a bien failli disparaître.


Lire la suite sur National geographic

Tags #singes #faune #sauvage #espèces #menacées #animaux #protection
par Choupi91
le Jeu 12 Avr 2018 - 10:41
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Au Brésil, un pont sera réservé aux pumas et aux tamarins lions dorés
Réponses: 0
Vues: 123

Produire une huile de palme plus responsable pour sauver l'orang-outan

La production d'huile de palme menace encore et toujours d'extinction l'orang-outan. Pour le primatologue Marc Ancrenaz, il faut renforcer les normes de certifications de l'huile de palme pour sauver cette espèce.



Les orangs-outans souffrent de la disparition de leur habitat naturel, la forêt, qui est détruite pour laisser la place à des palmeraies ou des mines.



"Il faut durcir les normes de certification de l'huile de palme durable, aujourd'hui trop faibles, pour mieux protéger l'orang-outan", plaide Marc Ancrenaz, spécialiste de ce grand singe d'Asie en danger critique d'extinction. Ce vétérinaire français est basé depuis 1998 à Sabah, l'un des deux États de Malaisie sur l'île de Bornéo, où il dirige l'ONG Hutan. Selon des chercheurs, le nombre d'orangs-outans a diminué de moitié depuis 1999 sur l'île de Bornéo. Il en resterait ainsi entre 70.000 et 100.000.


Lire la suite sur Sciences et avenir

Tags #singes #faune #sauvage #espèces #menacées #déforestation #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 12 Avr 2018 - 10:32
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Produire une huile de palme plus responsable pour sauver l'orang-outan
Réponses: 0
Vues: 122

Ces militants ont donné de la voix afin de demander l’interdiction des animaux dans les cirques

https://www.francetvinfo.fr/animaux/bien-etre-animal/video-ces-militants-ont-donne-de-la-voix-afin-de-demander-linterdiction-des-animaux-dans-les-cirques_2699126.html#xtor=CS2-765-[twitter]-



Plus de compagnons à poils, plumes ou écailles dans les cirques en France ? C’est le souhait des militants de la cause animale. Ils se sont réunis ce lundi devant les grilles du ministère de l’Ecologie afin d’interpeller Nicolas Hulot  sur le sort des animaux maintenus en captivité afin d’assurer le divertissement du public.

Une demande de disparition progressive

"Nous demandons que la fin de la captivité des animaux à des fins de divertissement soit la priorité du ministre de l’Ecologie", martèle Amandine Sanvisens, co-fondatrice de l’association Paris Animaux Zoopolis. Pour elle, comme pour les autres manifestants sur place cette mesure est primordiale.
Pourtant si les militants sont inflexibles sur le sujet, ils envisagent cette disparition de manière progressive. "Ce que nous demandons, c’est que la France amorce une transition vers des spectacles sans animaux. Déjà en interdisant la reproduction des animaux et ensuite en interdisant l’acquisition d’animaux dans les cirques», explique encore Amandine.

Une nécessité d’abréger la souffrance animale

En plus de cette transition progressive, les défenseurs des animaux réclamaient la mise en place de mesures supplémentaires qui permettraient d’alléger la souffrance des animaux de cirque. Ils demandent, par exemple, l’interdiction de l’utilisation des "ankus", des outils en métal "très, très violents" selon eux. Ils permettraient notamment d’obliger les éléphants à s’asseoir, une position jugée  "contre-nature" par les militants.
"Dans les cirques, les animaux refusent parfois d’exécuter leur numéro, ils griffent parfois leur dompteur", confie Amandine Sanvisens. D’après elle, ces "actes de résistance" seraient des marqueurs très forts qui prouvent que les animaux sont "malheureux et soufrent de dépression chronique".
Si la France venait à légiférer sur cette question, elle pourrait devenir la vingt-neuvième nation à interdire les animaux dans les cirques.

Tags #faune #sauvage #animaux #cirques #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 12 Avr 2018 - 9:30
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Ces militants ont donné de la voix afin de demander l’interdiction des animaux dans les cirques
Réponses: 0
Vues: 117

En RDC, les gardes du parc naturel des Virunga face aux groupes armés

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/04/11/en-rdc-les-gardes-du-parc-naturel-des-virunga-face-aux-groupes-armes_5284079_3212.html

Six gardes ont été tués dans une embuscade. L’insécurité continue de peser sur l’avenir de la plus ancienne aire protégée d’Afrique.

Des rangers du parc des Virunga, dans l’est de la République démocratique du Congo, en avril 2018. Crédits : Laurence Caramel

Dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), le parc des Virunga, où ont trouvé refuge les derniers gorilles de montagne, est en deuil. Lundi 9 avril, six de ses gardes ont été tués dans une embuscade tendue par les Maï-Maï qui occupent le centre de la plus ancienne aire protégée d’Afrique.

Lire aussi :   L’électricité au secours des derniers gorilles de montagne
Cette attaque – la plus meurtrière enregistrée depuis plusieurs années – fait suite à la multiplication des affrontements avec les groupes armés au cours des derniers mois. Le 1er avril, un autre garde avait été tué alors qu’il protégeait le chantier de la centrale hydroélectrique de Luviro, au nord-ouest du parc. « Les groupes armés veulent saboter nos actions en faveur de la population, mais nous ne nous découragerons pas », nous avait confié le directeur adjoint du parc, Innocent Mburanumwe, de retour des funérailles.

Classé au patrimoine mondial en péril

Pour sauver cet espace de 7 800 km², niché au cœur d’une des régions les plus densément peuplées et les plus pauvres d’Afrique, l’Alliance Virunga, créée il y a dix ans, mise sur le développement économique des zones limitrophes du parc. L’accès à l’électricité pour les 4 millions de personnes qui y vivent est son initiative majeure. Outre l’amélioration des conditions de vie, elle doit permettre de tarir l’une des principales sources de revenus des groupes armés : le commerce du charbon de bois. Le pillage des forêts du parc pour la carbonisation rapporterait 34 millions de dollars par an (27,5 millions d’euros), selon les estimations.
L’Alliance réunit l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), des ONG de conservation, des bailleurs de fonds au premier rang desquels l’Union européenne et la fondation américaine Howard Buffett, ainsi que l’Unesco. Le parc – qui, outre les gorilles de montagne, héberge d’importantes populations d’éléphants, d’hippopotames, d’okapis, de chimpanzés – est classé au patrimoine mondial en péril depuis 1994.
Lire aussi :   « Donner aux grands singes un “droit à vivre” »
Depuis plus de vingt ans, il est le sanctuaire de plusieurs groupes armés. Outre les Maï-Maï, qui se financent essentiellement en prélevant des taxes sur les pêcheurs vivant sur les rives du lac Edouard, il abrite des groupes issus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui tiennent le trafic du charbon de bois. Ces hommes se nourrissent de viande de brousse et tuent parfois des éléphants pour leur ivoire, qu’ils écoulent en contrebande via l’Ouganda ou le Rwanda voisins.
Le Centre de recherche sur l’environnement, la démocratie et les droits de l’homme (Creddho), basé à Goma, a ainsi documenté un système très organisé de jetons mis en place par les milices pour contrôler que les pêcheurs se sont acquittés de leur redevance. « Chaque pirogue doit payer 10 000 francs congolais [5 euros] par semaine ; en échange, elle reçoit un jeton. Si un pêcheur est surpris sur le lac sans ce jeton, son embarcation, son téléphone, sa nourriture et ses autres effets lui sont confisqués », détaille sa coordinatrice, Florence Sitwaminya. Quelque 2 000 pirogues alimenteraient ce circuit.

Industrie du kidnapping

Les enlèvements sont aussi devenus une industrie hautement lucrative et touchent aussi bien le personnel des ONG internationales que le plus modeste des paysans ou encore les prêtres. Un représentant du diocèse de Goma a été libéré le 6 avril après plusieurs jours de détention contre le versement d’une rançon dont le montant n’a pas été révélé. Les ravisseurs réclamaient 500 000 dollars. Quelques jours auparavant, trois civils avaient été exécutés près de Rutshuru faute d’avoir pu réunir la somme demandée. Des familles racontent avoir dû s’endetter au-delà du supportable pour sauver leurs proches. Sur la nationale 2, la route principale qui traverse le parc, la circulation se fait depuis fin 2016 uniquement sous escorte des rangers et de l’armée.
Par la force des choses, les gardes se sont transformés en soldats garants de la sécurité des civils comme des animaux. « Nous avons dû apprendre à travailler autrement pour défendre le parc et nos frères », explique Innocent Mburanumwe, le ton grave et déterminé. Des formateurs belges ont entraîné ses hommes, dont le nombre s’élève aujourd’hui à près de 800 et qui ont reçu de meilleurs équipements. « Nous allons reprendre le contrôle du parc. C’est une question de temps », veut-il croire.
Lire aussi :   En RDC, le trafic du charbon de bois, sève de la guerre
Son espoir se fonde sur des signes encore ténus : la vie qui, malgré tout, s’améliore là où l’électricité et l’eau ont pu être installées, les touristes plus nombreux qu’il y a un an dans l’enclave des volcans Mikeno et Nyiragongo – tenue sous haute surveillance – et, plus que tout, le nombre de gorilles des montagnes qui continue d’augmenter, même si l’espèce reste classée en danger d’extinction.
A l’approche de la cinquantaine, ce fils de ranger, qui arpente les versants escarpés des Virunga depuis deux décennies, a connu tellement de moments sombres. « Nous n’accepterons jamais que des animaux meurent tant que nous serons en vie », assure-t-il. Dans ces rudes terres du Kivu, où l’engagement et l’abnégation de ces défenseurs de la nature forcent le respect, nul ne songerait à en douter. Cent soixante-quinze ont déjà donné leur vie.

Tags #singes #faune #sauvage #braconnage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 12 Avr 2018 - 9:00
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En RDC, les gardes du parc naturel des Virunga face aux groupes armés
Réponses: 0
Vues: 50

Iceland to be first UK supermarket to cut palm oil from own-brand products

https://www.theguardian.com/environment/2018/apr/10/iceland-to-be-first-uk-supermarket-to-cut-palm-oil-from-own-brand-products

Frozen food specialist will reformulate own-label range to be free of controversial ingredient which drives deforestation by the end of 2018




Palm oil is found in more than half of all supermarket products. Photograph: Matthew Horwood/Alamy
Iceland is to become the first major UK supermarket to pledge to remove palm oil from all its own-brand foods, in a bid to halt the ongoing destruction of tropical rainforests in south-east Asia.
The frozen food specialist will reveal on Tuesday that the controversial ingredient has already been taken out half of its own-label range, with the rest being reformulated by the end of 2018.



Palm oil – a cheap and mass-produced ingredient renowned for its versatility – is currently found in more than half of all supermarket products, from bread, pastry, biscuits, cereal and chocolate to soap and detergent.

But the complex supply chain means only a small percentage of the palm oil used to make these products comes from an officially approved sustainable source.
Palm oil is also used in cosmetics and biodiesel, and with demand projected to double by 2050 its popularity is set to wreak further havoc on the environment.
In Indonesia and Malaysia, where expanding palm oil and wood pulp plantations are the biggest driver of deforestation, the orangutan is among the wildlife species threatened with extinction. Recent studies show that Bornean orangutan numbers more than halved between 1999 and 2015, with only 70,000–100,000 now remaining.
In Indonesia alone, 146 football pitches of rainforests are lost every hour. Deforestation also results in increased global carbon emissions. In 2014, Indonesia had the fourth largest greenhouse gas emissions, mostly as a result of deforestation.
“Until Iceland can guarantee palm oil is not causing rainforest destruction, we are simply saying ‘no to palm oil’,” said Richard Walker, Iceland managing director, who visited Borneo last November to see the impact of deforestation. “We don’t believe there is such a thing as verifiably ‘sustainable’ palm oil available in the mass market.”
Iceland’s pledge is that by the end of 2018, 100% of the supermarket’s own brand food lines will contain no palm oil, reducing demand by more than 500 tonnes per year. Iceland said that before this, palm oil was present in 130 products, or 10% of its own brand food.
It has worked with its suppliers to replace palm oil with substitutes such as rapeseed and vegetable oils.



The environmental campaign group Greenpeace has been pressuring manufacturers to “take control” of their supply chains. Its UK executive director, John Sauven, said: “Iceland has concluded that removing palm oil is the only way it can offer its customers a guarantee that its products do not contain palm oil from forest destruction. This decision is a direct response to the palm oil industry’s failure to clean up its act.”

“As global temperatures rise from burning forestsand populations of endangered species continue to dwindle, companies using agricultural commodities like palm oil will come under increasing pressure to clean up their supply chains. Many of the biggest consumer companies in the world have promised to end their role in deforestation by 2020. Time is running out not just for these household brands but for the wildlife, the climate and everyone who depends on healthy forests for their survival.”

Tags #singes #faune #sauvage #déforestation #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 11 Avr 2018 - 9:45
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Iceland to be first UK supermarket to cut palm oil from own-brand products
Réponses: 0
Vues: 99

Haute-Vienne: un châtelain cherchant à chasser les chasseurs


Le nouveau châtelain de Dompierre-les-Églises Stéphane Frébourg, le 30 mars 2018, le bras en écharpe, souvenir d'une chute survenue pendant la journée du Patrimoine en septembre 2017 en protégeant les visiteurs d'une meute de chiens traversant son parc Photo PASCAL LACHENAUD. AFP


Le nouveau châtelain de Dompierre-les-Églises est opposé à la chasse sur ses terres vouées au tourisme mais les chasseurs du cru font valoir leurs droits ancestraux: lettres anonymes, menace de mort, plaintes pour «xénophobie», «diffamation»... le conflit s’emballe dans ce village de Haute-Vienne.

«Je n’en peux plus ! Mais jusqu’où ça va aller cette histoire ?», tempête Stéphane Frébourg. Cet entrepreneur de 54 ans est arrivé de Normandie en 2016 pour réaliser son rêve: acheter avec son épouse un château à rénover avec l’idée d’y implanter une activité touristique. Mais l’aventure a vite tourné au cauchemar.

Il reçoit dans sa demeure du XVIIe siècle avec le bras en écharpe, souvenir d’une chute survenue pendant la journée du Patrimoine en septembre dernier lorsqu’il cherchait à protéger les visiteurs d’une meute de chiens traversant son parc, dit-il.




Lire la suite sur Libération



Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance


       
par Choupi91
le Mer 11 Avr 2018 - 9:40
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Haute-Vienne: un châtelain cherchant à chasser les chasseurs
Réponses: 0
Vues: 60

Counting down: Scientists warn of ‘alarming’ loss of Borneo orangutans

Indonesia - Once, there were hundreds of thousands of orangutans roaming the island of Borneo. Over the decades – as chainsaws and tractors have cleared millions of hectares of pristine rainforest – the number of these great apes has declined.
new study shows just how alarming that decline is. In 16 years alone, researchers found that half the population of this critically endangered species has disappeared, leaving an estimated 70,000 on the island.
“We estimate that 148,500 orangutans disappeared from Borneo between 1999 to 2015,” says Maria Voigt, a scientist at the German Centre for Integrative Biodiversity Research and lead author of the study.
“One of the reasons orangutans are so vulnerable is because of the fact that they reproduce very slowly, giving birth only once every six to eight years and usually to just one baby. The loss of a relatively low number of orangutans can have a major impact on the species’ survival.”
Voigt is among 41 researchers who contributed to the study, which used field survey data collected on the ground and by helicopter to identify orangutan nests. A complex modeling approach combining knowledge about orangutan habitats and threats was then used to estimate the number of apes left.
The study also looked at the size of the orangutan populations.
“Orangutans have a better chance of survival if they live in populations larger than 100,” says Voigt. “Out of the 64 populations that experts identified in Borneo, only 38 were large enough to have a good chance of survival.”



Read more

Tags #singes #faune #sauvage #espèces #menacées #déforestation
par Choupi91
le Mer 11 Avr 2018 - 9:34
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Counting down: Scientists warn of ‘alarming’ loss of Borneo orangutans
Réponses: 0
Vues: 64

Lille: Des chauves-souris très rares découvertes dans les sous-sols lillois, puis sauvées d'une mort certaine

https://fr.yahoo.com/news/lille-chauves-souris-tr%C3%A8s-rares-085336119.html



INSOLITE - A Lille, une opération de sauvetage a été nécessaire pour permettre à des chauves-souris de sortir de leur lieu d’hibernation…
Ils l’ont échappé belle. Des murins à oreilles échancrées, une espèce de chauve-souris très rare, avaient été découverts en février par une équipe de la Coordination mammalogique du Nord de la France (CMNF) à Lille-sud, à l’intérieur d’une ancienne carrière de craie souterraine, baptisée catiche dans le Nord.
Il y a quinze jours, ces 17 chauves-souris ont été sauvées d’une mort certaine lors d’une opération de déblayage, raconte La Voix du Nord. En effet, depuis qu’elles étaient entrées dans cette catiche pour hiberner, l’accès avait été rebouché par un agriculteur.
Des murins emmurés
Ces murins doivent donc une fière chandelle au service des carrières souterraines de la ville de Lille et aux agents de la Métropole de Lille (MEL). En février, ces derniers, accompagnés par des membres de la CNMF, étaient tombés par hasard sur une petite colonie de ces chauves-souris, lors d’une expertise du réseau souterrain.
Les spécialistes de la faune identifient cette ancienne carrière comme un site d’hibernation pour des individus installés autour de Templeuve. Le souci, c’est que l’accès à cette carrière souterraine a été comblé. Un agriculteur avait dû, en effet, remblayer un trou dans son champ, en janvier. Trou par lequel passaient les chauves-souris.
Un passage ouvert « à coups de pelle »
« Il fallait intervenir rapidement pour rouvrir le site et permettre la sortie des chauves-souris à la fin d’hibernation, courant avril. Sans sortie, elles étaient condamnées à mourir à l’intérieur », racontent les membres de l’expédition sur le site Faceboook du CMNF.
L'opération de déblayage de la catiche pour libérer le passage aux chauves-souris. - CMNF
Avec l’accord de l’agriculteur, un passage a donc été rouvert « à coups de pelle », fin mar (...) Lire la suite sur 20minutes

  Tags #faune #sauvage #animaux #protection
par Choupi91
le Mar 10 Avr 2018 - 14:18
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Lille: Des chauves-souris très rares découvertes dans les sous-sols lillois, puis sauvées d'une mort certaine
Réponses: 0
Vues: 55

Chasse : un permis à 200 euros dès le mois de juin

https://www.ledauphine.com//france-monde/2018/04/10/chasse-un-permis-a-200-euros-des-le-mois-de-juin

La réforme du permis de chasse, moins cher, arrive plus vite que prévu...


En février, le président de la République Emmanuel Macron avait donné son feu vert pour ouvrir le chantier de la réforme du permis de chasse, national -pour offrir plus de flexibilité aux chasseurs- et moins cher -un prix réduit de 400 à 200 euros-.
Le calendrier ? Dans le meilleur des cas, on parlait de la saison 2019/2020.

"La chasse à papa, c'est fini"

Mais selon RTL, ce cadeau financier aux chasseurs sera offert dès le mois de juin.
La Fédération nationale de chasse, qui compte 70 000 associations locales et 1,2 million de pratiquants régulier, est ravie  : "Les habitudes de chasse ont changé. Demain, on chassera à la carte, en choisissant le gibier et la zone de chasse, en gommant les frontières départementales. La chasse à papa, limitée autour du clocher du village, c’est fini !" assure son président, Willy Schraen.
Le chef de l'Etat se montre une fois de plus proche de ces figures de la ruralité : lors de son anniversaire en décembre 2017, Emmanuel Macron avait pris le temps de saluer les participants à une battue dans la forêt de Chambord. Et lors de la campagne présidentielle, il avait défendu toutes les pratiques, même la chasse à courre, au nom des "traditions" françaises.

Tags #faune #sauvage #animaux #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 10 Avr 2018 - 13:35
 
Rechercher dans: En défaveur des animaux - Not for animals
Sujet: Chasse : un permis à 200 euros dès le mois de juin
Réponses: 1
Vues: 74

La Tanzanie veut protéger ses éléphants

https://www.zoorigin.com/article/la-tanzanie-veut-proteger-ses-elephants





La réserve de Selous va munir ses éléphants de colliers GPS pour étudier leurs déplacements

Le gouvernement Tanzanien vient de prendre une décision audacieuse : celle de munir 60 éléphants de colliers-GPS dans la réserve de Selous. Ce projet, appuyé par le WWF, a pour objectif d'étudier les déplacements de ces pachydermes en temps réel en les équipant d'un dispositif par reconnaissance satellite. Ce qui pourrait grandement aider à la réduction des conflits avec l'homme et à la protection contre les braconniers, contre qui les éléphants doivent faire face quotidiennement.  
La réserve de Selous est l'une des plus anciennes réserves pour éléphants d'Afrique. Classée au patrimoine mondial de L'UNESCO, cette dernière a perdu en 40 ans 90% de ses éléphants qui sillonnaient à une époque ses savanes, forêts et zones humides. Selous était dans les années 70 l'un des principaux refuges.  
 Asukile Kajuni, du WWF Tanzanie, informe notamment : « Dans un paysage aussi vaste que Selous, où le braconnage se poursuit, des informations précises sur la localisation des éléphants sont essentielles pour anticiper les risques qu’ils peuvent rencontrer ». 
Les données recueillies par ces colliers permettront également de trouver les meilleures solutions pour résoudre les conflits hommes-éléphants. Mais aussi d'être alertés de possibles entrées aux alentours des villages, là où les éléphants saccagent les terres agricoles, et de les faire sortir des zones non-protégées, ce qui permettra de limiter le plus possible les conflits. 
Il faut savoir que, chaque année, 20 000 éléphants sont tués pour leurs défenses et pour alimenter le trafic d'ivoire en Afrique. 
Margaret Kinnaird, experte vie sauvage au WWF International, déclare que "ceci est inacceptable et doit cesser maintenant". 
Il y a une quarantaine d'années, il subsistait 110 000 éléphants contre 15 000 aujourd'hui d'où l'urgence cruciale d'augmenter la capacité de protection des gardes forestiers. 

par Choupi91
le Mar 10 Avr 2018 - 9:17
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: La Tanzanie veut protéger ses éléphants
Réponses: 0
Vues: 76

Des renards terrassés par une maladie agressive

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Renards-terrasses-par-une-maladie-agressive-29201903

La maladie de Carré se répand de plus en plus en Suisse orientale. Après Saint-Gall et le Liechtenstein, c'est désormais aux Grisons que des goupils infectés ont été découverts.





Des renards malades ont été recensés près de Coire, Davos et Mesolcina, rapporte lundi l'office grison de chasse et de pêche. Dans sept cas, les goupils souffraient de la maladie de Carré. Il s'agit d'une affection virale contagieuse, qui touche habituellement les canidés ou les mustélidés tels que des visons ou des furets.
Moins craintifs
Soit les bêtes infectées retrouvées étaient déjà mortes soit elles ont dû être achevées. Selon les autorités cantonales, les animaux malades se font remarquer parce que leur comportement change. Ils deviennent ainsi moins craintifs et s'aventurent près des habitations même pendant la journée. Les personnes croisant le chemin d'un renard suspect sont priées de contacter le garde-chasse.
Faire vacciner son toutou
Dans la plupart des cas, la maladie est mortelle pour les chiens. Elle se propage par contact direct ou indirect, comme par exemple par le biais de la nourriture. Pour l'instant, aucun chien de compagnie ne semble avoir été infecté, mais les autorités soulignent qu'il est tout-à-fait probable qu'une telle situation se produise. Elles conseillent aux proprios de faire vacciner leur animal.

Tags #faune #sauvage #chiens
par Choupi91
le Mar 10 Avr 2018 - 9:11
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Des renards terrassés par une maladie agressive
Réponses: 0
Vues: 61

En Bolivie, les jaguars sont menacés par les braconniers chinois, très friands de leurs canines pour la fabrication d'aphrodisiaques

https://www.demotivateur.fr/article/en-bolivie-les-jaguars-sont-menaces-par-le-marche-chinois-tres-friand-d-aphrodisiaques-elabores-a-partir-des-canines-de-cette-espece-13132

Les individus appartenant à cette espèce sont en effet traqués pour leurs crocs, qui auraient des propriétés aphrodisiaques, et qui inondent le marché illégal chinois.


Estimée vulnérable, l’espèce panthera onca, protégée par l’Union internationale pour la conservation de la nature, connaîtra un péril certain sans régulation de sa chasse. Alors qu’un crâne de jaguar peut se vendre 8000 euros d’après Sciences et Avenir, une seule canine de jaguar peut atteindre les 5000 euros sur le marché chinois, pour servir comme bijou ou comme aphrodisiaque. 400 dents de jaguars destinées à être exportées en Chine ont été récemment interceptées par les forces de l’ordre boliviennes. Ce nombre serait pourtant bien mince en comparaison de toutes celles qui ont déjà été mises en vente.

Le site Tribune de Genève rapporte que quinze procédures légales ont été lancées contre des trafiquants de canines de jaguars en Bolivie, onze d’entre eux étant de nationalité chinoise. Rodrigo Herrera, conseiller du directoire bolivien de la biodiversité du Ministère de l’Environnement, confie au Malay Mail que les premiers signalements correspondant à la traque de jaguars pour leurs dents remontent à 2014, et que celle-ci a pris de plus larges proportions avec l’accroissement de la présence de Chinois sur le territoire bolivien  : 2624 Chinois vivaient en Bolivie en 2011, contre 12 861 en 2016. Cet afflux s’explique par la venue dans le pays de travailleurs chinois opérant sur des chantiers publics commandés par le gouvernement, et attribués à des groupes chinois.

La peau et le sexe des jaguars mâles seraient également vendus par les trafiquants, en plus des dents. Le phénomène est d’une ampleur telle que l’ambassade chinoise en Bolivie a appelé dans un communiqué les « citoyens chinois qui vivent en Bolivie à respecter et observer strictement les lois et règlements, tant chinois que boliviens, contre le trafic illégal d'animaux sauvages ».


Tags #faune #sauvage #espèces #menacées #braconnage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 10 Avr 2018 - 9:00
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: En Bolivie, les jaguars sont menacés par les braconniers chinois, très friands de leurs canines pour la fabrication d'aphrodisiaques
Réponses: 0
Vues: 61

Le prince Charles va déguster du kangourou dans MasterChef Australie

https://news.sfr.fr/people/le-prince-charles-va-deguster-du-kangourou-dans-masterchef-australie-1415377.1.html

MasterChef Australie s'offre pour sa dixième saison un invité de marque.
L'émission de télé-réalité culinaire MasterChef Australie va accueillir un invité de marque. Le prince Charles, actuellement en visite officielle dans le pays, devrait, selon le DailyMail et des médias locaux, jouer les goûteurs pour l'émission.
Ou plus exactement, il figurera dans l'une des épreuves. Il s'agira en effet pour les candidats de cuisiner pour la réception qui doit être donnée en l'honneur du prince. Cent cinquante convives assisteront à cette royale réception.

Kangourou et crocodile

Parmi les ingrédients imposés aux candidats il y aura du kangourou, du buffle et du crocodile, mais aussi du citron-caviar, des lychees, ainsi que des plantes locales. Autant de produits locaux pour un prince "amateur de tout ce qui est maison", selon le chef Gary Mehigan, juré de l'émission.
"Le défi pour nos candidats, est d'utiliser des produits locaux et des saveurs indigènes", a encore indiqué Gary Mehigan, pour qui "c'est un énorme privilège et une opportunité unique de cuisiner pour le prince".

Tags #faune #sauvage #reptiles #animaux #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 10 Avr 2018 - 8:48
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Le prince Charles va déguster du kangourou dans MasterChef Australie
Réponses: 1
Vues: 74

Revenir en haut

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Sauter vers: