La date/heure actuelle est Dim 24 Juin 2018 - 22:43

385 résultats trouvés pour maltraitance

Espèces protégées menacées : le serpentaire messager disparaît pour cause de chasse illicite

https://www.alwihdainfo.com/Especes-protegees-menacees-le-serpentaire-messager-disparait-pour-cause-de-chasse-illicite_a64585.html

Le serpentaire messager, oiseau élégant, se fait rare au Togo. Ceci, à cause de la chasse illicite qui menace les 133 espèces d’oiseaux au Togo. Cet oiseau de grande taille qui vit dans les forêts des préfectures de Kloto et de Blitta, est chassé pour sa chair et aussi pour des rituels. C'est une espèce unique en son genre, du fait de son corps de rapace et de ses longues pattes d'échassier. On ne peut le confondre avec d'autres oiseaux de proie. En effet, aucun autre membre des rapaces ne lui ressemble. Son comportement, essentiellement terrestre, est également unique pour un rapace africain.




De par sa silhouette, sa couleur grise et son comportement, il peut être confondu avec certaines grues.  La tête, au sommet d'un cou assez allongé, est relativement petite. Le bec gris clair est fort et crochu. Un masque facial rouge orangé, dépourvu de plume, entoure les yeux. À l'arrière de la tête, il a une crête constituée de grandes plumes noires légèrement spatulées. 

Cet oiseau partiellement migrateur se nourrit de sauterelles, scarabées, araignées, scorpions, guêpes, de petits mammifères, tels que les souris, rats, hérissons, lièvres et mangoustes.  

«Il est chassé et harcelé partout au Togo. La reproduction du serpentaire est en effet limitée puisque la femelle pond deux à trois œufs dans l’année, entre les mois de mars et août, et la couvaison (qui est partagée entre le mâle et la femelle), dure de 42 à 46 jours», a expliqué Helena, membre de l’Association des volontaires pour l’environnement sain (AVES), une ONG locale à Kpalimé.

Un jeune chasseur, qui a bien voulu s’exprimer, a déclaré qu’il avait tué un serpentaire il ya trois ans dans les montagnes togolaises. «Je chassais dans les montagnes quand j’ai l’ai aperçu. J’ai tout fait pour l’abattre et j’y suis parvenu. Le même jour, j’ai traversé la frontière pour le vendre à Kpédze au Ghana. C’est un influent marabout qui l’a payé parce qu’il devait l’utiliser rituellement pour guérir un malade. Il m’a payé en cedis (monnaie ghanéenne), l’équivalent de 120.000 francs CFA. Je ne savais pas alors que c’était un oiseau protégé », confie-t-il.

Pourtant, cet oiseau joue un rôle fondamental dans l’équilibre de l’écosystème comme le mentionne la liste rouge des écosystèmes de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) publié en 2015.  « Dans les écosystèmes forestiers, les rapaces comme le serpentaire, font partie de la chaine alimentaire et maintiennent un équilibre au sein de nombreux animaux de la forêt. Le déclin d’un écosystème précède généralement la disparition de ses espèces clés ou dépendantes.», lit-on dans ce rapport.

« L’homme doit continuellement évaluer sa relation actuelle avec la nature. Maints changements se sont produits dans notre environnement et le comportement humain tel que la chasse des oiseaux doit également changer pour que la nature continue de soutenir la vie humaine », a souligné Eugène Koudzo, responsable d’une ONG locale de protection de l’environnement à Kpalimé.

«Les oiseaux sont des indicateurs assez fiables de l'état de santé des milieux naturels. Leur disparition indique que certains espaces ne fonctionnent plus correctement et vont, à terme, dépérir. Les oiseaux nous alertent aussi sur les risques de pollution futurs, de l'eau, des sols», a déclaré ce même responsable, tout en ajoutant qu’au-delà de ce rôle d'indicateur, les oiseaux ont une « valeur de patrimoine que l'on doit protéger ».

Au Togo, selon toujours M. Koudzo, on ne connait pas le nombre exact de serpentaires, car ils sont souvent chassés et même ignorés par bon nombre de la population, comme espèce entièrement protégée par la CITES. Notons heureusement que l’ordonnance de janvier 1968 réglementant la protection de la faune et l’exercice de la chasse au Togo, accorde au serpentaire, une entière protection contre la chasse et la capture. Si le serpentaire venait à disparaître, la nature africaine perdra à nouveau l’un des maillons essentiels à la survie de son écosystème.

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #espèces #menacées #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 22 Juin 2018 - 9:10
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Espèces protégées menacées : le serpentaire messager disparaît pour cause de chasse illicite
Réponses: 0
Vues: 39

Belgique: Polémique après l’abattage d’une lionne échappée d’un zoo

https://www.20minutes.fr/monde/2294359-20180622-belgique-polemique-apres-abattage-lionne-echappee-zoo

La lionne s'était échappée suite à une erreur humaine. — ALLILI MOURAD/SIPA
Une jeune lionne échappée de son enclos a été tuée d’un coup de feu jeudi dans un zoo de Belgique, suscitant de vives critiques qui ont mis en cause les méthodes de la police. Ben Weyts, ministre chargé du bien-être animal à la Région flamande, a qualifié cette mort de « terrible et inexplicable », selon des propos cités par l’agence de presse Belga. Il a regretté que la décision d’abattre l’animal ait été prise « uniquement » par la police, intervenue pour mettre en sécurité le site, et exigé une enquête sur les raisons de cette décision.
Les faits se sont produits jeudi matin au zoo de Planckendael (un des trois principaux du pays) dans la commune flamande de Malines, entre Bruxelles et Anvers (nord). Lors d’une conférence de presse donnée sur les lieux dans l’après-midi, la direction du zoo a endossé la responsabilité de la décision. Le tir mortel était justifié, selon elle, lorsque l’animal s’est approché « à moins de dix mètres » d’un wagon du train touristique du zoo où s’étaient réfugiés plusieurs visiteurs, a rapporté Belga.

Une erreur humaine à l’origine de la fuite de la lionne

« Comme la sécurité était compromise, nous avons décidé, en consultation avec la police, de tuer l’animal », a déclaré un dirigeant cité par le quotidien « Gazet » van Antwerpen. « Ce fut la décision la plus difficile à prendre dans ma carrière », a-t-il ajouté.
Selon la presse, c’est vers 9 h 15 que le félin était parvenu à s’échapper de son enclos à cause d'« une erreur humaine », à un horaire où le lieu était encore peu fréquenté. Les visiteurs avaient pu rapidement être mis à l’abri avec le personnel dans des bâtiments, selon les premières informations, tandis que des enfants en sortie de classe étaient empêchés de descendre de leur bus à leur arrivée.

Une association demande une enquête indépendante

La chasse sur le site a duré près de trois heures. Mais « après deux tentatives infructueuses d’anesthésie, nous avons dû abattre la lionne », a expliqué le zoo.
L’association belge Gaia (Groupe d’action dans l’intérêt des animaux) a protesté à son tour, s’interrogeant dans un communiqué sur la « mentalité de cow-boy » de certains policiers. « Puisque toutes les précautions de sécurité avaient été prises, fallait-il recourir à un moyen aussi drastique contre l’animal », s’est demandé Michel Vandenbosch, président de Gaia, joint par l’AFP. Il a souhaité « une enquête indépendante et approfondie sur le rôle de la police ».

Tags #faune #sauvage #animaux #zoos #cruauté #maltraitance

par Choupi91
le Ven 22 Juin 2018 - 9:07
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Belgique: Polémique après l’abattage d’une lionne échappée d’un zoo
Réponses: 0
Vues: 40

Pythons, lion empaillé, crânes de babouins... Interpol démantèle un trafic de 30.000 animaux sauvages

https://www.20minutes.fr/monde/2293591-20180620-pythons-lion-empaille-cranes-babouins-interpol-demantele-trafic-30000-animaux-sauvages

C’est une saisie record. Des perroquets, un crocodile, un lion empaillé ou encore des crânes de babouins… 27.000 reptiles, 4.000 oiseaux, 48 primates vivants et 14 félins ont été retrouvés lors d’un impressionnant coup de filet mondial contre le trafic d'animaux sauvages, a annoncé Interpol ce mercredi. L’opération, menée au mois de mai dans 92 pays, a conduit à l’identification de quelque 1.400 suspects.
Les photos mises en ligne par Interpol montrent notamment des inséparables (petits perroquets) entassés dans un carton, un crocodile saisi près d’une mare en Equateur ou un lion empaillé. Outre les animaux, 43 tonnes de viande sauvage dont de l’ours, du zèbre ou de l’éléphant ont été interceptées, ainsi que 1,3 tonne d’ivoire et les carcasses de sept ours dont deux polaires.

La saisie se chiffre en millions de dollars

L’organisation internationale de coopération policière rapporte que les autorités maritimes vietnamiennes ont aussi trouvé environ quatre tonnes d’écailles de pangolin à bord d’un bateau provenant de la République démocratique du Congo. Au Canada, 18 tonnes de viande d’anguille ont été saisies sur un navire en provenance d’Asie.
Des tortues mouchetées vivantes ont également été découvertes dans les bagages de deux passagers à Los Angeles qui s’apprêtaient à embarquer dans un vol pour l’Asie. Une saisie globale qui se chiffre en millions de dollars, indique Interpol sans plus de détails.
La douane française, qui a participé à cette opération, a annoncé avoir saisi notamment des pythons, un boa, tous vivants, ou encore des parties d’animaux comme une tête de crocodile, des crânes de babouins ou des carapaces de tortues.

Tags #faune #sauvage #reptiles #singes #oiseaux #rapaces #trafic #cruauté #maltraitance #univers #marin #aquatique
par Choupi91
le Jeu 21 Juin 2018 - 14:22
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Pythons, lion empaillé, crânes de babouins... Interpol démantèle un trafic de 30.000 animaux sauvages
Réponses: 0
Vues: 48

Viande de chien: Un premier pas vers l’interdiction en Corée du Sud

https://www.20minutes.fr/monde/2293887-20180621-viande-chien-premier-vers-interdiction-coree-sud




Les associations contre la consommation de chien viennent de gagner une bataille en Corée du Sud. — YONHAP / AFP
Un tribunal sud-coréen a jugé illégal d’abattre les chiens pour leur viande, une décision susceptible aux yeux des défenseurs des animaux de constituer un premier pas pour rendre la consommation des canidés hors la loi. La viande de chien fait depuis longtemps partie de la tradition culinaire de la Corée du Sud, où environ un million de chiens sont mangés chaque année, selon les estimations.
Néanmoins, cet usage décline. De plus en plus de Sud-Coréens considèrent que le chien est l’ami de l’homme plutôt qu’un animal de ferme destiné à finir dans l’assiette. La pratique devient taboue chez les jeunes générations et les défenseurs des droits des animaux se font davantage entendre. Le sujet est dans une zone grise juridique, en l’absence d’interdiction spécifique.

2.300 euros d’amende

L’année dernière, l’association de défense des animaux Care avait porté plainte contre un éleveur de Bucheon accusé de « tuer des animaux sans raison valable » et de violer la réglementation sur l’hygiène et les normes de construction. Le parquet l’avait inculpé et le tribunal de la ville de Bucheon l’a reconnu coupable, le condamnant à trois millions de wons d’amende (2.300 euros). L’intéressé a renoncé à faire appel.
Kim Kyung-eun, l’avocate de Care, a salué le jugement qui date d’avril mais a été rendu public seulement cette semaine. « Il est très important en ce qu’il s’agit de la première décision de justice qui stipule que tuer des chiens pour leur viande est illégal en soi ». Le jugement « ouvre la voie à ce que la consommation de viande canine soit rendue complètement illégale », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Une proposition de loi

Un député du Parti démocrate au pouvoir a soumis cette semaine une proposition de loi à l’Assemblée nationale qui interdirait de facto la consommation de cette viande. Le texte vise à limiter l’abattage d’animaux à des espèces classées dans la catégorie cheptel, ce qui exclut les chiens.
Certains Sud-Coréens dénoncent cependant un « deux poids, deux mesures » culturel. La viande canine est un mets délicat qui se déguste l’été. La viande rouge et grasse, toujours bouillie pour la tendreté, est réputée énergétique. Selon une étude réalisée en 2017, 70 % des Sud-Coréens ne mangent pas de chien mais ils ne sont que 40 % à exiger l’interdiction d’en consommer.

Taïwan a interdit la viande de chien l’an dernier

Un débat qui se retrouve dans d’autres sociétés asiatiques consommatrices de chiens. Taïwan a interdit l’année dernière la consommation de viande canine, avec des réactions mitigées. D’aucuns ont jugé injuste de vouloir épargner certaines espèces en vertu « d’une loi mignonne de défense des animaux ».
Le jugement de Bucheon a courroucé les éleveurs, lesquels organisent l’abattage dans leurs exploitations car les abattoirs spécialisés ne sont pas autorisés. « C’est un scandale. Nous ne pouvons accepter un jugement qui dit que tuer des chiens pour leur viande revient à tuer des animaux sur un coup de tête », a déclaré à la télévision YTN Cho Hwan-ro, représentant d’une association d’éleveurs.

Tag toutou #chiens #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Jeu 21 Juin 2018 - 14:19
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Viande de chien: Un premier pas vers l’interdiction en Corée du Sud
Réponses: 0
Vues: 74

Désargenté, un retraité égorge son chien

http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Desargente--un-retraite-egorge-son-chien-18235976

Un habitant d'Onex, retraité et émargeant à l'aide sociale, a égorgé son chien à son domicile le 30 mai dernier. Son geste a ému le quartier, relate «GHI». Le sexagénaire semblait attaché à son animal de compagnie, et celui-ci ne semblait pas agressif. Le Ministère public a confirmé l'épisode, précisant que le propriétaire du husky se trouvait avec un autre individu au moment des faits. Ils se sont eux-mêmes annoncés à la police le lendemain matin. Le retraité «a expliqué avoir volontairement mis à mort l'animal car il n'avait pas l'argent nécessaire pour le soigner», a indiqué à l'hebdomadaire gratuit Henri Della Casa, porte-parole du pouvoir judiciaire. Il a été prévenu d'infraction à la loi fédérale sur la protection des animaux.

Tag toutou #chiens #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 21 Juin 2018 - 9:21
 
Rechercher dans: Histoires de chiens - Stories of dogs
Sujet: Désargenté, un retraité égorge son chien
Réponses: 0
Vues: 40

Danger mercure ! La viande de dauphin pilote indésirable dans les assiettes

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/06/20/danger-mercure-la-viande-de-dauphin-pilote-indesirable-dans-les-assiettes/

Tórshavn (Danemark) (AFP) – Si la chasse aux dauphins pilotes aux îles Féroé est controversée, consommer leur viande pose aussi problème en raison de sa teneur en mercure, avertissent les autorités de la santé publique, qui préconisent de la bannir des assiettes.
Suivant une tradition ancestrale, les Féringiens rabattent chaque été des dauphins pilotes passant le long des côtes vers des criques, où ils les tuent à l’arme blanche, donnant à l’eau une spectaculaire couleur rouge, avant de distribuer la viande à la population locale.
Directeur du département de médecine et de santé publique sur l’archipel, Pál Weihe recommande cependant de ne pas y toucher.
« En manger est si problématique pour la santé des Féringiens que nous leur avons demandé de faire ce sacrifice culturel. Car c’est un sacrifice de ne plus consommer cette nourriture traditionnelle », explique-t-il à l’AFP.
« Si le Danemark ou la Grande-Bretagne devaient arrêter de manger du bacon au petit-déjeuner, ce serait un pan de leur culture qui disparaîtrait. La viande de dauphin fait vraiment partie de notre mode de vie, de notre identité, de notre culture », souligne-t-il.
En cause: les concentrations élevées de mercure et de polluants organiques persistants (POP), dues aux activités industrielles, qui affectent négativement le développement intellectuel et neurologique des humains et affaiblissent leur système immunitaire.
Ayant suivi des centaines d’enfants dans le cadre d’une étude entamée en 1986, Pál Weihe a d’abord recommandé en 1998 de limiter la consommation de viande de dauphin pilote à un ou deux repas par mois — et de s’abstenir complètement dans le cas des femmes enceintes ou projetant de l’être.
La nocivité ayant été scientifiquement de mieux en mieux documentée, cette recommandation a été étendue à l’ensemble de la population féringienne en 2008. Avec un succès mitigé.
« Quand je dis +vous ne devriez plus en manger+, c’est comme si je disais ‘ne tuez plus les dauphins pilotes' », précise le professeur. « Je ne me mêle pas de ça, je dis juste qu’il ne faut pas en manger, mais comme la seule raison de les tuer est alimentaire, ça signifie que certains ne m’écoutent pas ».
© AFP

Tag poisson #univers #marin #aquatique #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 21 Juin 2018 - 9:04
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Danger mercure ! La viande de dauphin pilote indésirable dans les assiettes
Réponses: 0
Vues: 37

Hérault: Un poney maltraité a dû être euthanasié, son propriétaire en garde à vue

https://www.20minutes.fr/montpellier/2292979-20180620-herault-poney-maltraite-etre-euthanasie-proprietaire-garde-vue

Un poney a dû être euthanasié ces derniers jours, par un vétérinaire : l’animal avait été découvert dans un piteux état, le 7 juin dernier, abandonné devant les grilles d’un domaine équestre de l'Hérault. Cet équidé d’une vingtaine d’années aurait subi de nombreuses maltraitances, dans le champ où il se trouvait, rapporte Métropolitain.
Devant le centre équestre, le poney a été découvert enchevêtré dans des fils barbelés, lui occasionnant de terribles plaies et infections, une patte sérieusement blessée. Pour abréger ses souffrances, le vétérinaire dépêché sur place a dû l’euthanasier.
A peine nourri
Son propriétaire, un habitant de Pérols de 41 ans, a été placé en garde à vue par les policiers de Lattes, chargés de l’enquête, avant d’être libéré avec une convocation à comparaître devant le tribunal de police de Montpellier,​ poursuit le site d’actualité.
La SPA a déposé une plainte. Depuis deux ans, l’animal, retrouvé très amaigri le 7 juin dernier, aurait été seul dans un terrain en friche, à peine nourri, sans soin ni vaccination.

Tags équidés ##équidés #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 20 Juin 2018 - 10:13
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Hérault: Un poney maltraité a dû être euthanasié, son propriétaire en garde à vue
Réponses: 0
Vues: 53

Fourrure: ASOS supprime à son tour le mohair, la soie et le cachemire de ses vêtements

https://www.20minutes.fr/planete/2292415-20180619-fourrure-asos-supprime-tour-mohair-soie-cachemire-vetements

« Les consommateurs changent le visage de l’industrie en exigeant que créateurs et détaillants abandonnent les matériaux dérivés d’animaux », s’est réjouie la Peta…
ASOS abandonne la soie, le mohair et le cachemire. Le site britannique de mode a fait l’annonce lundi, suivant le mouvement de plusieurs grandes enseignes de l’habillement.
« Nous avons actualisé notre politique en matière de bien-être animal et ne stockerons plus de produits contenant [ces] matières », a indiqué ASOS dans un communiqué, citant aussi les coquillages, la nacre, les plumes, dents et os.

Une vidéo choquante

L’enseigne avait déjà exclu de son offre les produits en fourrure ou issus d’espèces menacées ou en voie de disparition. Cette nouvelle initiative plus poussée a été applaudie par la  Peta. « En réponse aux campagnes de Peta, les consommateurs changent le visage de l’industrie en exigeant que créateurs et détaillants abandonnent les matériaux dérivés d’animaux au profit d’alternatives sans cruauté », a déclaré l’association de défense des animaux.
C’est une vidéo de Peta qui a poussé en mai dernier de nombreuses marques (Gap, Zara, Topshop, Evans, Miss Selfridge entre autres) à abandonner le mohair. On y voyait des chèvres angoras, dont la laine sert à la production de vêtements, maltraitées dans une ferme d’ Afrique du Sud.

Tags #fourrure #animaux #cruauté #maltraitance #protection
par Choupi91
le Mar 19 Juin 2018 - 14:56
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Fourrure: ASOS supprime à son tour le mohair, la soie et le cachemire de ses vêtements
Réponses: 0
Vues: 52

Les Etats-Unis doivent trancher sur l'interdiction ou non du foie-gras

https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/18/2820119-etats-unis-vont-donner-avis-foie-gras.html

La Cour suprême des Etats-Unis a officiellement demandé lundi au gouvernement américain de prendre position sur le foie gras, objet d'une âpre bataille judiciaire en Californie où une cour d'appel a réinstauré son interdiction en 2017. 
Il est coutumier pour la haute cour à Washington de solliciter l'opinion écrite des autorités fédérales sur un sujet jugé important. 
En Californie, un panel de trois juges d'appel a donné raison en septembre dernier à des associations qui militent depuis des années contre la pratique du gavage d'oies ou de canards, qu'elles assimilent à de la torture. 
Cette loi californienne de 2004 bannissant le foie gras avait été mise en vigueur en 2012, annulée en 2015, puis revalidée en 2017. 
Des producteurs de foie gras et des commerçants favorables à sa distribution ont depuis demandé à la Cour suprême de se saisir du dossier.  
A la demande de la Cour suprême, leurs arguments vont être examinés par l'avocat général des Etats-Unis, Noel Francisco, à la suite de quoi il est invité à produire un argumentaire. 
Les conclusions de cet éminent juriste, chargé de diriger la représentation en justice du gouvernement de Donald Trump, ne sont toutefois qu'indicatives et ne s'imposent pas à la Cour suprême. 

Tags #foiegras #animaux #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 19 Juin 2018 - 9:23
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Les Etats-Unis doivent trancher sur l'interdiction ou non du foie-gras
Réponses: 0
Vues: 46

Dans la Vienne, le CHU détruit des nids d’hirondelles et la LPO porte plainte

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/06/18/dans-la-vienne-le-chu-detruit-des-nids-dhirondelles-et-la-lpo-porte-plainte/

Bordeaux (AFP) – La Ligue de protection des oiseaux (LPO) a déposé début juin une plainte contre le CHU de Poitiers pour la destruction, à l’hôpital de Montmorillon qui dépend de l’établissement, d’une soixantaine de nids d’hirondelles, a-t-on appris lundi auprès de son président, Allain Bougrain-Dubourg.
La colonie concernée, « des hirondelles de fenêtre, une espèce en déclin et protégée », était « parmi les plus importantes » de la Vienne, a assuré à l’AFP le président de la LPO.
Pour compenser la démolition des nids rendue nécessaire par la modernisation de l’hôpital, la LPO avait réclamé, dans divers courriers restés lettre morte, que soient installés avant les travaux « des mâts à hirondelles » pour les accueillir lors de leur migration printanière, en avril.
N’ayant pas obtenu satisfaction, la LPO a déposé le 4 juin une plainte auprès de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) contre l’établissement.
Contacté par l’AFP, le CHU de Poitiers n’était pas en mesure de réagir lundi après-midi.
© AFP


Des hirondelles, le 28 avril 2015 à Barhoft en Allemagne
© DPA/AFP STEFAN SAUER

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 19 Juin 2018 - 8:51
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Dans la Vienne, le CHU détruit des nids d’hirondelles et la LPO porte plainte
Réponses: 0
Vues: 50

Les villes font abattre quantité de corbeaux

https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/06/16/les-villes-font-abattre-quantite-de-corbeaux_5316197_1652692.html



S’installer en ville n’est visiblement pas un choix judicieux pour les corvidés. Certaines communes, dans la perspective d’éradiquer le corbeaux et corneilles installés à proximité des habitations, sollicitent des chasseurs afin qu’ils abattent les volatiles lors de séances de tirs organisées. Le phénomène est de plus en plus répandu, selon la présidente de l’association de protection des corvidés Les Amis de Lazare (Ladel), Véronique Bialoskorski, qui estime à plusieurs centaines le nombre de villes ayant recours à ces méthodes.
Le motif évoqué pour justifier ces opérations est souvent le même : les nuisances sonores. Au printemps, lors de la période de nidification, les corbeaux sont en effet particulièrement bruyants – les petits, surtout, qui s’égosillent pour recevoir la becquée – et des habitants se plaignent d’être importunés auprès des représentants locaux.
Si la gêne occasionnée est une réalité, l’abattage massif est une solution « beaucoup trop radicale », estime Madline Reynaud, directrice de l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas). Un avis que partage Véronique Bialoskorski, scandalisée par la « cruauté » de ces destructions : « Le tir dans les nids est interdit, mais les oiseaux volent autour pour défendre leurs petits… alors on massacre les parents et on laisse les oisillons crever ! »
Le recours aux armes est néanmoins légal : il est permis par le fait que ces volatiles sont classés parmi les « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts », dites « nuisibles ». C’est le cas dans 84 départements pour la corneille noire et 58 pour le corbeau freux. Ainsi, ils peuvent faire l’objet de tirs en dehors des périodes de chasse – une simple autorisation préfectorale suffit. L’Aspas engage chaque année des actions juridiques pour que soient suspendues ces destructions, faisant valoir l’existence de « méthodes plus douces » consistant à « rendre les sites moins accueillants ».

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 18 Juin 2018 - 11:31
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Les villes font abattre quantité de corbeaux
Réponses: 0
Vues: 39

Orne: Il crible de plombs le chien de ses voisins car l’animal «le gênait»

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2289743-20180614-orne-crible-plombs-chien-voisins-car-animal-genait

Agacé par le chien de ses voisins, un homme a tué l’animal d’une centaine plomb à Montreuil-au-Houlme ( Orne). Ce retraité âgé d’une soixantaine d’années est un ancien élu de la commune, rapporte ce jeudi Normandie-Actu.

Un message sur le répondeur

Le vendredi 1er juin, les propriétaires d’un jeune croisé labrador trouvent, en rentrant à leur domicile, un message sur leur répondeur d’un de leurs voisins. Celui-ci leur dit avoir « tué le chien en pensant tirer sur un ragondin » et demande qu’on le rappelle.
La propriétaire de l’animal se rend alors chez lui pour demander de plus amples explications. « Il m’a dit : "J’ai fait une connerie" », se souvient-elle. L’homme explique qu’il aurait tiré sur le chien, près d’une mare, en pensant tuer un ragondin.

Plus de 150 plombs retrouvés

La propriétaire a du mal à comprendre que l’on puisse « confondre un chien de couleur blanche et de 30 kg avec un ragondin ». Le lendemain, elle décide donc de confier la dépouille de l’animal à un vétérinaire. « On a retrouvé 101 plombs dans la tête, 47 dans le thorax et 8 dans l’abdomen », raconte-t-elle.
Quelques jours plus tard, le couple dépose plainte à la gendarmerie. Le voisin reconnaît au cours de sa garde à vue avoir « tué volontairement le chien » car celui-ci le « gênait ». La Fondation assistance aux animaux a décidé de se constituer partie civile. Elle espère que les faits seront qualifiés « d’acte de cruauté par la juridiction ». Dans ce cas, l’homme risque deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Tag toutou #chiens #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Lun 18 Juin 2018 - 11:06
 
Rechercher dans: Histoires de chiens - Stories of dogs
Sujet: Orne: Il crible de plombs le chien de ses voisins car l’animal «le gênait»
Réponses: 1
Vues: 55

Besançon : ils photographient les animaux à leur arrivée à l’abattoir

http://va.newsrepublic.net/a/6559394767958966794?user_id=6502712170080371722&language=fr®ion=fr&app_id=1239&impr_id=6559456452015032585&gid=6559394767958966794&c=fb

Le groupe d’actions pacifistes Dijon Animal Save s’est réuni pour la première fois à Besançon ce jeudi. Le but : retarder les camions entrant à l’abattoir pour prendre en photo les animaux avant qu’ils ne soient tués.




 « Les gens en ont marre du sang, là on voit l’animal dans les yeux et on a tendance à s’attarder sur l’image. » Photo Samuel COULON
Le groupe d’actions pacifistes Dijon Animal Save s’est réuni pour la première fois jeudi à Besançon, devant l’abattoir. « On veut essayer d’éveiller les consciences car il y a une grande déconnexion des gens entre l’animal et leur assiette », explique Adeline Coignet, créatrice du groupe Dijon Animal Save. Cette organisation fait partie de The Save Movement, un ensemble de groupes du monde entier, qui témoignent des derniers instants des animaux destinés à l’abattoir.
Postée devant les deux entrées de l’abattoir, la trentaine de militants intercepte les camions qui entrent. « Ce n’est pas un blocage, on demande juste trois minutes pour négocier », explique Florian, militant de Dijon Animal Save. « On prend une photo ou une vidéo des animaux, qu’on publie ensuite sur notre page Facebook et notre compte Instagram », décrit Adeline Coignet. « Et si les éleveurs sont d’accord, on discute avec eux ; c’est très instructif », ajoute-t-elle.

Une action pacifiste

« Les humains sont des animaux aussi », fait remarquer Adeline Coignet. « On n’est pas contre les éleveurs, poursuit-elle, on est contre l’élevage. D’ailleurs, on est pacifiste, on ne fait que les retarder. » Puis elle ajoute : « On fait ça légalement : on a prévenu l’abattoir et la police, donc on a pris le risque que les camions aient décalé ou reporté leur arrivée ». C’est ce qui s’est passé, aucun véhicule n’est venu ce mercredi après-midi. « Mais ça reste une victoire parce que ça veut dire qu’on les a embêtés », conclut la jeune femme.

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 25 Mai 2018 - 15:13
 
Rechercher dans: La réalité des abattoirs
Sujet: Besançon : ils photographient les animaux à leur arrivée à l’abattoir
Réponses: 0
Vues: 117

5 000 animaux tués toutes les secondes : compteur macabre

https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/25/2804568-5-000-animaux-tues-toutes-les-secondes-compteur-macabre.html

Un compteur humain du nombre d'animaux tués chaque seconde sera mis en place, demain rue Lafayette./ DR

Demain de 9 heures à 21 heures, rue Lafayette près du Capitole, un «compteur humain» marquera la cadence : 5 000 animaux sont tués en moyenne toutes les 10 secondes, rien qu'en France pour la consommation alimentaire, affirme l'association L214.
Le public pourra assister en direct à ce décompte macabre qui, rien qu'en deux heures, révèle que l'on abat autant d'animaux qu'il y a d'habitants à Paris, continue l'association.
Cette action, organisée dans plus de 30 villes, annoncera par ailleurs la 7e édition de la Marche pour la fermeture des abattoirs qui se déroulera le 2 juin à Toulouse et le 23 juin à Paris, ainsi que dans plus de 35 villes aux quatre coins du monde.

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 25 Mai 2018 - 12:58
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: 5 000 animaux tués toutes les secondes : compteur macabre
Réponses: 0
Vues: 76

Des associations de protection animale s'engagent pour sauver les poules de l'abattoir et leur donner une seconde vie

https://www.demotivateur.fr/article/des-associations-de-protection-animale-s-engagent-pour-eviter-l-abattage-aux-poules-13548

Plusieurs associations mènent des actions en France pour sauver des poules destinées à l'abattage. Lorsqu'ils arrivent à l'âge de 18 mois, ces gallinacés dits « réformés » pondent un peu moins de 300 œufs par an, ce qui n’est plus rentable pour l’éleveur, qui doit alors s'en séparer.


Crédits : Altervita
Offrir une seconde vie à des poules, tel est l'objectif de l'association de protection animale Altervita. Cette dernière a lancé une vaste opération de sauvetage de plus de 1 000 poules pour leur éviter de finir à l'abattoir. Ces volailles de 18 mois sont issues d'un élevage bio situé en Ardèche et dans lequel elles ne sont plus les bienvenues. Elles sont en effet arrivées à un moment de leur vie où elles ne pondent plus suffisamment d’œufs pour que cela soit rentable pour l'éleveur, qui n'a alors d'autre choix que de s'en séparer.
C'est là que l'association intervient, en récupérant gratuitement les gallinacés pour les replacer dans des familles désireuses de les accueillir. Un appel a ainsi été lancé sur les réseaux sociaux le 22 mai dernier. Les candidats n'ont qu'à remplir le formulaire d'adoption crée à cet effet pour faire savoir leur intérêt. L'opération se tiendra début juin, le jour reste à préciser.

En échange de trois petits euros, qui permettront à l'association d'amortir les coûts de logistique, transport et nourriture, vous pourrez donc adopter une de ces dames, dont l'espérance de vie est d'au moins dix ans.
Des milliers de poules adoptées
Altervita n'est pas la seule à mettre en place ce genre d'initiatives. L'association « Poules pour tous » sauve elle aussi des gallinacés « réformés » du sort tragique qui les attend, en les rachetant à des éleveurs.
Thomas Dano, 27 ans, a créé cette association qui œuvre près de Nantes en juillet 2017. Ce dernier a eu le déclic en février de la même année, quand il a vu qu'un éleveur vendait ses 1 000 poules après un an de ponte seulement et pour deux euros, rapporte le site Positivr. Avec son frère, il les achète toutes sur un coup de tête pour leur éviter l'abattage. Tous deux ont alors l’idée de mettre des annonces sur internet pour trouver des familles qui souhaiteraient acquérir des poules. En seulement six semaines, elles sont toutes vendues.
Depuis, le jeune homme rachète des volatiles d’environ 18 mois aux producteurs, quatre fois plus cher que l’abattoir, pour que cela soit intéressant pour eux. Entre août et octobre 2017, l’association a ainsi sauvé 5 000 poules de l’abattoir. Elle compte développer davantage le concept en créant un vrai réseau dans toute la France.
Pour adopter une poule, il suffit de peu : un bout de terrain, un petit abri, de l'eau, du grain et un peu de temps à accorder. En plus d'être des animaux sociables, ces dames sont de « véritables alliées du potager », assure Altervita : « Elles fertiliseront votre jardin tout en vous débarrassant des limaces et des escargots », note l'association sur son site. Vous pourrez également vous régaler en mangeant des œufs frais, car si elles ne pondent plus suffisamment pour un élevage professionnel, elles font tout de même près d'un œuf par jour et ce jusqu'à leurs 7 ans, âge moyen de la ménopause chez les poules.
« Poule pour tous » donne par ailleurs de nombreux conseils aux familles adoptives pour bien s'occuper des poules et apprendre à connaître le petit animal.

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance #protection
par Choupi91
le Ven 25 Mai 2018 - 12:32
 
Rechercher dans: En faveur des animaux - For animals
Sujet: Des associations de protection animale s'engagent pour sauver les poules de l'abattoir et leur donner une seconde vie
Réponses: 1
Vues: 63

Manche: Il tue 44 poules et cinq lapins pour se venger de sa grand-mère

https://www.20minutes.fr/justice/2277083-20180524-manche-tue-44-poules-cinq-lapins-venger-grand-mere


Le jeune homme avait été mis à la porte par sa grand-mère, et avait décidé de se venger. (illustration) — Jardins partagés de Lanta
Un jeune homme a été jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Coutances (Manche) pour « dégradation » et « atteinte à la vie animale ». Il était accusé d’avoir tué 44 poules et 5 lapins appartenant à sa grand-mère.
Les faits remontent au 9 juin 2013 à Saint-Fromond. Après avoir été mis à la porte par sa grand-mère chez qui il habitait, le jeune homme a décidé de monter une opération de vengeance, rapporte La Manche Libre.

Il pille la réserve d’alcool

Accompagné d’amis, le jeune est alors entré par effraction chez elle et a pillé la réserve d’alcool. Il s’est ensuite mis en tête de tuer toutes les poules et les lapins dans la basse-cour.
Au tribunal, il a admis qu’il avait agi par vengeance. Le jeune homme a proposé d’indemniser sa grand-mère tout en espérant « qu’elle ne le plume pas ». Il a finalement été condamné à six mois de prison dont trois mois ferme et 3.200 euros d’indemnisation au titre des divers préjudices.

Tags #animaux #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Ven 25 Mai 2018 - 9:44
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Manche: Il tue 44 poules et cinq lapins pour se venger de sa grand-mère
Réponses: 0
Vues: 73

Dogs and cats blowtorched alive and bludgeoned to death at Indonesian street markets

https://www.independent.co.uk/news/world/asia/indonesia-dogs-cats-killed-blowtorch-alive-street-markets-cages-sulawesi-a8364011.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter



Dogs and cats are being blowtorched alive and repeatedly bludgeoned over the head with bats in squalid street markets in Indonesia to supply market stalls, slaughterhouses and restaurants, an investigation has found. 
The creatures were filmed with their mouths taped shut so tightly they could hardly breathe before they were butchered. 
Stuffed into cages or sacks, they first see their cage-mates lifted by the neck with noose sticks and smashed on the head before it’s their turn.


  • Read more


Pyeongchang restaurants refuse to stop serving dog meat


Many are still alive and conscious while a blowtorch is applied to them, up and down their bodies, to remove the hair before they are cut up and used for food, according to a campaign group which documented the treatment. 
The practices were revealed in an investigation by the Dog Meat-Free Indonesia (DMFI) during nationwide investigations at two of an estimated 200 traditional animal markets in North Sulawesi province on the island of Sulawesi.
The group believes thousands of animals each week are taken and killed this way, the equivalent of 1 million a year.  
However,  Wendy Higgins of Humane Society International, one of the campaign’s charity members, believes the figure is likely to be much higher.

It's thought up to a quarter of the animals involved are cats (DMFI)
More than 90 celebrities, including Dame Judy Dench, Cameron Diaz, Piers Brosnan. Ellen DeGeneres, Simon Cowell, Kate Beckinsale, Elizabeth Hurley, Ricky Gervais, Moby, Leona Lewis, Courteney Cox, Alfie Boe, Lucy Lawless, Brian May, and Tyrese Gibson, have signed the letter to the country's president Joko Widodo calling on him to clamp down and enforce animal-protection laws. 
“These animals, many of them stolen pets, are subjected to crude and brutal methods of capture, transport and slaughter, and the immense suffering and fear they must endure is heartbreaking and absolutely shocking," they wrote. “The footage is deplorable, and clearly documents the routine use of brutal handling and killing. We are sure you will agree that the level of brutality towards these dogs and cats is shocking and demands your urgent attention.”

Animals are bludgeoned with bats (DMFI)
They added: “Despite only a minority of Indonesians ever consuming dog meat, the trade in dogs for consumption threatens the health of the entire nation. The dog meat trade is the only trade known to encourage the large-scale, illegal movement of dogs of unknown disease and vaccination status… The World Health Organisation has explicitly highlighted the trade in dogs for human consumption as a contributing factor to the spread of rabies in Indonesia.”
Activists have also warned that the illegal and unregulated trade does not only inflict intense suffering, but also poses health risks to the people who eat the meat, in part because cramming so many animals together in sacks and cages increases the spread of rabies.

Tag toutou #chiens #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 15:18
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Dogs and cats blowtorched alive and bludgeoned to death at Indonesian street markets
Réponses: 0
Vues: 75

L'importation des fourrures est maintenue

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/L-importation-des-fourrures-est-maintenue-13003825

Les fourrures continueront à être importées en Suisse. Le Conseil fédéral estime que la loi en vigueur produit les effets escomptés et qu'il n'y a pas lieu de s'en passer. Elle pourrait néanmoins être améliorée de sorte à mieux informer les consommateurs.
Une interdiction d'importer les peaux d'animaux ayant subi de mauvais traitements n'est pas compatible avec les accords de libre-échange conclus par la Suisse, a indiqué mercredi le Conseil fédéral en réponse à un postulat de la conseillère aux Etats Pascale Bruderer (PS/AG). L'ordonnance sur la déclaration des fourrures porte ses fruits et les vendeurs s'y tiennent.
Une étude de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) montre que pour 82% des vendeurs interrogés les informations données par les fournisseurs se sont améliorées depuis l'entrée en vigueur de la loi.
Termes à préciser
Mais le texte nécessite quelques adaptations. Le Conseil fédéral propose d'améliorer la terminologie sur l'origine de la fourrure. Le terme «fourrure véritable» devrait être mentionné sur l'étiquette afin de faciliter la distinction entre la fourrure véritable et la fourrure synthétique pour les clients.
La dénomination de certaines formes d'élevage devrait être modifiée pour correspondre aux usages actuels. Le gouvernement souhaite aussi pouvoir utiliser le terme de déclaration «inconnue» lorsque la provenance est difficile à établir. Ces modifications seront soumises à une procédure de consultation.
Selon l'ordonnance sur la déclaration des fourrures et des produits de la pelleterie entrée en vigueur en 2013, l'espèce animale, le pays de provenance et la forme de l'élevage doivent être mentionnés sur les étiquettes de fourrures vendues en Suisse. La Suisse est le seul pays européen à posséder une telle législation.
Dans un postulat, le conseiller national Lorenz Hess (PBD/BE) propose d'encourager la production des fourrures indigènes. Le Conseil fédéral relève que les ressources en Suisse ne suffisent pas à couvrir la demande intérieure. Seule une augmentation de la chasse indigène au renard roux serait envisageable. De plus, de nombreux animaux (visons ou chiens viverrins) recherchés par les amateurs de fourrures ne vivent pas en Suisse.

Tags #faune #sauvage #animaux #fourrure #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:59
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: L'importation des fourrures est maintenue
Réponses: 0
Vues: 65

Faute d'argent, une fouine meurt en agonisant

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/fouine-17745869

Les habitants de Capriasca, au Tessin, sont sous le choc. Ils n'ont pas pu aider une fouine aperçue lundi soir bloquée dans une gouttière de l'église. Pire, ils ont uniquement pu assister à l'agonie de la bestiole.
A la vue de la situation désespérée de l'animal, des résidents de la commune ont appelé la société protectrice des animaux de Bellinzone (SPAB). «Mais ils nous ont répondu qu'ils ne pouvaient pas opérer dans la commune et ils nous ont donné le numéro de piquet», a expliqué A.*, l'une des personnes qui a tenté de sauver la fouine à tio.ch/20minuti.ch. «Nous ne pouvons pas intervenir. Nous avons demandé une convention avec la commune et elle nous a été refusée. Nous ne connaissons pas la raison, mais ils nous ont donné un numéro de téléphone à donner en cas de besoin, ce qu'on a fait», s'est expliqué face à la polémique grandissante Emanuele Besomi, président de la SPAB.
Mais le piquet en question n'est pas outillé pour ce type d'opération. Et son rayon d'action semble être plutôt limité. Les employés qui sont en charge pour la commune expliquent intervenir principalement pour des chats et des chiens et uniquement quand ils sont morts. «Nous procédons à la récupération et l'identification avec la puce. Mais nous ne pouvons pas monter sur un arbre. Pour ce type d'intervention il y a les pompiers.» Lundi, en dernier recours, les habitants ont appelé les soldats du feu. «Mais ils seraient venus uniquement si on payait 150 francs, soit le prix de l'intervention», poursuit A.*
Après plusieurs tentatives effectuées tant bien que mal par les habitants, la fouine est morte. «Comme nous avions appris que que personne n'allait s'occuper de l'animal, nous avons décidé d'intervenir. Mais il était trop tard», a fait savoir la SPAB.

Tags #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:57
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Faute d'argent, une fouine meurt en agonisant
Réponses: 0
Vues: 70

Sa blague cruelle n'en finit pas de choquer

http://www.20min.ch/ro/entertainment/television/story/Sa-blague-cruelle-n-en-finit-pas-de-choquer-27932895

Alors que le débat fait rage autour du respect des animaux, souvent bafoué dans notre société, certaines émissions de téléréalité sont désormais dans la ligne de mire des amis des bêtes. Récemment, ils ont jugé qu'un caïman avait été maltraité lors du tournage de «The Island», de Mike Horn, sur M6. Cette fois, c'est dans «Les Marseillais Australia», sur W9, qu'un acte de cruauté a été dénoncé par la Fondation 30 millions d'amis. Dans un épisode diffusé lundi, on voit Anthony verser une glacière remplie de poissons vivants dans le bain moussant d'une autre candidate, Maeva.
La «blague» a fait bondir de nombreux télé­spectateurs. «C'est quoi ces scènes débiles où l’on fait mumuse avec des poissons? La prod aurait dû réagir», a tweeté l'un d’eux. La Fondation Brigitte Bardot s’est aussi indignée en décernant «le prix de la cruauté» à Anthony et à ses collègues. Vexé, le Marseillais a tenté de se justifier: «La cruauté, il y en a partout. Les enfants qui meurent de faim, les femmes battues, mais sûrement pas ces poissons. Ils ont été remis à l’eau», a-t-il tweeté, avant d'ajouter: «On aime être diverti par la télé, mais on aime encore plus critiquer, bande d’hypocrites! Occupez-vous de choses plus graves au lieu de nous casser les couilles!» Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, a répondu que sa réaction était à la hauteur de ce qu’ils ont fait: «Totalement stupide».

Tag poisson #univers #marin #aquatique #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:55
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Sa blague cruelle n'en finit pas de choquer
Réponses: 0
Vues: 75

Feternes : la Coordination rurale soutient le chasseur ayant tué un loup

https://www.ledauphine.com/haute-savoie/2018/05/23/la-coordination-rurale-soutient-le-chasseur-ayant-tue-un-loup

Gilles Chatelain, président de la Coordination rurale pour les deux Savoie, est sans ambiguïté : « Il n’y a pas de cohabitation possible entre les activités pastorales et le loup ».
Du coup, la coordination a apporté son soutien au chasseur qui, le 1er  octobre, a tué un loup sur la commune de Féternes lors d’une sortie de chasse.
« Il ne faut pas oublier que cet homme voit sa vie bouleversée à cause d’une espèce qui se porte parfaitement bien en Europe », souligne aussi Joseph Jouffrey, représentant la Coordination. Un soutien partagé avec l’Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (USAPR).

Jusqu’à deux ans de prison et 150 000 euros d’amende

Ainsi, pour accompagner le chasseur « dans la procédure judiciaire qu’il s’apprête à affronter, la Coordination compte bien participer activement au groupe de soutien qui s’est constitué. »
Pour la Coordination rurale, la question se pose : « Est-il normal que l’abattage d’un loup soit sanctionné par une amende d’un montant trois fois supérieur à ce que risque une personne ayant commis un homicide involontaire ? ».
En effet, le chasseur encourt jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende.
Gilles Chatelain revient aussi d’entretenir de bonnes relations avec les chasseurs : « On a besoin d’eux pour réguler les populations de sangliers qui dévastent les cultures. »
Toujours selon le président, « la présence du loup oblige les éleveurs à avoir recours à des chiens patous qui peuvent être agressifs envers les randonneurs ».
Rappelons que le loup est protégé par la convention de Berne signée en 1979. Pour la Coordination rurale, il s’agit de se poser la question : « Peut-on être en présence d’un loup hybride, fruit du croisement avec un chien ? Dans ce cas, la convention de Berne n’encadrerait plus l’animal. »
Nous avons sollicité le comité de soutien et le chasseur concerné, mais ces derniers n’ont pas souhaité s’exprimer.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:50
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Feternes : la Coordination rurale soutient le chasseur ayant tué un loup
Réponses: 0
Vues: 81

Chambéry: Un chasseur jugé pour avoir abattu quatre ânes

https://www.20minutes.fr/justice/2276439-20180524-chambery-chasseur-juge-avoir-abattu-quatre-anes


  • Un chasseur suisse de 39 ans sera jugé ce jeudi à Chambéry pour avoir tué quatre ânes lors d’une battue en septembre.
  • Il assure les avoir confondus avec des biches.
  • Des explications qui n’ont guère convaincu jusque-là.

Une terrible méprise ou un acte de cruauté délibéré ? Pour l’heure, les explications de l’intéressé n’ont guère convaincu. Un chasseur suisse de 39 ans sera jugé ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Chambéry en Savoie, pour avoir abattu quatre ânes de randonnée, le 17 septembre dans le petit village d’Arith.
L’homme, qui participait à une battue ce jour-là, s’est éloigné des sous-bois pour se franchir les limites de la propriété privée de Sandrine Lassiaille. Là où gambadaient tranquillement ses cinq équidés, élevés pour emmener des promeneurs en randonnée dans le massif des Bauges.

Deux ânes tués sur le coup, deux autres euthanasiés

Fanfan et Mistral ont été tués sur le coup après avoir eu la tête et le cœur perforés de balles. Moustique gravement mutilé a dû être euthanasié. Tout comme Ulule. L’âne qui se tenait encore debout, avait pourtant les deux pattes arrière brisées. Seul Safran a échappé au massacre. Onze douilles ont été découvertes sur place, à 50 mètres des animaux. Le chasseur s'est contenté de dire qu'il les avait pris pour des biches. Des explications qui laissent dubitatives Ariane Kabsch, l’avocate de la plaignante.
« Les gendarmes soulignent que même à 50 mètres, on ne peut pas confondre un âne et une biche », souligne-t-elle. « Il lui est reproché de ne pas avoir identifié sa cible et d’avoir fait preuve d’actes de cruauté envers des animaux domestiques. Il n’a absolument pas réfléchi, il a rechargé son fusil au moins trois fois ».

Vers un procès exemplaire ?

L’avocate attend ainsi un procès exemplaire pour montrer « qu'on ne peut pas massacrer impunément des animaux domestiques ». « Ce ne sont pas des choses mais bien des êtres vivants qui ont été tués de sang-froid », appuie-t-elle. « Les chasseurs ne lui trouvent d’ailleurs aucune excuse. » LOffice national de la chasse et de la faune sauvage a d’ailleurs rendu un rapport accablant, évoquant l’expérience du Suisse, qui avait déjà tiré sur des biches auparavant et qui connaissait donc les caractéristiques de ce gibier.
L’homme encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Tags équidés #équidés #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:46
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Chambéry: Un chasseur jugé pour avoir abattu quatre ânes
Réponses: 0
Vues: 72

Altercation avec la ligue de protection des oiseaux : «L’homme en slip» jugé en appel à Pau

https://www.20minutes.fr/justice/2275991-20180524-altercation-ligue-protection-oiseaux-homme-slip-juge-appel-pau


Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO s'était rendu chez un Landais pour dénoncer le braconnage de pinsons. Une altercation a suivi. — GAIZKA IROZ / AFP

  • Jean-Marc Dutouya, renommé « l’homme en slip », est jugé en appel devant la Cour de Pau pour une altercation survenue en 2015 avec des écologistes, après un appel du parquet de Dax.
  • En première instance, le Landais avait été condamné à une amende de 800 euros pour violences envers des membres de la ligue de protection des oiseaux (LPO) alors que le ministère public avait demandé une peine de 3 mois de prison avec sursis.
  • L’avocat du prévenu, maître Frédéric Dutin, espère une dispense de peine pour son client.

Le Landais Jean-Marc Dutouya, surnommé « l'homme en slip » est jugé devant la Cour d’appel de Pau ce jeudi après un appel du parquet. En première instance, en février 2017, il a été condamné à 800 euros d'amende pour  violences sur des membres de la ligue de protection des oiseaux, qui s’étaient introduits dans son champ de tournesol pour y désamorcer des pièges destinés selon eux à capturer des pinsons, une espèce protégée.
Le Parquet, qui avait requis trois mois de prison avec sursis, a fait appel du jugement. Lors du premier procès, il avait été relaxé concernant la chasse prohibée, le tribunal considérant que les pièges visaient des alouettes, non protégées.
« Un grave préjudice occasionné à son image » Lors de l’irruption sur sa propriété des écologistes, Jean-Marc Dutouya, était sorti précipitamment de chez lui, en tenue légère et la pelle à la main, pour les expulser. La LPO était accompagnée d’équipes de télévision et les images captées ont beaucoup tourné sur Internet, faisant l’objet de nombreux détournements. Récemment, son image a même été incrustée sur une photo officielle où figurent Donald Trump et Emmanuel Macron.
Frédéric Dutin, l’avocat de Jean-Marc Dutouya, parle d’un « grave préjudice occasionné à son image », par tout le tapage médiatique autour de cette affaire. Il indique que son client « fait l’objet d’un suivi psychologique ». Il rappelle que le tribunal a considéré qu’il pratiquait une chasse autorisée. Selon ses arguments, les militants écologistes ont pénétré indûment sur une propriété privée.

« Il n’aurait pas dû avoir de réaction violente »

« On a tous pris des coups, j’ai essayé de calmer le jeu », déclare Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO, lors de l’enquête, précisant qu’on lui a abîmé ses lunettes et qu’il a été griffé au visage. « Mon client sait très bien qu’il n’aurait pas dû avoir de réaction violente, assure maître Frédéric Dutin. Mais je rappelle qu’il est sorti de chez lui, en slip, parce qu’il y voit des hommes qui n’ont rien à y faire. Il y a une horde de caméras braquées sur lui et sa mère est agressée et se retrouve à terre, son sang n’a alors fait qu’un tour ». Allain Bougrain-Dubourg a lui décrit une grand-mère qui simulait une chute.
>> A lire aussi : Landes: Amende pour «l'homme en slip» et amendes avec sursis pour des chasseurs d'ortolans
Pour les faits de violences, l’avocat tentera d’obtenir ce jeudi une déclaration de culpabilité avec une dispense de peine. Les représentants des chasseurs landais devraient suivre attentivement cette nouvelle audience au cours de laquelle tous les faits, y compris ceux de braconnage, seront réévoqués. Le jugement devrait être mis en délibéré.

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #braconnage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:42
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Altercation avec la ligue de protection des oiseaux : «L’homme en slip» jugé en appel à Pau
Réponses: 0
Vues: 79

Aux Iles Féroé, la funeste tradition du « grindadráp », la mise à mort de cétacés, reprend de plus belle

En Europe, et plus précisément aux îles Féroé, certains s'adonnent à une pratique ancestrale sanguinaire : le « grindadráp », c’est-à-dire le rabattage et le massacre de dauphins. Alors que la saison annuelle de « chasse » a commencé, les associations de défense animale comptent bien cette année encore faire entendre leur voix pour que cette tradition cesse. 


Sur les Îles Féroé, dans l'Atlantique Nord, se perpétue la tradition du « grindadráp » ou simplement « grind », qui consiste à mettre à mort des cétacés. Cette chasse très ancrée dans la culture de l'archipel danois tue chaque année des centaines de globicéphale noir, une espèce de dauphins.


Le déroulé de cet abattage collectif est particulièrement barbare  : un ferry ou un bateau de pêche contacte les autorités lorsqu'il voit des dauphins à proximité. Le « grindmaster », qui est le chef de la baie de chasse la plus proche, est prévenu et va alors décider ou non de déclencher le « grind ». Si c'est le cas, les bateaux sortent en mer et piègent les cétacés près de la plage, où des personnes armées de crochets et de couteaux les attendent. « Quand les bateaux les ont rabattus dans des eaux suffisamment peu profondes, les dauphins s'échouent, et les gens à pieds enfoncent les crochets dans les évents des dauphins [les narines, N.D.L.R.], les tirent sur la plage et leur sectionnent la moelle épinière. Il n'y a jamais aucun rescapé. Aucune distinction n'est faite. La totalité du groupe est massacrée », explique Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, aux Inrocks.


Lire la suite sur Démotivateur

Tag poisson #univers #marin #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 24 Mai 2018 - 8:37
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Aux Iles Féroé, la funeste tradition du « grindadráp », la mise à mort de cétacés, reprend de plus belle
Réponses: 0
Vues: 58

Ils trouvent une chienne dans un champ, dans son sac de croquettes ils découvrent l’impensable

https://wamiz.com/chiens/actu/trouvent-chien-champ-sac-croquettes-decouvrent-impensable-12793.html#info




Tout le monde était sous le choc.
C’est dans la campagne anglaise qu’une chienne prénommée Tessa a été retrouvée il y a environ une année de cela. Agée de 12 ans, la chienne était seule dans un champ, avec un sac de croquettes, une gamelle d’eau et une couverture.  

Un sauvetage nécessaire

Lorsque l’association South Yorkshire Pet Ambulance a découvert Tessa, elle était donc totalement seule dans son champ, livrée à elle-même et perdue.
En découvrant Tessa, les volontaires de l’association ont tout de suite trouvé le mot qui avait été laissé à ses côtés dans le sac de croquettes. Un mot qui les marquera pour longtemps tant il était à la fois triste et révoltant.
« Cette chienne a 12 ans. Tessa n’est pas ma chienne. Ma voisine partait vivre au Canada et m’a demandé si je pouvais la garder. J’ai dit oui un peu par obligation, mais je savais que je ne voulais pas la garder (…) Tessa prend son premier repas vers 11h30. Ma voisine était heureuse de savoir que Tessa serait entre de bonnes mains. Je suis désolé, mais je n’ai pas besoin d’un chien. »

C’est donc sur ces mots d’une cruauté totale que Tessa a été lâchement abandonnée par un voisin qui voulait seulement faire plaisir à sa voisine sans se soucier des conséquences. Heureusement pour Tessa, elle a eu la chance de croiser la route des volontaires de l’association South Yorkshire Pet Ambulance.
De son côté, l’association a expliqué avoir quelques doutes sur cette histoire de départ au Canada et pense que la chienne a été abandonnée par ses propriétaires. Tout simplement.

Tag toutou #chiens #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 23 Mai 2018 - 14:26
 
Rechercher dans: Histoires de chiens - Stories of dogs
Sujet: Ils trouvent une chienne dans un champ, dans son sac de croquettes ils découvrent l’impensable
Réponses: 0
Vues: 80

Vidéos d'abattoirs : "Les industriels de la viande ne se tirent pas une balle dans le pied mais dans la tête"

https://www.francetvinfo.fr/animaux/bien-etre-animal/maltraitance-dans-les-abattoirs/videos-d-abattoirs-les-industriels-de-la-viande-ne-se-tirent-pas-une-balle-dans-le-pied-mais-dans-la-tete_2763107.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

"Les industriels de la viande ne sont pas en train de se tirer une balle dans le pied, c'est une balle dans la tête qu'ils se tirent", a déclaré lundi 21 mai sur franceinfo le député Divers gauche de Charente-Maritime, Olivier Falorni.
Après la vidéo de l'association L214, dimanche 20 mai, dénonçant les conditions de vie des poules pondeuses d'un élevage des Côtes-d'Armor, lundi 21 mai c'est au tour de l'actrice Brigitte Bardot et de l'humoriste Rémi Gaillard de dénoncer les conditions d'abattage des animaux à Alès dans le Gard.
L'an dernier, Olivier Falorni a porté un projet de loi pour imposer la vidéosurveillance dans les abattoirs. Une mesure qui n'apparaît plus dans le texte qui sera étudié ce mardi à l'Assemblée nationale [les députés entament l'examen en séance publique du projet de loi agriculture et alimentation]. "Mon problème c'est le respect de l'animal et je ne vois pas de raison de leur part [aux industriels] pour empêcher le contrôle vidéo dans leurs structures", a ajouté l'élu.
franceinfo : Comment comprenez-vous le recul du gouvernement sur ce point ?
Olivier Falorni : Il est difficile de comprendre l'incompréhensible. Ma proposition de loi avait été votée par les députés en première lecture en janvier 2017. Cette loi comprenait l'alourdissement des sanctions et le fait de transformer la maltraitance sur animaux en abattoirs et dans les transports en délit pénal. Ça a été repris dans le projet de loi du gouvernement, sauf qu'on n'a pas suivi la deuxième dimension de ce texte, c'est-à-dire la mise en place de l'outil nécessaire pour caractériser le délit, le contrôle vidéo obligatoire. Emmanuel Macron avait repris cette proposition dans sa campagne présidentielle, il s'était engagé auprès de nos concitoyens pour mettre cette vidéosurveillance en place. Donc si le gouvernement et la majorité parlementaire devaient persister dans leur refus de faire voter cette mesure, ce serait une régression et un reniement.
Pour vous Emmanuel Macron a cédé à une forme de pression, de la part des lobbies par exemple ?
Est-ce que le lobby de la viande a agi au point d'être entendu ? Je ne sais pas, mais moi je lutte pour la protection animale et j'essaye de me mettre dans la tête de ceux qui tentent de s'opposer à ce dispositif. Les industriels de la viande ne sont pas en train de se tirer une balle dans le pied, c'est une balle dans la tête qu'ils se tirent. On voit bien que la consommation de la viande ne cesse de diminuer et que l'exigence des Français en terme d'éthique et de respect de l'animal augmente, et on a une industrie de la viande qui s'arqueboute sur une opacité traditionnelle. Si l'industrie de la viande continue son lobbying auprès du gouvernement pour que rien ne change, la viande sera de moins en moins consommée et l'industrie de la viande aura tout perdu. Ce n'est pas mon problème principal, mon problème c'est le respect de l'animal et je ne vois pas de raison de leur part pour empêcher le contrôle vidéo dans leurs structures.
Vous pensez que des voix comme celle de Brigitte Bardot ou Sophie Marceau peuvent porter ce message ? Est-ce que cela peut attendrir les députés ?
Il ne s'agit pas de les attendrir, il s'agit de jouer leur rôle de lanceur d'alerte et elles le font bien, comme les associations. On critique beaucoup L214 et la fondation Brigitte Bardot mais concernant les abattoirs, si nous n'avions pas eu les vidéos tournées clandestinement, on en n'aurait jamais entendu parler. Ces pratiques [de caméras cachées] elles sont là et elles n'ont été contestées par personne mais elles ont été tournées hors-la-loi. Un législateur comme je suis ne peut pas se satisfaire de s'en remettre à des lanceurs d'alerte alors que l'Etat a pour mission de contrôler à travers des inspections vétérinaires ce qui se passe dans les abattoirs. Mais il n'y a pas assez d'inspecteurs vétérinaires et l'Etat ne les recrute pas, c'est comme si le gouvernement disait 'on va lutter contre les chauffards' en se privant de radars. Donc je demande à l'Etat de filmer légalement, de contrôler les salariés qui sont déjà soumis à un contrôle théorique et qu'on n'ait plus ces images abominables d'animaux massacrés.

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 23 Mai 2018 - 13:03
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Vidéos d'abattoirs : "Les industriels de la viande ne se tirent pas une balle dans le pied mais dans la tête"
Réponses: 0
Vues: 55

Etats-Unis : le bacon et les donuts bientôt réautorisés pour appâter l’ours en Alaska

https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/05/23/etats-unis-le-bacon-et-les-donuts-bientot-reautorises-pour-chasser-l-ours-en-alaska_5302983_3244.html

Il sera bientôt possible pour les chasseurs en Alaska d’appâter les ours avec du bacon ou des donuts dans les zones protégées, l’administration Trump souhaitant revenir sur des réglementations adoptées sous Barack Obama. Le National Park Service (NPS) a en effet présenté, mardi 22 mai, un projet qui annule des mesures prises en 2015.

Le NPS avait à l’époque interdit plusieurs pratiques, dénoncées par les associations de défense des animaux, dans les zones fédérales protégées d’Alaska. Elles comprenaient notamment l’utilisation de chiens pour chasser les ours noirs et l’usage de lampes pour traquer ces animaux et leurs oursons dans leur tanière.
Lire aussi :   Attention ! Grands espaces américains menacés
Les appâts avaient également été interdits dans la chasse aux ours noirs et bruns. « Le bacon, le gras de viande et les donuts sont souvent utilisés » comme appâts, avait à l’époque rappelé le NPS, qui dépend du ministère de l’intérieur. « Le NPS a annoncé aujourd’hui une proposition pour amender ses règlements concernant la chasse et la capture d’animaux dans les zones protégées d’Alaska », selon un communiqué. Ainsi, le NPS souhaite harmoniser les réglementations fédérales avec les lois sur la chasse en vigueur en Alaska.

Les foudres des associations de défense des animaux

Cette réglementation, publiée au Journal officiel américain (Federal Register) mardi, devrait définitivement être adoptée dans deux mois.
En avril 2017, une loi votée par le Congrès républicain était déjà revenue sur certaines réglementations démocrates, rendant notamment de nouveau possible la chasse aérienne à l’ours, depuis un avion ou un hélicoptère, en Alaska.
Lire aussi :   Aux Etats-Unis, un conseil de préservation de la vie sauvage composé de mordus de safaris
L’administration Trump s’attire régulièrement les foudres des associations de défense des animaux. En novembre 2017, elle a de nouveau autorisé les chasseurs américains à importer des trophées d’éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie. Et en mars 2018, son nouveau conseil de préservation de la vie sauvage s’est réuni pour la première fois. Il est constitué de professionnels de la chasse et présidé par un magnat du charbon.

Tags #faune #sauvage #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 23 Mai 2018 - 11:24
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Etats-Unis : le bacon et les donuts bientôt réautorisés pour appâter l’ours en Alaska
Réponses: 0
Vues: 108

Tortues, perroquets, rapaces... la faune sauvage victime de la cybercriminalité

https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/05/23/la-faune-sauvage-victime-de-la-cybercriminalite_5302960_1652692.html



Tortues, perroquets, rapaces, boas, alligators, guépards, tigres, ours, antilopes, requins, hippocampes, ivoire, cornes de rhinocéros… C’est un trafic à très grande échelle, d’animaux vivants ou de parties de leur corps, qui s’opère sur Internet, à la fois sur les sites de vente en ligne et sur les réseaux sociaux. Une « cybercriminalité » dont le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) révèle l’ampleur et les dangers pour la faune sauvage, dans une enquête dont il publie les résultats mercredi 23 mai.
L’ONG, qui mène une veille sur cette question depuis 2004, s’est focalisée sur quatre pays, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et la Russie, dans lesquels elle dispose de bureaux qui lui ont permis de collecter des données aussi exhaustives que possible.
Elle a conduit cette étude pendant six semaines, à l’automne 2017, avec le concours d’enquêteurs qui ont passé au crible les annonces et les messages en ligne. Son travail ne couvre donc qu’un échantillon très réduit, géographiquement comme dans la durée, d’un commerce dont la Chine, les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) dans son ensemble sont des plaques tournantes, mais sur lesquels il n’existe pas de bilan mondial.
Même partiels, les résultats n’en sont pas moins effarants. Sur les seuls quatre pays retenus et en seulement un mois et demi, ont été recensés 5 381 annonces et messages portant sur 11 772 spécimens – animaux vivants ou « produits dérivés » – d’espèces pourtant protégées, car classées comme en danger. L’IFAW ne s’est en effet attaché qu’aux animaux inscrits aux annexes I et II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction (Cites), dont la vente et l’achat sont soit interdits, soit strictement réglementés.
80 % d’animaux vivants
Globalement, les spécimens vivants représentent 80 % des offres, signe de l’engouement pour les « nouveaux animaux de compagnie » exotiques.

Tags #faune #sauvage #reptiles #oiseaux #rapaces #braconnage #trafic #espèces #menacées #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 23 Mai 2018 - 11:21
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Tortues, perroquets, rapaces... la faune sauvage victime de la cybercriminalité
Réponses: 0
Vues: 79

La salamandre géante de Chine menacée d'extinction à cause du braconnage

https://www.20minutes.fr/planete/2275255-20180522-salamandre-geante-chine-menacee-extinction-cause-braconnage


  • [url=fb-messenger://share/?link=https%3A%2F%2Fwww.20minutes.fr%2Fplanete%2F2275255-20180522-salamandre-geante-chine-menacee-extinction-cause-braconnage&t=La salamandre g%C3%A9ante de Chine menac%C3%A9e d%27extinction %C3%A0 cause du][/url]

La salamandre géante de Chine court vers son extinction. — Wikimedia / J. Patrick Fischer


Il s’agit du plus grand amphibien de la planète. La salamandre géante de Chine, une espèce protégée au niveau international, est devenue quasiment introuvable dans la nature, révèle une étude publiée ce lundi dans le journal Current Biology. L’animal serait victime de braconnage en tant que mets raffiné.

Une urgence absolue

« La surexploitation de ces incroyables animaux en vue d’une consommation humaine a eu un effet catastrophique sur leur nombre dans la nature, dans un temps très court », écrit le coauteur de l’étude Samuel Turvey, de la Société zoologique de Londres. L’urgence est absolue, prévient-il, dénonçant l’inefficacité des programmes de protection existants.
Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont réalisé des comptages en 2013 et 2016 dans des rivières où vivent ces salamandres qui peuvent peser jusqu’à une soixantaine de kilos.
« Nous ne pouvons pas confirmer si des populations sauvages de salamandres géantes de Chine ont survécu, sur aucun des sites », concluent les scientifiques. L’espèce est « extrêmement réduite ou fonctionnellement en extinction » sur l’immense zone étudiée, ajoute l’étude.

Le programme d’élevage chinois inefficace ?

La Chine a certes mis en place un programme d’élevage des salamandres, afin de les relâcher dans la nature. Mais les rares salamandres trouvées par l’équipe de recherche pourraient n’être que des animaux d’élevage, écrivent-ils, car un contingent avait été relâché juste avant l’étude de terrain sur plusieurs sites.
Qui plus est, les scientifiques rapportent que l’espèce de salamandre géante de Chine est en réalité cinq espèces différentes. Ce qui rend le programme d’élevage chinois problématique, car il risque de créer des hybrides, et de relâcher des animaux dans des environnements mal adaptés.

Tags  #reptiles #espèces #menacées #braconnage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 23 Mai 2018 - 11:07
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: La salamandre géante de Chine menacée d'extinction à cause du braconnage
Réponses: 0
Vues: 84

Oise : les chasseurs se mobilisent pour sauver faisans et perdrix grises

http://www.leparisien.fr/oise-60/oise-les-chasseurs-se-mobilisent-pour-sauver-faisans-et-perdrix-grises-19-05-2018-7724865.php#xtor=AD-1481423552



La fédération des chasseurs du département récupère les œufs des nids abandonnés par les volatiles en période de fauchage afin de préserver l’espèce.

C’est une triste qui scène qui resurgit chaque année aux beaux jours dans les campagnes de l’Oise. Au milieu des herbes hautes, la perdrix grise et le faisan couvent paisiblement. Soudain, la faucheuse s’approche. L’animal s’enfuit ou finit broyé par la machine. Dans tous les cas, il abandonne ses précieux œufs. Pour permettre aux poussins d’éclore, la fédération des chasseurs de l’Oise vient au secours des délicates coquilles. Elle mobilise cette année le grand public : « Si vous découvrez un nid, un seul réflexe à avoir, nous contacter*. »
« Il s’agit d’aller assez vite, explique Kévin Le Tohic, coordinateur petit gibier dans le département. Dans l’idéal, il ne doit pas s’écouler plus de trois heures entre la récolte et la mise en couveuse. Il faut rapidement les mettre à l’abri. » Laissés au grand air, les œufs font vite le régal des opportunistes corneilles. En 2017, 12 nids de faisans ont ainsi été sauvés, pour 98 œufs donnant 62 jeunes, et 4 nids de perdrix grises pour 40 œufs dont 18 ont éclos. « Le succès dépend aussi de l’avancée de la couvaison dans la nature. Si on est vers la fin, c’est plus sensible », précise l’expert.


Dans l’idéal, il ne doit pas s’écouler plus de trois heures entre la récolte des œufs et la mise en couveuse. Nicolas Bestel
Les poussins prennent ensuite la direction du Conservatoire des souches de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) à Auffargis (Yvelines), qui recueille aussi ceux de l’Eure, la Somme, la Seine-Maritime et du Loir-et-Cher, départements impliqués dans cette sauvegarde. « Il s’agit de préserver génétiquement l’espèce », explique Kévin Le Tohic. Chaque année, les territoires qui ont fourni des œufs reçoivent des volatiles adultes. « Les oiseaux appartiennent à tout le monde, bien sûr. C’est surtout une façon de remercier ceux qui jouent le jeu », poursuit le coordinateur.

Mais pourquoi, si l’espèce est en danger, ne pas arrêter de la tuer ? « Ce serait trop simple », assure Kévin Le Tohic, pour qui les chasseurs ne sont qu’une partie de l’équation. « La perdrix grise souffre aussi énormément de la disparition des insectes et de la modernisation agricole, reprend-il. Il est nécessaire d’accompagner le repeuplement. Cet oiseau n’est d’ailleurs pas chassable dans plusieurs secteurs du département. C’est le cas depuis 2014 à Grandvilliers et le nombre de couples ne commence à augmenter que cette année. »

Une barre pour sauver les animaux des machines

Selon l’ONCFS, « les travaux de récolte figurent parmi les opérations agricoles les plus destructrices pour la faune sauvage ». Et si les oiseaux nichant au sol, comme la perdrix grise ou le faisan, finissent souvent broyés, les faons des chevreuils sont aussi touchés. Il existe pourtant une solution : la barre d’envol. « Elle se place à l’avant des machines agricoles. Elle fouette le sol, prévenant ainsi l’animal qui a le temps de s’enfuir », détaille Kévin Le Tohic.
La barre d’envol reste encore marginale dans le département. « Je sais qu’il y en a deux dans le secteur de Grandvilliers. Dans le commerce, cela coûte environ 2 000 €. On peut aussi s’en fabriquer une en étant un peu bricoleur », avance le spécialiste. La fédération des chasseurs de l’Oise apporte une subvention de 200 € pour tout achat.

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 23 Mai 2018 - 9:25
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Oise : les chasseurs se mobilisent pour sauver faisans et perdrix grises
Réponses: 0
Vues: 66

300 000 tonnes d'huile de palme importées par an, le deal autorisé par l'État pour faire tourner la bioraffinerie de Total

https://www.demotivateur.fr/article/total-autorise-par-le-gouvernement-francais-a-importer-300-000-tonnes-d-huile-de-palme-par-an-pour-produire-du-biocarburant-au-grand-dam-des-ecologistes-13489

Après avoir, en novembre dernier, reconnu que la promesse de campagne d’Emmanuel Macron, et la sienne, de réduire la consommation d’électricité nucléaire à 50% d’ici 2025 (soit la réduire de 25% par rapport à notre consommation actuelle) était intenable, Nicolas Hulot, une fois encore, s’éloigne de ce qu’il avait avancé.
Le Ministre de la Transition Écologique a en effet quelque peu dévié de son Plan Climat, qui avait pour but de stopper l'importation d'huile de palme en France, en autorisant Total à importer 300 000 tonnes d’huile de palme par an pour sa bioraffinerie de La Mède, censée ouvrir dans quelques semaines.

Une décision qui ne semble pas la plus appropriée pour protéger l’environnement, la production d’huile de palme étant une importante cause de déforestation, notamment en Malaisie et à Bornéo.


L’ONG Greenpeace comptait sur Nicolas Hulot pour mettre un frein à la consommation d’huile de palme de Total dans le cadre de l’ouverture prochaine de sa bioraffinerie à La Mède, dans les Bouches-du-Rhône. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la douche a dû être froide, puisque le Ministre de la Transition Écologique a autorisé Total à utiliser 300 000 tonnes d’huile de palme au maximum par an avec sa bioraffinerie, contre les 550 000 tonnes qui auraient dû être initialement importées, selon les estimations.


M. Hulot, qui avait demandé à Total de réduire « au maximum » l’importation d’huile de palme pour sa production de biocarburant, s’est défendu en expliquant mercredi 16 mai sur le plateau de BFMTV que l’« on ne peut pas avoir tout du jour au lendemain », que la réduction de l’utilisation de l’huile ne peut qu’être progressive. La majorité de l’huile de palme importée provient d’Indonésie et de Malaisie, où une véritable déforestation est en train de faire des ravages, au nom de l’approvisionnement mondial en huile de palme.

Arnaud Rousseau, le président de la Fédération des producteurs d'oléagineux et de protéagineux, s’insurge dans La Tribune. Au lieu d’utiliser de l’huile de colza issue de l’agriculture française pour produire du biocarburant, on laisse Total importer en France de l’huile de palme provenant de Malaisie et d’Indonésie :

« Pour les producteurs de colza français, c'est une perte de marché très importante, et que ce soit validé par le ministre d'État et fait par la première entreprise française, ça m'étonnerait que les agriculteurs restent comme ça sans réagir ».

L’Obs y voit une manière de « faire plaisir à Total, à l’Indonésie, et à la Malaisie », et notamment de maintenir les relations commerciales entre la France et ces pays qui ont déjà menacé de ne plus acheter d’avions de guerre à l’héxagone s’il décidait d’entraver le commerce de l’huile de palme, ne serait-ce que par le biais d’une taxe.

Tags #singes #faune #sauvage #déforestation #cruauté #maltraitance #espèces #menacées #environnement #écosystème
par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 14:23
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: 300 000 tonnes d'huile de palme importées par an, le deal autorisé par l'État pour faire tourner la bioraffinerie de Total
Réponses: 0
Vues: 53

La France s’oppose à un moratoire européen sur la chasse à la tourterelle des bois

https://reporterre.net/La-France-s-oppose-a-un-moratoire-europeen-sur-la-chasse-a-la-tourterelle-des

La semaine du 7 mai, la France s’est opposée à la proposition de la Commission européenne de moratoire de la chasse à la tourterelle des bois, espèce en danger au niveau mondial (liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature — UICN), alerte la Ligue de protection des oiseaux (LPO) dans un communiqué daté du 17 mai. La tourterelle des bois a disparu de nombreux pays comme le Royaume Uni et ses populations ont chuté de 80 % en trente ans. 100.000 d’entre elles sont pourtant tuées chaque année dans l’Hexagone, selon l’association.
En 2015, vingt espèces menacées ou quasi menacées dans l’Union européenne étaient encore chassées en France, malgré leur mauvais état de conservation. Parmi les espèces en danger, la tourterelle des bois et le fuligule milouin sont vulnérables au niveau mondial. Suivent dix-huit espèces menacées au niveau de l’Union Européenne comme la barge à queue noire, la sarcelle d’été, le combattant varié, le courlis cendré, le fuligule milouinan, la grive mauvis, l’huîtrier pie, le lagopède alpin, la perdrix bartavelle ou le vanneau huppé. Et encore, n’apparaissent pas dans ces listes les espèces dont le mauvais état de conservation est reconnu en France, tels la bécassine des marais (en danger), la gélinotte des bois et le grand tétras (vulnérables) ou encore la sarcelle d’hiver également vulnérable. Des espèces qui s’effondrent, comme l’alouette des champs, ne font pas encore partie de cette liste noire. Et la France continue d’autoriser leur piégeage sous prétexte de « tradition », s’insurge l’association.



Tag oiseau #oiseaux #rapaces #chasse #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 11:27
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: La France s’oppose à un moratoire européen sur la chasse à la tourterelle des bois
Réponses: 0
Vues: 71

Prise de bec entre députés macronistes

https://news.sfr.fr/actualites/politique/prise-de-bec-entre-deputes-macronistes-1451444.html

Les uns combattent la souffrance animale, les autres défendent les agriculteurs. Peut-on faire les deux...en même temps?
En 2013, une jeune professeure d'anglais de 30 ans, férue de psychologie, entame un diplôme universitaire d'éthologie à l'université de Toulon. Sous la direction du neuropsychiatre Boris Cyrulnik, Emilie Guérel se passionne pour l'étude des comportements humains et animaliers. Découvrir les souffrances des bêtes d'élevage est un choc. Les vidéos de l'association L214, compilations insoutenables des mauvais traitements subis par les animaux dans les abattoirs, l'émeuvent intensément. A l'époque, la simple citoyenne ne peut rien, à part s'indigner. Quatre ans plus tard, magie du macronisme, la voilà propulsée à l'Assemblée nationale dans la foulée de l'élection du président de la République. Et c'est désormais en tant que députée qu'elle rencontre, dans son département du Var comme à Paris, les militants de la cause animale.
Emilie Guérel, députée REM du Var, a été sensibilisée à la condition animale en suivant une formation en éthologie sous la direction du neuropsychiatre Boris Cyrulnik. AFP
"Si la société a évolué dans son rapport à l'alimentation et aux animaux, il est normal que nous en soyons le reflet", observe Anne-Laurence Petel, députée REM des Bouches-du-Rhône. Comme Emilie Guérel, elle fait partie des jeunes élus revendiquant une forte sensibilité à la cause animale. La loi agriculture et alimentation, examinée dans l'Hémicycle à partir du 22 mai, est leur première occasion de mener le combat.

"Tu vas nous emmerder combien de temps avec tes amendements ?"

Un simple article du texte, prévoyant un durcissement des sanctions contre les maltraitances animales, leur sert de porte d'entrée pour multiplier les amendements. Vidéosurveillance dans les abattoirs, interdiction de la vente d'oeufs de batterie dès 2022, limitation du temps de transport des animaux d'élevage... de quoi mettre le monde des agriculteurs en émoi. "Une boîte de Pandore a été ouverte avec cet article, reconnaît le député REM Loïc Dombreval, seul vétérinaire de profession au Palais-Bourbon. Je ne pense pas que le ministre de l'Agriculture s'attendait à autant d'amendements."
Président du groupe d'études sur la condition animale à l'Assemblée, Loïc Dombreval est le plus prodigue en propositions pro-animaux. Il s'est attiré les foudres des professionnels et d'une partie de ses collègues en proposant d'en finir avec l'élevage de lapins en cage. "Ils représentent 2% de la viande produite en France, pour 10% des antibiotiques consommés dans les élevages. Au-delà de la souffrance des lapins, cela pose un problème de santé humaine", argue-t-il. "Tu vas nous emmerder combien de temps avec tes amendements ?", lui lance, en avril, sur le ton de l'humour - les deux hommes sont amis de longue date - le président du groupe MoDem à l'Assemblée, Marc Fesneau. "Si tu veux, Marc, on prend les sujets un par un. Et je vais t'expliquer de manière scientifique le lien entre bien-être animal et bien-être de l'homme", rétorque Loïc Dombreval.

Amis des bêtes contre pragmatiques

L'affaire des lapins en cage est révélatrice de la fracture de la majorité. Les uns parlent de protection animale, les autres répondent pragmatisme et économie. Quitte à caricaturer les députés amis des bêtes en Bisounours. "Aujourd'hui, si on élève des lapins en liberté, on fait comment ?, interroge le rapporteur du projet de loi, Jean-Baptiste Moreau, éleveur de bovins dans le civil. Ça creuse, un lapin ! Ou alors on les met sur du béton ?" "Ils ont l'air mignon, comme ça, les lapins, renchérit le député MoDem Nicolas Turquois. Sauf qu'en réalité, en liberté, ils se bouffent entre eux !" Comme des parlementaires dans un hémicycle. "Même s'il y avait quelques cas de cannibalisme, cela n'atteindrait jamais les 27% de lapins en cage qui, actuellement, meurent avant d'atteindre l'âge de l'abattage", n'en démord pas Loïc Dombreval.
Loïc Dombreval, député REM des Alpes-Maritimes : "Les animaux ne votent pas, mais certains votent pour eux." AFP
Les pragmatiques de la majorité ne sont pas aidés par les promesses de campagne d'Emmanuel Macron. En réponse au manifeste Animal Politique, envoyé à tous les candidats à l'élection présidentielle par 26 associations de protection animale, comme la SPA ou la Fondation 30 Millions d'amis, le futur président de la République s'avance beaucoup par écrit. En avril 2017, il s'engage à interdire dès 2022 la vente au consommateur d'oeufs en batterie. Il promet aussi la mise en place de la vidéosurveillance dans les abattoirs.
"Ce n'était pas dans le programme présidentiel. C'était juste une réponse écrite à des associations", minimise aujourd'hui Jean-Baptiste Moreau. "Je peux vous garantir qu'Emmanuel Macron n'a jamais lu ce questionnaire, se lamente un député REM venu du monde de l'agriculture. Vous savez comment ça marche, une campagne électorale ? Des questionnaires comme celui-ci, on en reçoit une quinzaine par jour !"

Le sparadrap du capitaine Macron

Au printemps 2018, la majorité présidentielle rétropédale. Pas question d'imposer de nouvelles normes aux éleveurs de poules, alors qu'ils n'ont pas fini d'amortir les investissements précédemment exigés. En commission des Affaires économiques, la date de 2022 a été repoussée à 2028. Finalement, la responsable du texte pour le groupe REM, Monique Limon, prônera en séance une simple interdiction de nouvelles installations d'élevages en batterie. "Il faut que les agriculteurs entendent que la demande des consommateurs change, et qu'ils doivent évoluer. Mais on ne peut pas leur demander de prendre un virage trop serré, assume Nicolas Turquois. Il faut construire des plans de filières."
Quant à la vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs, elle est enterrée. Pour ne pas braquer la profession, mais aussi pour des raisons philosophiques. "Je ne suis pas convaincu que ce soit la bonne solution, résume le député REM Matthieu Orphelin, peu suspect de complaisance avec le lobby de la viande. Sinon, pourquoi ne pas imposer la vidéosurveillance pour les autres professions ?" Les responsables du groupe macroniste ne souhaitaient pas aller au-delà de l'installation d'un référent "protection animale" dans chaque département. Avec la promesse de former et de sensibiliser les professionnels pour éviter dérives et maltraitances. Loïc Dombreval a finalement trouvé, mercredi 16 mai, un accord avec Jean-Baptiste Moreau pour mener une expérimentation dans les abattoirs volontaires pendant deux ans.
Les pro-animaux ont reçu un soutien inattendu. Le 18 avril, Jean-Jacques Bourdin s'empare de la promesse écrite du candidat Macron sur la vidéosurveillance dans les abattoirs. En version moderne du sparadrap du capitaine Haddock, le pugnace interviewer de BFMTV et de RMC promet d'en faire un combat personnel : "Nous allons interpeller régulièrement le président de la République et le gouvernement."

Sous l'oeil des lobbys

A l'extérieur de l'Assemblée, la pression monte. Jean-Baptiste Moreau subit de violentes attaques sur les réseaux sociaux depuis le passage du texte en commission, le mois dernier. Son plus grand crime ? Avoir traité de "bobo parisien" le journaliste Hugo Clément, végétarien convaincu, qui lui demandait des comptes sur la condition animale.

De son côté, L214 a publié plusieurs vidéos ces derniers jours, dont une commentée par l'actrice Sophie Marceau, montrant des poules en batterie décharnées et déplumées dans plusieurs élevages français. L'association assortit son offensive médiatique d'un sondage Ifop : 80% des Français estiment qu'il est du devoir des députés de "voter favorablement les amendements défendant la condition animale".

"Les amendements L214 sont faciles à repérer. Ils sont copiés, au mot près, par plusieurs députés", grommelle Jean-Baptiste Moreau. Il tempère aussitôt : "Il y a aussi des amendements FNSEA qui reviennent en boucle." Le rapporteur du projet de loi refuse de rencontrer la turbulente association de protection animale. "L214, ce sont des abolitionnistes de l'élevage. Il faut être conscient de leur volonté politique réelle, assène-t-il. Si on accepte leurs amendements ils voudront aller plus loin."

"Tu vois Jean-Baptiste, je mange de la viande."

Loïc Dombreval et Jean-Baptiste Moreau se sont croisés par hasard au restaurant, mardi 15 mai, à l'heure du déjeuner. "Tu vois, Jean-Baptiste, je mange de la viande !", l'a taquiné le vétérinaire. "Je ne supporte pas que l'on me renvoie dans mes 22 en me traitant de bobo parisien ou en m'accusant d'être à la solde des associations abolitionnistes", confie-t-il.
Jean-Baptiste Moreau, rapporteur REM du projet de loi issu des Etats généraux de l'alimentation, à l'Assemblée nationale. AFP
Les amendements de Loïc Dombreval et de ses camarades n'ont guère de chance d'être adoptés. "Ce qui compte, ce n'est pas que des députés soient sensibles à la cause animale, mais que cela se sente dans les textes votés, s'emporte le député non-inscrit Olivier Falorni, grand défenseur de la vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs. Je ne les ai pas vus se rebeller quand tous leurs amendements ont été balayés en commission."
Les macronistes pro-animaux ne sont pas des enragés. Par souci d'apaisement, ils ont accepté de glisser sous le tapis un sujet explosif : l'étiquetage en fonction du mode d'abattage. Au nom de la laïcité, il s'agirait d'indiquer aux consommateurs si la viande dans leur assiette vient de bêtes tuées sans étourdissement préalable, selon le rituel juif ou musulman. Il n'y a aujourd'hui aucun moyen de le savoir. "Nos concitoyens ne sont pas mûrs pour discuter de cela", assure un député REM. Régulièrement, le Front national se saisit de ce sujet de manière polémique. Il ne manquerait pas de se délecter d'un affrontement au sein de la majorité.

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 11:24
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Prise de bec entre députés macronistes
Réponses: 0
Vues: 80

Montpellier: Deux serpents retrouvés dans une poubelle, l'un d'eux était encore vivant

https://www.20minutes.fr/montpellier/2274671-20180521-montpellier-deux-serpents-retrouves-poubelle-encore-vivant

Surprenante découverte, ce lundi pour des éboueurs, à Montpellier.
Au petit matin, ils ont retrouvé lors de leur tournée deux serpents​ dans une cage en plastique, au milieu des ordures, relate Midi Libre. L’un mort, l’autre encore vivant.

Jetés dans un conteneur

Les sapeurs-pompiers de l’Hérault ont été dépêchés sur place pour récupérer ces deux impressionnantes couleuvres américaines, jetées dans un conteneur du centre-ville.
L’animal qui a survécu a été confié dans la matinée à la société des Serpents du monde de Villeneuve-les-Maguelone, près de Montpellier, poursuit le quotidien régional.

Tags #reptiles #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 9:39
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Montpellier: Deux serpents retrouvés dans une poubelle, l'un d'eux était encore vivant
Réponses: 0
Vues: 71

Montpellier: Après des singes magot, deux perroquets gris du Gabon étaient détenus illégalement chez des particuliers

https://www.20minutes.fr/montpellier/2274511-20180521-montpellier-apres-singes-magot-deux-perroquets-gris-gabon-detenus-illegalement-chez-particuliers



Il y a quelques semaines, gendarmes et policiers avaient saisi deux petits singes magot, qui étaient détenus illégalement en cage chez deux particuliers de l'Hérault.
Vendredi, ce sont cette fois deux perroquets gris du Gabon qui ont été découverts chez des Montpelliérains par les policiers. Ils ont été confisqués et pris en charge.

Protégés par la convention de Washington

Les deux volatiles ont été retrouvés en captivité, dans des cages. Protégés par la convention de Washington, leur détention est soumise à réglementation.
Sur Twitter, les policiers de l’Hérault rappellent que la « détention d’espèces protégées, menacées, dangereuses, fragiles en captivité, sans être titulaire des autorisations requises, constitue une infraction au code de l’environnement ». La sanction encourue est lourde, et peut atteindre 6 mois d’emprisonnement et 9.000 euros d’amende.

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #espèces #protégées #animaux #cruauté #maltraitance #trafic
par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 9:34
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Montpellier: Après des singes magot, deux perroquets gris du Gabon étaient détenus illégalement chez des particuliers
Réponses: 0
Vues: 54

Sophie Marceau publie des images choquantes qui font le tour du web

https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/sophie-marceau-publie-images-choquantes-tour-web-50277



Sophie Marceau apparaît dans une vidéo de l’association L214 dans laquelle elle demande aux députés d’interdire l’élevage des poules en cage.
Sophie Marceau est une femme engagée. Ce dimanche, la comédienne est apparue dans une vidéo publiée par l’association de lutte contre la maltraitance animale L214. Des images choquantes qui ont rapidement fait le tour du web. L’actrice française espère ainsi mobiliser le plus grand nombre sur la nécessité de mettre fin au calvaire des animaux élevés en batterie.
Sur ces images filmées dans une exploitation des Côtes-d’Armor au mois de mars derniers par L214, on y aperçoit des poules entassées dans des cages minuscules où trainent au sol les corps en décomposition de leurs congénères. "180 000 poules sont entassées dans des cages qui s’alignent à perte de vue sur plusieurs étages. Ces oiseaux n’auront jamais connu le ciel, le soleil ni même l’herbe. Seulement le contact dur et inconfortable du sol grillagé de leur cage,"  explique Sophie Marceau dans la vidéo. 
L’actrice du film La Boum poursuit en interpellant les députés à deux jours de l’examen du projet de loi sur l’alimentation. "Nous comptons sur vous pour mettre fin à ce supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses (…) Individuellement, collectivement, nous devons agir car nous ne pouvons plus tolérer d’être complices de la maltraitance des animaux, contraire à nos valeurs, à notre éthique et au respect du vivant".
Ce n’est pas la première fois que l’association L214 est soutenue par une personnalité publique. En décembre dernier, c’est Stéphane Bern qui était apparu dans une vidéo similaire. 

Tags #animaux #boucherie #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 9:28
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Sophie Marceau publie des images choquantes qui font le tour du web
Réponses: 0
Vues: 67

"L214 n'en a rien à foutre du bien-être animal" : pour un responsable de la FNSEA, l'association "prend toujours un cas isolé"

https://www.francetvinfo.fr/animaux/bien-etre-animal/maltraitance-dans-les-abattoirs/l214-n-en-a-rien-a-foutre-du-bien-etre-animal-pour-un-responsable-de-la-fnsea-l-association-prend-toujours-un-cas-isole_2762597.html#xtor=CS2-765-[twitter

Après la diffusion d'une vidéo de L214 et de l'actrice Sophie Marceau dénonçant les conditions de vie des poules pondeuses d'un élevage des Côtes-d'Armor, le responsable du bien-être animal à la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et éleveur en bio dans le Cher, Etienne Gangneron, réagit lundi 21 mai sur franceinfo. S'il reconnaît qu'"il y a des mauvaises pratiques qui sont identifiées dans certaines vidéos et qui ne sont pas tolérables aujourd'hui", il dénonce aussi les méthodes de l'association qui, selon lui, "n'en a rien à foutre du bien-être animal".
Ils sortent les vidéos plusieurs mois après, parce qu'il y a le débat sur les États généraux de l'alimentation.Etienne Gangneronà franceinfo
"Avec ces vidéos, on prend toujours un cas isolé, toujours avec des mauvaises pratiques", regrette Etienne Gangneron. Selon lui, l'objectif de L214 est de "faire croire que c'est l'ensemble des éleveurs qui travaille de cette manière". Le responsable de la FNSEA pense que l'association agit selon "un calendrier médiatique", car "ces vidéos, ils les ont en stock depuis un moment, si vraiment ils voulaient protéger les animaux, ils les auraient sorties au moment où ils les ont filmées pour que ça s'arrête", argue-t-il.
Sébastien Arsac répond, lundi sur franceinfo, que les vidéos "ont été tournées en mars et en avril. Trois vidéos successives, donc elles n'ont pas été gardées en stock, elles sont toute fraîches". Le cofondateur et porte-parole de L214 explique que "ce sont des images qui rappellent la réalité, à un moment donné, aux députés parce qu'il va y avoir une opportunité ou un moment important pour interdire ce types d'élevages". Toutefois, le militant reconnaît que les images sont parfois gardées pour être diffusées à des moments précis, "parce qu'il y a une opportunité, un vote, je trouve que c'est tout à fait naturel".
L'objectif de L214 "est très ambigu", estime Etienne Gangneron. "D'un côté leur position de fond c'est l'abolitionnisme, donc arrêter tout élevage, mais ils savent très bien que c'est quelque chose dont les Français n'ont pas envie", affirme le membre de la FNSEA. Sébastien Arsac, de L214, "ne fait pas confiance aux acteurs, ils les provoquent, les traite de criminels. Ces méthodes ne sont pas acceptables. Nous, il faut que l'on travaille sur la confiance", se désole Etienne Gangneron.

"Lobbying des associations"

Plus largement, Etienne Gangneron dénonce "le lobbying des associations de protection des animaux qui font une pression monstrueuse sur les distributeurs et opérateurs de la filière pour qu'ils arrêtent de diffuser les œufs". Selon le responsable du bien-être animal à la FNSEA, "on ne travaille pas dans un climat de confiance. On travaille dans un climat délétère où on traite les éleveurs de criminels. Ce n'est pas comme ça qu'on avance".
Une majorité de Français rejette ces méthodes d'élevage, ce que comprend Etienne Gangneron. Pour lui, "il y a des conditions et des pratiques qui ne sont pas bonnes et qu'il faut améliorer". Mais l'éleveur pointe le coût pour ceux qui sont prêts à changer leurs méthodes de travail pour prendre en compte le bien-être animal : "Combien de consommateurs sont prêts à payer un peu plus cher ?". Pour lui, "il faut à un moment donné regarder les vrais problèmes en face. Il y a un vrai problème de revenu pour les éleveurs. Ils ne peuvent pas se permettre d'abandonner leur système actuel. Pour cela, il faut qu'ils aient un revenu en face et qu'on inscrive ça dans un calendrier cohérent dans le temps".



Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance


par Choupi91
le Mar 22 Mai 2018 - 9:23
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: "L214 n'en a rien à foutre du bien-être animal" : pour un responsable de la FNSEA, l'association "prend toujours un cas isolé"
Réponses: 1
Vues: 61

Nîmes : début de la feria dans un contexte de baisse de fréquentation pour la corrida

https://www.sudradio.fr/societe/nimes-debut-de-la-feria-dans-un-contexte-de-baisse-de-frequentation-pour-la-corrida

C’est parti pour cinq jours de festivités à Nîmes ! Lancée dans les années 1980, la feria de la Pentecôte reste aujourd’hui le plus grand rendez-vous tauromachique en France. Courses camarguaises, cortège de la Pégoulade, défilé d’un serpent géant porté par des chanteurs et des danseurs, et bien sûr les traditionnelles corridas sont au programme. Mais depuis 2015, les corridas de Nîmes perdent pas moins de 5% de spectateurs par an. Pas de quoi inquiéter cependant Frédéric Pastore, adjoint au maire en charge de la tauromachie et des festivités.
"Sur les dernières années, il y a eu une stabilisation après la petite baisse des années 2014-2015. Les chiffres sont en train de remonter, il y a beaucoup d’optimisme sur ce plan-là, avec beaucoup de jeunes toreros qui poussent derrière et qui sont de grandes vedettes en devenir. Et puis il y a aussi un renouvellement du public, et c’est quelque chose de tout à fait normal. Sur l’ensemble des villes taurines, il n’y a pas de désaffection et de perte de vitesse. Je vois tous les hôtels et restaurants se préparer pour ce grand mouvement populaire et je ne peux être qu’optimiste", assure-t-il au micro de Sud Radio.

"On vit une époque troublée, les gens n’ont plus envie de corrida"

Mais alors que les spectacles de corridas sont de plus en plus critiqués par les associations de protection et défense des animaux, Claire Starozinski, présidente de l’Alliance anti-corrida, affirme que la baisse de fréquentation observée est tout sauf un hasard. "73% des Français ne veulent plus de corrida. On vit une époque troublée et les gens n’ont plus envie de ça", clame-t-elle. Mais pour André Viard, président de l’Observatoire national des cultures taurines, la raison est à chercher ailleurs.
"C’est surtout dans la fréquentation des férias qu’il y a perte de vitesse, et celle-ci est directement liée aux récents attentats que la France a connu. Ils imposent des mesures de sécurité tout à fait normales mais qui compliquent l’arrivée des gens jusqu’aux arènes et qui dissuadent aussi pas mal de personnes de se rendre dans de grands regroupements festifs. On s’aperçoit heureusement que là aussi, la tendance s’inverse puisque les prévisions des fêtes taurines cette année sont largement à la hausse par rapport à l’an dernier et il y a deux ans", indique-t-il.

Tags #corrida #animaux #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 14:25
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Nîmes : début de la feria dans un contexte de baisse de fréquentation pour la corrida
Réponses: 1
Vues: 128

L'huile de palme, une industrie très controversée

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_l-huile-de-palme-une-industrie-tres-controversee?id=9920291

Elle est largement utilisée par l’industrie alimentaire mais pas seulement. L’huile de palme a une réputation sulfureuse due à son exploitation.

Kidnappings, passages à tabac, disparitions… En Indonésie, il ne fait pas bon s’opposer à la puissante industrie de l’huile de palme. Huit opposants à l’huile végétale auraient en effet été tués dans le pays entre 2002 et 2014. C’est le cas de Butchy, un fermier "qui a été kidnappé puis tué par les gardes de sécurité d’une compagnie car il voulait récupérer ses terres", raconte son ami, Feri Irawan, un activiste local. 

Une industrie loin d’être bio

Si l’huile de palme est surtout connue pour son utilisation dans les denrées alimentaires, pas moins de 46 % de la production mondiale sert à produire des biocarburants. Toutefois, cette énergie n’aurait pas grand chose de "bio" puisque les émissions qui s’en dégagent seraient trois fois plus polluantes que celles des carburants fossiles, selon une étude commandée par la Commission européenne.
De plus, on estime que toutes les 30 secondes, son exploitation ampute la forêt indonésienne de l’équivalent d’un terrain de football. Cette déforestation massive est un véritable danger pour des espèces rares telles que l’orang-outan.

Interdite dans les carburants d'ici à 2021

En conséquence de tous ces points négatifs pour l’écologie, le Parlement européen a voté, le 16 février 2018, l’interdiction de l’huile de palme dans les carburants d’ici à 2021. La France se serait alors opposée à cette interdiction qu’elle aurait qualifié de "discriminante" pour l’huile de palme, dans une lettre adressée aux institutions européennes relayée par Le Canard enchaîné.
Une "bio-raffinerie" devrait d’ailleurs être mise en service par Total dès l’été à La Mède, près de Marseille. Le projet pourrait faire grimper les importations françaises de 64 % avec quelques 500 000 tonnes d’huile de palme produite.


Tags #singes #faune #sauvage #espèces #menacées #déforestation #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 11:12
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: L'huile de palme, une industrie très controversée
Réponses: 0
Vues: 90

Une quarantaine d’activistes de la cause animale pénètrent dans les abattoirs d’Anderlecht et s’enchaînent pour empêcher l’abattage (vidéo)

http://www.sudinfo.be/id54541/article/2018-05-17/une-quarantaine-dactivistes-de-la-cause-animale-penetrent-dans-les-abattoirs

Une quarantaine d’activistes de l’association «269 Libération Animale» se sont introduits dans la nuit de mercredi à jeudi dans les abattoirs d’Anderlecht afin d’y empêcher l’abattage d’animaux. Ils se sont enchaînés et ont bloqué la chaîne par laquelle arrivent les animaux destinés à être abattus. Il n’y a pas eu d’incidents et ils ont quitté les lieux après avoir reçu quatre chevreaux, indique jeudi la zone de police Midi (Anderlecht, Saint-Gilles, Forest).

Source Facebook
Les activistes ont pénétré sur le site des abattoirs d’Anderlecht dans la nuit de mercredi à jeudi vers 2h30, et l’ont quitté après leur action vers 5h20.
«A travers cette action directe et non-violente, l’objectif des militants de l’antenne belge de l’association 269 Libération Animale était le blocage total de la ’production’ et par conséquent de l’abattage des animaux. C’est une première en Belgique. Les activistes ont occupé et bloqué le ’couloir de la mort’ à l’intérieur de l’abattoir. Nous qualifions ainsi le couloir dans lequel sont poussés les animaux pour atteindre le poste de tuerie», indique l’association militante.
«Cette action directe permet de créer un véritable mouvement d’émancipation visant à sortir de l’ombre une classe opprimée: les animaux non-humains, exploités par milliards dans nos sociétés modernes», conclut-elle.



Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 11:04
 
Rechercher dans: La réalité des abattoirs
Sujet: Une quarantaine d’activistes de la cause animale pénètrent dans les abattoirs d’Anderlecht et s’enchaînent pour empêcher l’abattage (vidéo)
Réponses: 0
Vues: 68

Elle mange des animaux en voie d’extinction

http://www.tilllate.com/fr/story/youtubeuse-mangeuse-animaux?ref=20min-story

Pour se faire de la thune et atteindre la gloire sur les réseaux sociaux, une jeune youtubeuse du Cambodge dépouille, cuisine et mange des animaux menacés d’extinction. Elle a été punie pour cela.

Requins, lézards, chats sauvages et serpents font partie des spécialités qu’Ah Lin a consommé sur sa chaîne YouTube. Tout cela, pour quelques «like» et suiveurs de plus et pour se faire de l’argent grâce à la publicité. Le problème, c’est que nombre de ces animaux sont menacés d’extinction. Du coup, la youtubeuse s’est attirée de gros ennuis avec ses envies de viande hors du commun.
Ils demandent pardon
Les défenseurs des droits des animaux ont eu vent de sa chaîne «Natural Life TV», qui compte près de 30 000 abonnés et sur laquelle la jeune femme montre à ses fans comment vivre, chasser et surtout cuisiner avec les ustensiles les plus rudimentaires possibles. De manière similaire à ce que l’on fait lors de notre entraînement à la survie, à la différence près qu’on ne s’attire pas les foudres des autorités.
Ah Lin Tuch et son mari, qui a filmé les étranges excursions culinaires de son épouse, ont demandé des excuses pour leur comportement indécent, selon les médias britanniques. Ils auraient néanmoins acheté les animaux consommés sur un marché voisin. Allons donc!
Bien qu’«un seul» des animaux consommés serait menacé d'extinction, les autres seraient néanmoins protégés. Par conséquent, toutes les excuses sont vaines, car le chef de l'Agence de protection de l'environnement au Cambodge a annoncé que des poursuites judiciaires avaient été engagées contre le couple. Elle aurait mieux fait de se consacrer à un entraînement à la survie végétarien.



Tags #univers #marin #aquatique #chats #reptiles #espèces #menacées #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 10:51
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Elle mange des animaux en voie d’extinction
Réponses: 1
Vues: 95

Bétail: la vidéo choc contraint à une nouvelle loi

http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/Betail--la-video-choc-contraint-a-une-nouvelle-loi-20749653

Canberra annonce ce jeudi des mesures pour encadrer les conditions dans lesquelles est exporté le bétail vivant.


Les moutons étaient transportés dans des conditions déplorables. (Photo: Capture d'écran YouTube)

L'Australie exporte chaque année pour plus de 800 millions de dollars australiens (500 millions d'euros) d'animaux vivants, un secteur lucratif de plus en plus mis en cause par les défenseurs du bien-être animal.
La dernière vidéo en date, filmée à bord du cargo battant pavillon panaméen Awassi Express au cours de cinq voyages l'an dernier entre l'Australie, le Qatar, le Koweït et Oman, avait été diffusée en avril par l'association Animals Australia.
Elle montrait des bêtes entassées dans des enclos, agonisant dans leurs excréments et peinant à respirer dans des réduits mal ventilés et trop chauds du bateau embarquant plus de 50'000 moutons vivants (visible ci-dessous).
What happens on live export ships? from Animals Australia on Vimeo.
Après une enquête de ses services, le ministre australien de l'Agriculture David Littleproud a qualifié jeudi ces images de «scandaleuses» mais n'a pas suivi les ONG demandant un moratoire.
«Il n'y aura pas d'interdiction du transport de moutons vivants vers le Proche-Orient cet été», a-t-il dit aux journalistes. «Cependant, après cette enquête, nous allons prendre des mesures importantes pour changer les pratiques du secteur.»
Les exportateurs seront désormais tenus d'augmenter l'espace disponible pour les animaux, qui se verront accorder jusqu'à 39% de place supplémentaire, selon un barême dépendant des variations saisonnières de température. Des observateurs indépendants voyageront en outre à bord de tous les bateaux embarquant du bétail.
Les violations des nouvelles régulations seront assorties d'amendes allant jusqu'à 4,2 millions de dollars australiens et les responsables des entreprises en infraction passibles de peines allant jusqu'à dix ans de prison.
Les organisations engagées dans la défense de la cause animale ont jugé insuffisantes les mesures gouvernementales. Elles demandaient une suspension de tous les voyages à destination du Proche-Orient cet été.
En 2013, l'Australie avait suspendu pendant plusieurs mois ses exportations de bêtes vivantes à destination de l'Egypte après la diffusion de vidéos montrant des mauvais traitements infligés aux vaches.

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 10:47
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Bétail: la vidéo choc contraint à une nouvelle loi
Réponses: 0
Vues: 85

Il tire sur le chevreuil et blesse un chasseur de la battue

https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/17/2799501-tire-chevreuil-blesse-chasseur-battue.html

Le bras en écharpe et de belles bacchantes, Bernard, 73 ans, s'approche lentement à la barre du tribunal. Le septuagénaire qui a du mal à s'exprimer après un accident cérébral vasculaire, est poursuivi pour des blessures commises lors d'un accident de chasse en novembre 2015, à Montauban. Venue avec une béquille, la victime, a dû faire bien des démarches pour voir son statut de partie civile enfin reconnu. Perdu dans un placard entre l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et le commissariat, le dossier est repris l'an passé par le parquet suite aux sollicitations de la victime. La présidente Vanessa Maury revient sur les faits. Au cours d'une battue au chevreuil, Bernard qui fait partie de la ligne de tireurs ne respecte pas l'une des règles de bases de ce type de chasse : à savoir ne pas tirer au-delà de l'angle des 30 degrés. Le prévenu, en effet, qui voit débouler un chevreuil, suit l'animal avec son fusil et tire sans se préoccuper de cet angle de tir de sécurité. Il blesse à la cuisse le tireur sur sa droite. «Pourquoi avez-vous tiré?», l'interroge la présidente. Le prévenu marmonne. La juge lit son procès-verbal où le mis en cause explique : «On m'avait expliqué cette règle, mais je n'ai jamais vraiment compris». Surpris par cette déposition, Guy Terracol, l'un des juges assesseurs, prend la parole en expliquant la simplicité de la règle. «Vous vous rendez compte que si cela avait été un sanglier, les dégâts auraient été terribles pour la victime», le sermonne G. Terracol visiblement fin connaisseur de ces questions. «Vous aviez pourtant émargé sur la feuille de la battue confirmant que vous aviez bien compris le règlement», poursuit la juge. Le septuagénaire acquiesce et lâche : «Maintenant, je vais à la pêche». Une réponse que l'avocat de la partie civile, Me Philippe Briat commente avec sa verve. «C'est mieux que vous changiez d'orientation en termes de loisirs !» Et de ne pas épargner dans sa plaidoirie le chasseur : «Vous faîtes peur... Vous n'assimilez pas les règles et cela ne vous inquiète pas. Il y a chez vous une insoupçonnable légèreté qui aurait pu conduire à une tragédie». Réclamant 5 000 € de dommage moral pour son client, l'avocat agenais ne manque pas de retoquer encore le prévenu qui ricane face à cette demande. «Le chasseur futur pêcheur souffle». Au ministère public, Julie Sirère trouve aussi les explications du mis en cause un peu courte. «Il dit que c'est un malheureux accident, il n'a aucune réflexion sur ce qui s'est passé». Elle requiert 1 mois sursis, l'annulation de permis de chasse et la confiscation du fusil. Rassurant le tribunal, Me Stéphanie Nauges, à la défense, confirme que son client ne chassera plus. Elle conteste aussi le bien-fondé des demandes, la victime ayant déjà été indemnisée par une transaction avec l'assurance de son client. Un point sur lequel elle obtient gain de cause, son client est toutefois condamné aux réquisitions et à la confiscation de l'arme.

Tags #faune #sauvage #chasse #pêche #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 8:54
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Il tire sur le chevreuil et blesse un chasseur de la battue
Réponses: 0
Vues: 83

Pas-de-Calais: Un chat découvert mort avec un pieu dans la gorge, le propriétaire porte plainte

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2272231-20180516-calais-chat-decouvert-mort-pieu-gorge-proprietaire-porte-plainte

Il est question de sévice et d’acte de cruauté envers un animal. Un habitant de Roquetoire, près de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, a porté plainte auprès de la gendarmerie après avoir retrouvé sa chatte de 3 ans morte, avec un pieu enfoncé dans la gorge, raconte La Voix du Nord.

Retrouvé près d’un piège

L’animal, baptisé Loupiote, a été découvert dans un fossé le 24 avril, non loin d’un piège à fouines. « Le piège était déjà réarmé avec de l’herbe et un œuf. J’ai vu les poils noirs de mon chat et des taches de sang dans la cage », raconte, au quotidien régional, le propriétaire, âgé de 31 ans et très affecté par la perte de son animal de compagnie.
Selon lui, « ce n’est pas le piège qui l’a tué, c’est un tiers qui est intervenu après et l’a tué dans la cage ». De son côté, le propriétaire de cette cage a assuré ne pas être responsable de la mort du chat et a proposé d’indemniser la victime. Proposition qui a essuyé un refus.

Tag félin #chats #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Jeu 17 Mai 2018 - 8:47
 
Rechercher dans: Histoires de chats - Stories of cats
Sujet: Pas-de-Calais: Un chat découvert mort avec un pieu dans la gorge, le propriétaire porte plainte
Réponses: 0
Vues: 86

Le Kenya va instaurer la peine de mort pour les braconniers

http://www.bfmtv.com/international/le-kenya-va-instaurer-la-peine-de-mort-pour-les-braconniers-1446658.html



Le Kenya veut aller plus loin dans sa lutte contre le braconnage, et souhaite instaurer la peine de mort contre les braconniers. 

Les braconniers ne resteront plus impunis. Les chasseurs s'en prenant aux rhinocéros et aux éléphants pour leurs cornes et défenses en ivoire risqueront désormais la peine de mort, a annoncé le ministre kényan du tourisme et de la protection des espèces sauvages, Najib Balala, rapporte The Independent.

Des mesures insuffisantes 

Pour le responsable politique, les mesures dissuasives déjà en place dans le pays pour empêcher les braconniers de passer à l'acte sont insuffisantes. Désormais, les braconniers encourront la peine de mort.
Le Kenya abrite plusieurs dizaines d'espèces sauvages dans ses parcs et réserves nationaux, parmi lesquels les lions, les rhinocéros, les autruches, les hippopotames, les girafes et les zèbres. Au cours de la seule année 2017, 69 éléphants et neuf rhinocéros ont été tués au Kenya, alors que les deux espèces sont menacées.

Un renforcement de la loi depuis 2013

Malgré sa volonté de protéger les grands mammifères sauvages par tous les moyens, le Kenya risque toutefois de se heurter aux injonctions de l'ONU, puisque celle-ci s'oppose à la peine de mort pour tout crime que ce soit.
Selon les autorités touristiques du Kenya, le braconnage est en baisse dans le pays, grâce au renforcement de la loi sur la protection des espèces sauvages, mis en place en 2013 avec le [url=http://www.kenyalaw.org/lex/actview.xql?actid=No. 47 of 2013]Wildlife Conservation Act,[/url] qui prévoit notamment une amende de 200.000 dollars (environ 169.700 euros). 
Celui-ci aurait permis de réduire de 85% le braconnage des rhinocéros, et de 78% celui des éléphants, par rapports aux tristes records enregistrés en 2012 et 2013.

Tags #éléphants #faune #sauvage #espèces #menacées #braconnage #cruauté #maltraitance #animaux #protection
par Choupi91
le Mer 16 Mai 2018 - 16:02
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Le Kenya va instaurer la peine de mort pour les braconniers
Réponses: 0
Vues: 81

RDC : Elle n’avait que 25 ans, sa mission était de protéger le plus ancien parc national d’Afrique

https://actualite.cd/2018/05/15/rdc-elle-navait-que-25-ans-sa-mission-etait-de-proteger-le-plus-ancien-parc-national-dafrique/



Le corps de Rachel Baraka, garde de parc, tuée le vendredi dernier sur l’axe Kibumba-Kibati (Territoire de Nyiragongo), dans le Parc national des Virunga, en territoire de Nyiragongo a été mise en terre ce lundi 14 mai 2018 à Rumangabo, en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).
Elle n’avait que 25 ans. Elle était l’une des 26 gardes femmes du Parc National des Virunga. Le dimanche 13 mai, le Parc National des Virunga a confirmé la mort de la jeune garde Rachel Masika Baraka lors d’une attaque menée sur un véhicule du parc le vendredi 11 mai. Au cours du même incident, deux personnes de nationalité britannique et un chauffeur de nationalité congolaise étaient kidnappés.
“Elle nous avait convoqué en famille pour nous dire qu’elle voulait embrasser la carrière de garde parc. Nous n’avons pas refusé parce que c’était son choix. Comme elle est morte en service, ça nous enchante. Parce que c’était au service de la nation. Elle était une fille brave et sociale en famille”, a dit à ACTUALITE.CD  Delphin Katembo, frère aîné de la disparue.
“C’était quelqu’un d’extrêmement dévoué à son institution et à son pays. Elle en a payé le prix. Elle est sortie de la première promotion des femmes gardes au parc national des Virunga. Elle avait la volonté extrêmement forte de démontrer que les femmes pouvaient faire le travail traditionnellement réservé aux hommes. Elle a su le montrer. Elle est une inspiration pour tous les jeunes de sa génération, hommes et femmes”, a témoigné sur ACTUALITE.CD, Emmanuel De Merode, directeur et chef de site du Parc national des Virunga. « La vie de la jeune garde Rachel Baraka a pris fin de manière abrupte alors qu’elle accomplissait son travail au service au Parc National des Virunga. Elle était l’une des 26 gardes femmes du parc. Son engagement était sans faille et elle montrait beaucoup de courage au travail. Nous exprimons nos condoléances les plus sincères à sa famille et notre reconnaissance sincère pour le service à son pays. Nos remerciements vont aussi au gouvernement britannique pour leur support durant ces évènements pénibles », a ajouté Emmanuel de Merode, dans un communiqué.

« Mes pensées se tournent maintenant vers la famille de Rachel Baraka, gardienne du parc des Virunga, qui a été tuée lors de l’enlèvement (…) », a dit le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson.
Créé en 1925, Le Parc National des Virunga est un Site du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Il est le plus ancien parc national d’Afrique et la zone protégée la plus diversifiée du continent d’un point de vue biologique, selon les experts. Les 7800 km2 du parc contiennent des forêts, des savanes, des plaines de lave, des marais, des vallées d’érosion, des volcans actifs et les sommets glacés des montagnes du Rwenzori.
Photos par Ley Uwera
Ley Uwera est une photographe née à Goma en République Démocratique du Congo et basée en Afrique de l’Est. Graduée en journalisme, elle utilise la photographie pour documenter l’évolution sociale et culturelle de la partie Est du continent avec un focus sur la RDC. Son travail a déjà été publié par Departures, Huck Magazine, The New York Times ‘‘ LENS ’’ blog, Upworthy, Vantage, Vrij Nederland et d’autres, elle a été exposée à Fès, Istanbul et le LOOK3 Festival of the Photograph à Charlottesville, VA.

Tags #faune #sauvage #trafic #braconnage #déforestation #singes #espèces #menacées #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 16 Mai 2018 - 14:24
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: RDC : Elle n’avait que 25 ans, sa mission était de protéger le plus ancien parc national d’Afrique
Réponses: 0
Vues: 89

Un tigre en cage pour un bal de promo scandalise les défenseurs des animaux

http://www.bfmtv.com/animaux/un-tigre-en-cage-pour-un-bal-de-promo-scandalise-les-defenseurs-des-animaux-1446478.html

Un lycée de Miami, en Floride, a exhibé un tigre en cage à l'occasion de son bal de promotion. Les défenseurs des animaux dénoncent un cas de maltraitance. Face à la polémique, l'établissement a dû présenter ses excuses.

Un tigre en cage pour le bal de promotion. Un lycée catholique de garçons de Miami, en Floride, a décidé de faire intervenir des cracheurs de feu mais aussi des animaux, dont un félidé, à l'occasion de sa fête de fin d'année organisée vendredi dernier dans un luxueux hôtel. Le thème de la soirée était: "Bienvenue dans la jungle".

Un tigre n'a "pas besoin d'être exhibé comme un objet"

Certains lycéens et leurs parents se sont indignés de cette mise en scène, rapporte CBS Miami. C'est le cas de Mari-Cris Castellanos, la sœur d'un des jeunes étudiants, qui dénonce une forme de maltraitance animale. Dans un message accompagné de vidéos de la fête posté sur Facebook, elle estime que le lycée devrait avoir "honte".
"Les tigres sont des animaux sauvages", s'est-elle indignée sur CBS Miami. "Ils n'ont pas besoin d'être exhibés comme des objets pour notre amusement. Ils n'aiment pas le feu, les cages, la musique et les adolescents qui les prennent en photo, ils n'ont pas demandé à se retrouver là. Mais ils n'ont pas de voix."


Agité et tournant en rond dans sa cage

La direction du lycée a assuré à CBS Miami que les animaux -dont un lémurien, un fennec et deux perroquets en plus du tigre- avaient été présentés "dans une situation totalement sous contrôle" et que deux officiers de police étaient sur place pour la démonstration.
"Les animaux ont été présentés selon les dispositions prévues par la commission de conservation de la vie sauvage et aquatique de Floride", a-t-elle ajouté.

"Le tigre, qui a été montré quelques minutes dans une cage, n'a jamais été blessé ou en danger, n'a pas été forcé à faire des tours et a toujours été accompagné par ses dresseurs, et dans la grande majorité du temps, était couché et détendu face à l'assistance." Ce n'est pourtant pas ce que montrent les images, qui laissent apercevoir un animal agité, tournant en rond dans sa cage.

Les excuses du lycée

Selon un représentant du zoo de Miami qui a visionné les images, le tigre était bel et bien dans une situation de stress. "Ses oreilles vont sur les côtés et s'aplatissent sur l'arrière, sa queue n'arrête pas de battre: il cherche un moyen pour s'enfuir", a-t-il expliqué à NBC News.
"Les animaux ont été présentés selon les dispositions prévues par la commission de conservation de la vie sauvage et aquatique de Floride", a-t-elle ajouté.

"Le tigre, qui a été montré quelques minutes dans une cage, n'a jamais été blessé ou en danger, n'a pas été forcé à faire des tours et a toujours été accompagné par ses dresseurs, et dans la grande majorité du temps, était couché et détendu face à l'assistance." Ce n'est pourtant pas ce que montrent les images, qui laissent apercevoir un animal agité, tournant en rond dans sa cage.

Les excuses du lycée

Selon un représentant du zoo de Miami qui a visionné les images, le tigre était bel et bien dans une situation de stress. "Ses oreilles vont sur les côtés et s'aplatissent sur l'arrière, sa queue n'arrête pas de battre: il cherche un moyen pour s'enfuir", a-t-il expliqué à NBC News.

Tags #tigres #faune #sauvage #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 16 Mai 2018 - 13:40
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Un tigre en cage pour un bal de promo scandalise les défenseurs des animaux
Réponses: 0
Vues: 80

Un matador violemment attaqué par un taureau devant les yeux horrifiés des spectateurs.

https://www.ayoyemonde.com/nouvelles/un-matador-violemment-attaque-par-un-taureau-devant-les-yeux-horrifies-des-spectateurs

Un matador dont l'identité n'est pas connu a terriblement souffert quand les choses ne se sont pas passées comme prévu au festival d'Antonio Raimondi, à Ancash, au nord-ouest du Pérou. 
Il s'agissait du 53e anniversaire du populaire festival. 
L'homme d'origine péruvienne était sur le dos du taureau, mais il est tombé. L'imposant animal en a profité pour l'attaquer. 
Le taureau a projeté l'homme dans les airs et il lui a asséner plusieurs coups de cornes. Il avait l'air d'une poupée de chiffon! Une vision horrible pour les gens qui venaient profiter du spectacle. 
Les autres matadors ont tenté d'aider leur collègue, mais le taureau a continué d'attaquer l'homme au sol qui ne pouvait pas bouger. Il a fallu que d'autres personnes le traînent hors de danger. 
On pouvait voir le sang s'écouler de sa blessure dans son dos. Il était dans un état tellement lamentable qu'il ne pouvait pas se sauver lui-même des attaques du taureau. 
La vidéo de l'incident a été diffusée sur les médias et a été vue des dizaines de milliers de fois. 
Selon les médias locaux, le taureau aurait réussi à s'enfuir de l'arène, causant le chaos et la panique dans la foule. Il aurait ensuite été rattrapé et les organisateurs auraient décidé de continuer le spectacle malgré tout. 
On ignore si l'homme d'origine péruvienne s'en est sorti vivant après cette terrible attaque ou s'il a eu des séquelles permanentes. On ne sait pas non plus ce qui est advenu du taureau par la suite. 
Voici la vidéo de l'incident. Nous préférons vous avertir qu'elle pourrait heurter la sensibilité de certains internautes.



Mais ce n'est pas la première fois que l'on assiste à ce genre d'incident. 
Le torero Daniel García Navarrete a cru qu'il allait mourir dans l'arène Las Ventas de Madris, en Espagne, l'an dernier. 
Le jeune homme de 23 ans a affronté un taureau de 1 014 livres, mais le spectacle s'est rapidement transformé en drame, devant les yeux horrifiés des 10 000 personnes présentes. 
Tout le monde a entendu le cri de mort du torero alors que la corne du taureau s'est enfoncée dans sa gorge, dans sa bouche et dans sa langue! 
Daniel García Navarrete avait deux énormes blessures: l'une de 8 pouces de profondeur et l'autre de 6 pouces! 
«Les plaies ont également sectionné les nerfs sciatiques, fracturé une clavicule et provoqué d'importants dommages musculaires», écrit le Daily Mail.
Les spectateurs ont été choqués par ce qu'ils ont vu.

Tags #animaux #corrida #cruauté #maltraitance
par Choupi91
le Mer 16 Mai 2018 - 9:15
 
Rechercher dans: A la une !
Sujet: Un matador violemment attaqué par un taureau devant les yeux horrifiés des spectateurs.
Réponses: 1
Vues: 85

Revenir en haut

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Sauter vers: