Alouette des champs, fauvette grisette... Les oiseaux des campagnes sont en baisse «vertigineuse» en France

Aller en bas

ajouter un message Alouette des champs, fauvette grisette... Les oiseaux des campagnes sont en baisse «vertigineuse» en France

Message par Choupi91 le Mar 20 Mar 2018 - 13:25

https://www.20minutes.fr/planete/2240547-20180320-alouette-champs-fauvette-grisette-oiseaux-campagnes-baisse-vertigineuse-france



L’alouette des champs (photo), la fauvette grisette ou le bruant ortolan -des espèces spécialistes des milieux agricoles- ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. — dimitrisvetsikas1969 / Pixabay

  • Deux études sur le long cours, l’une menée à l’échelle nationale par le Muséum national d’histoire naturelle (MHNH), l’autre à l’échelle locale par le CNRS, font le même constat de pertes massives ces vingt dernières années des populations d’oiseaux de campagne.
  • Certaines espèces d’oiseaux, qu’on ne trouve pas seulement en milieu agricole, seraient aussi moins présentes aujourd’hui dans les campagnes sans être pour autant en déclin à l’échelle nationale. La diminution serait donc propre au milieu agricole.
  • La cause principale de ce déclin serait alors l’intensification des pratiques agricoles ces vingt-cinq dernières années.

 
A l’automne dernier, une équipe de chercheurs allemands et britanniques, emmenée par l’universitaire Caspar Hallmann, évaluaient de 75 % à 80 % le déclin de la biomasse des insectes volants sur le territoire allemand. Ce mardi, le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) annoncent des résultats tout aussi alarmistes. Cette fois-ci sur les oiseaux et sur le territoire français.
Les chercheurs arrivent au même constat : les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse « vertigineuse ». « En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en quinze ans. Au vu de l’accélération des pertes ces deux dernières années, cette tendance est loin de s’infléchir », indiquent les deux institutions dans un communiqué commun.
La première étude est le résultat d’un programme de sciences participatives nommé Stoc (Suivi temporel des oiseaux communs), piloté par le MNHN et alimenté par des ornithologies amateurs et professionnels qui identifient et comptent les oiseaux sur tout le territoire national. Les relevés effectués en milieu rural mettent alors en évidence une diminution des populations d’oiseaux vivant en milieu agricole depuis les années 1990.
L’alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan [des espèces spécialistes de ces milieux] ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Ce déclin se serait encore intensifié entre 2016 et 2017.

Toutes les espèces d’oiseaux de plaine ont vu leurs populations

La deuxième étude a été menée à une échelle locale au Centre d’études biologiques de Chizé (Deux-Sèvres) dans lequel des chercheurs du CNRS suivent chaque année 160 zones de dix hectares d’une plaine céréalière typique des territoires agricoles français et ce, depuis 1995. La méthode est différente, mais les résultats semblables à la première étude.
« En vingt-trois ans, toutes les espèces d’oiseaux de plaine ont vu leur population fondre, indique le CNRS. L’alouette perd plus d’un individu sur trois (-35 %). Avec huit individus sur dix, les perdrix sont presque décimées. » Le CNRS a également observé que sur cette zone atelier des Deux-Sèvres le déclin des populations ne concerne pas seulement les espèces dites « spécialistes » [fréquentant prioritairement les milieux agricoles]. Les espèces dites « généralistes » [qu’on retrouve dans tous les types d’habitats, agricoles ou non], telles que le pinson, le merle ou le pigeon ramier, souffrent elles aussi.

L’intensification des pratiques agricoles en cause ?

Or, les relevés de l’étude du MNHN démontrent que ces espèces généralistes ne sont pas en déclin à l’échelle nationale. La diminution serait donc propre au milieu agricole, « sans doute en lien avec l’effondrement des insectes », suppose le CNRS.
Preuve en est, l’étude des populations d’insectes réalisée dans la zone atelier du Centre d’études biologiques de Chizé. Les résultats n’ont pas encore été publiés, mais ils seraient cohérents avec ceux précédemment livrés par Caspar Hallemand, indique Le Monde ce mardi.
Le carabe, le coléoptère le plus commun des écosystèmes agricoles, aurait ainsi perdu près de 85 % de ses populations au cours des vingt-trois dernières années. « Or de nombreuses espèces d’oiseaux granivores passent par un stade insectivore au début de leur vie », explique Christian Pacteau, référent pour la biodiversité à la Ligue de protection des oiseaux (LPO) dans les colonnes du quotidien.
Cela pose alors la question de la cause de ces disparitions massives observées. Le CNRS et le MNHN pointent une concomitance avec l’intensification des pratiques agricoles ces vingt-cinq dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009. Cette période « correspond entre autres à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du suramendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes [des insecticides neurotoxiques très persistants] ».

Tag oiseau #oiseaux #rapaces #espèces #menacées

_________________

 Choupi91 - "Le monde pourrait vivre sans tuer ni animal ni végétal (MONOD Théodore extrait de: Livre de Théodore)"

avatar
Choupi91
Administrateur/Fondateur

Nombre de messages : 101414
Age : 56
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 31/05/2006

Action dans la PA
Description:

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum