Le procès de L214, qui a posé des caméras dans un abattoir des Yvelines, posait la question de la légitimité des méthodes de l'association. Deux militants ont été condamnés à une peine largement assortie du sursis.