Malgré les critiques, le gouvernement roumain a autorisé l'abattage d'ours et de loups suite à une multiplication des attaques contre l'homme.