Des « murs couverts d’excréments »