Il suffit de peu pour déranger les volatiles dans les bois, révèle une récente étude suisse. Même une faible activité humaine modifie de manière considérable la présence de ces animaux en forêt.