Ces dix dernières années, un quart de la population d’orangs-outans de Bornéo a disparu. La destruction de leur habitat mais aussi la chasse et les abattages déciment une espèce au mode de vie fragile.