Corse: Abattage, castration ou clôtures… Comment régler le problème de la divagation des vaches ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ajouter un message Corse: Abattage, castration ou clôtures… Comment régler le problème de la divagation des vaches ?

Message par Choupi91 le Jeu 6 Juil 2017 - 9:13

http://www.20minutes.fr/marseille/2099471-20170706-corse-abattage-castration-clotures-comment-regler-probleme-divagation-vaches




En mai dernier, une touriste s'est faite encorner en faisant une photo. — P. Pochard-Casabianca / AFP


  • La divagation des vaches en Corse provoque régulièrement des accidents de voiture et des curieux se font parfois encorner.
  • L’Etat et les collectivités territoriales n’ont, pour l’heure, pas trouvé la solution miracle…

En Corse, il y a le ciel, le soleil et la mer. Et les vaches. On les croise sur le bord des routes, dans le maquis, dans les villages et sur les plages. Les touristes les adorent : c’est pittoresque et ça fait du like sur Instagram. Les élus, eux, ne peuvent plus les voir. « C’est un fléau », « une plaie », « un vrai danger sur les routes », « une saloperie ». Voilà en vrac quelques réactions collectées dans les mairies de l’Ile de Beauté.

Prévention et castration

En mai dernier, un fait divers a fait le tour des médias : une touriste s’est fait charger sur une plage de Corse du Sud, entre Coti-Chiavari et Pietrosella. Elle faisait une photo avec une vache. Blessée au visage, elle a dû être recousue. Deux mois plus tard, les juillettistes débarquent en masse sur la plage de Mare e Sole (ou plage d’Argent).. Et les vaches squattent toujours le sable fin.
>> A lire aussi : Une touriste encornée par une vache sauvage sur une plage corse
« On recherche activement une solution, j’ai rencontré il y a une dizaine de jours les représentants de l’Etat, assure le maire de Pietrosella Jean-Baptiste Luccioni. On va essayer après l’été de castrer les taureaux, pour que ce troupeau, sauvage depuis une quarantaine d’années, cesse de proliférer. Et les animaux mourront ensuite de leur belle mort. On réfléchit aussi à clôturer une partie de la plage ». En attendant, des panneaux ont été installés et un agent municipal patrouille sur la plage, avec son quad, répétant aux pinzuti qu’il ne faut pas s’approcher des bovins.

« On abat mais ce n’est pas la solution »

L’agent a été recruté en partenariat avec la commune voisine de Coti-Chiavari - la plage se situe sur les deux territoires. Au contraire de Pietrosella, Coti a déjà employé les grands moyens. « On a pris un arrêté municipal en 2005 et une bonne dizaine de bovins ont été abattus, par un vétérinaire ou par un chasseur assermenté par la commune », explique-t-on à la mairie. Une source qui reprend : « On abat mais ce n’est pas la solution… Un vétérinaire a compté environ 80 têtes, alors une dizaine de plus ou de moins… »
Si le sujet est normalement une compétence municipale, la préfecture de Haute-Corse organise elle aussi ses propres battues, en complément. « C’est très ponctuel, à proximité d’axes routiers très accidentogènes, par exemple », explique le sous-préfet de Corte Sébastien Cecchi, en charge de cette problématique en Haute-Corse. En deux ans, ses services ont mené une dizaine de battues, avec à chaque fois, trois ou quatre animaux capturés puis euthanasiés (pour les plus calmes) ou abattus (pour les plus sauvages).
« Les battues ne régleront pas à elles seules le problème », reprend le sous-préfet. Les autorités estiment à 10.000 le nombre total de bovins en divagation sur l’Île de Beauté, sans compter les chèvres et les cochons. « Je travaille sur ce sujet depuis 2001, j’ai commandé un dossier qui doit faire 15 centimètres de hauteur, souffle Joselyne Mattei-Fazi, présidente de l’association des maires de Corse du Sud, particulièrement agacée par ce serpent de mer : « J’ai l’impression de me heurter à un mur ! » A défaut de clôtures pour que les vaches restent sur leurs parcelles : laisser son animal vaquer en liberté est en effet une grande spécialité corse.
Pour Joselyne Mattei-Fazi, la solution est toute trouvée, à la fois pour les bêtes sauvages et pour celles qui appartiennent à des éleveurs peu scrupuleux :
Les communes ne peuvent pas financer chacune une petite fourrière. Il faut donc que la collectivité territoriale crée une grande fourrière, avec des véhicules qui ramassent tout ce beau monde. Les sauvages seraient euthanasiées. Et pour celles qui sont marquées, on appelle le propriétaire et on lui colle une amende. Avec la peur du gendarme, le problème serait rapidement réglé ! »
« Evidemment que ça aiderait, mais je n’ai pas connaissance d’un tel projet », lâche le sous-préfet Sébastien Cecchi, qui le martèle : « On travaille sur des solutions de long terme avec les élus et avec la filière agricole. C’est avec les éleveurs qu’on finira par régler ce problème ! »

Tags #animaux #boucherie #élevage #ferme #cruauté #maltraitance

_________________

 Choupi91 - "Le monde pourrait vivre sans tuer ni animal ni végétal (MONOD Théodore extrait de: Livre de Théodore)"

avatar
Choupi91
Administrateur/Fondateur

Nombre de messages : 98969
Age : 55
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 31/05/2006

Action dans la PA
Description:

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum