Avant hier, Mme Blondel, sous-préfète de Moselle-sud, n’avait jamais eu l’occasion de visiter un abattoir. Le format de celui implanté à Sarrebourg, et ce qu’elle y a vu, l’ont confortée dans son impression : « Tout est sous contrôle ».