Refoulés pour cause de fourrure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ajouter un message Refoulés pour cause de fourrure

Message par Choupi91 le Mar 27 Déc 2016 - 9:28

http://www.lematin.ch/suisse/refoules-cause-fourrure/story/30859577

Les videurs ont l’œil pour savoir si les vêtements comportent de la vraie fourrure, et n’ont que rarement besoin de vérifier les étiquettes», explique Rolf Hiltl.
Suite à une suggestion de la SPA, le propriétaire du Hiltl Club à Zurich a décidé il y a deux ans de faire le ménage sur son dancefloor. Exit les porteurs de parka à col en raton laveur et de bonnet à pompons en poils de lapin.
«Pour raisons éthiques»
«Nous refusons l’accès à environ 90 personnes chaque samedi soir à cause de ça. Nous leur proposons de laisser leur vêtement dans leur voiture et de revenir, mais la plupart préfèrent aller au club d’à côté, déplore Rolf Hiltl. C’est certes un manque à gagner, mais nous avons pris cette décision pour des raisons éthiques et ne reviendrons pas en arrière.»
Le propriétaire du club est aussi à la tête de la chaîne de restaurants Hiltl, empire de la cuisine végétarienne outre-Sarine. Les restaurants Hiltl sont pourtant ouverts aux amateurs de toison animale. Le Zurichois n’aurait rien contre étendre l’interdiction à ceux-ci, mais fait face à des obstacles logistiques. «Il faudrait poster des agents de sécurité à chaque entrée toute la journée et contrôler même les gens qui viennent pour un plat à emporter… Impossible!»
Rolf Hiltl, propriétaire du club zürichois.
Et en Suisse romande, les adeptes de vraie fourrure seront-ils bientôt bannis des restos végés? Exclu pour Tibits, enseigne alémanique qui prendra ses quartiers au Buffet de la Gare de Lausanne en 2018. «Interdire la fourrure serait aller trop loin pour nous. Notre job est de préparer des plats délicieux et de fournir de bons produits, pas d’éduquer ou de moraliser», relève Reto Frei, cofondateur de la chaîne.
Le patron du Hiltl a beau avoir contribué à la création de Tibits et posséder la moitié de son capital, ses protégés ne partagent pas son militantisme acharné. «Nous préférons adopter une attitude tolérante et accueillante à l’égard de tous», poursuit Reto Frei.
Dégustation vs moralisation
Même point de vue du côté des autres tables végétariennes romandes. À Vert Attitude à Genève, on préfère insister sur l’aspect gustatif plutôt que culpabiliser les clients. «Nous souhaitons surtout montrer aux mangeurs de viande invétérés que manger végétarien, ce n’est pas se contenter de légumes bouillis», relève Stéphane Menkes, copropriétaire du restaurant.
Au Végé Café, resto lausannois 100% végane, il est tout aussi hors de question d’introduire une telle interdiction. «Nous sommes commerçants avant d’être militants», souligne son copropriétaire Pablo Blanco. Pour lui, la mesure antifourrure de Rolf Hiltl a le seul avantage de faire parler de l’établissement. Car en plus de son caractère excluant, au niveau cohérence, il faut repasser. «Pourquoi bannir la fourrure et pas le cuir, qui cause aussi énormément de souffrance?»
«Trop compliqué», pour le patron de Hiltl, qui reste pragmatique: «La grande majorité des gens porte des chaussures ou des accessoires en cuir.»
Le restaurant végétarien Bad Hunter à Lausanne est le seul à laisser la question de la fourrure en suspens. Julian Rossy, du groupe PIQ, propriétaire de l’enseigne ouverte début novembre, annonce qu’une décision à ce sujet sera prise «dans les mois à venir». (Le Matin)


Tags #animaux #fourrure #cruauté #maltraitance

_________________

 Choupi91 - "Le monde pourrait vivre sans tuer ni animal ni végétal (MONOD Théodore extrait de: Livre de Théodore)"

avatar
Choupi91
Administrateur/Fondateur

Nombre de messages : 97743
Age : 55
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 31/05/2006

Action dans la PA
Description:

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum