Les chasseurs, "choqués", assument leur responsabilité