Depuis 2000, les associations peuvent recueillir des animaux maltraités. Ces missions reflètent la misère sociale qui affecte certains éleveurs